macOS : Supprimer la notification de migration de Catalina.

Vous êtes agacé de voir la notification de migration vers Catalina ! Ce point rouge qui apparait sur l’icône de préférence de macOS vous énerve ? Voici comment supprimer cette alerte :

Alerte prefernce

  1. Ouvrez l’app. : Terminal dans le dossier Applications / Utilitaires/
  2. Entrez la commande suivante dans le terminal :
  3. $ sudo softwareupdate --ignore "macOS Catalina"

  4. Appuyez sur la touche Entrée.
    Vous devrez indiquer le mot de passe administrateur.

La notification d’installation de la mise à jour “macOS Catalina” n’ets plus là.
HD Rapin

macOS : Réinitialiser les réglages réseau avec le Terminal

Voici la troisième et dernière version. Il s’agit toujours de réinitialiser les réglages réseau de macOS. Cette fois tout se passe dans le Terminal :

Déplacez vous dans le dossier :


$ cd /Library/Preferences/SystemConfiguration/

Effectuez une sauvegarde des fichiers dans une archive ZIP :


$ sudo zip backup.zip \
com.apple.airport.preferences.plist \
com.apple.network.identification.plist \
com.apple.wifi.message-tracer.plist \
NetworkInterfaces.plist preferences.plist

Supprimez définitivement les fichiers :


$ sudo rm com.apple.airport.preferences.plist \
com.apple.network.identification.plist \
com.apple.wifi.message-tracer.plist \
NetworkInterfaces.plist preferences.plist

Vous pouvez aussi supprimer les fichiers une par une.

$ sudo rm com.apple.airport.preferences.plist

Et reproduire cette commande pour les 3 autres fichiers.

Cette opération supprime définitivement les fichiers de configuration du réseau et wifi de macOS. Vous avez le fichier Zip qui contient les fichiers sauvegardés en cas de besoin.

HD Rapin

macOS | #macos : Où trouver la liste des applications non compatibles ?

Il peut être interessant de se demander si une application est compatible avec la version installée de macOS. Vous pourriez être tenté d’installer une application ou un pilote qui pourrait ne pas fonctionner.

Lors de l’installation ou de la mise à jour de macOS X, Apple utilise un utilitaire : MigrationHelper. Celui-ci s’appuie sur plusieurs fichiers pour identifier les éléments incompatibles ou réorganiser un dossier qui serait déplacé.

Ces fichiers sont disponibles à cet emplacement :

/System/Library/PrivateFrameworks/SystemMigration.framework/Versions/A/Resources/MigrationIncompatibleApplicationsList.plist
et
/System/Library/PrivateFrameworks/SystemMigration.framework
finder-incompatible

Le premier est le plus intéressant car il liste les applications incompatibles avec la version actuelle de macOS. Pour l’ouvrir, utilisez la commande « open ».

incompatible.pngLe contenu est explicite :

incompatble-plist.png

En théorie, lorsque l’assistant de migration est lancé, il récupère des serveurs d’Apple une mise à jour de ce fichier. Si il n’y a pas de connexion internet il se base sur le fichier installé avec la dernière version de l’OS.

HDR

HomePod | #homepod : Les limitations d’AirPlay 2 sur Mac

Airplay 2 est la nouvelle version d’Airplay, le protocole de streaming de vidéo et de musique d’Apple disponible depuis Mai sur iOS, tvOS, macOS.

Cette solution technique permet d’envoyer en continu de la musique sur une enceinte compatible ou une vidéo depuis un iPad / iPhone vers un Apple TV.

La version Airplay 2 enrichit le protocole Airplay de la gestion multi-room, c’est la possibilité d’envoyer une source musicale sur plusieurs enceintes (reparties dans différentes pièces).

C’est aussi Airplay 2 qui permet à deux enceintes de fonctionner en duo afin de produire un ensemble stéréo. Avec une paire d’HomePod, cela fonctionne très bien. La paire stéréo créée apparaît comme un seul ensemble dans iTunes ou dans l’application Maison.

Tout fonctionne parfaitement sur iOS et tvOS, là où le problème apparaît c’est avec macOS. A partir de l’application iTunes, les paires stéréo sont disponibles dans le menu de partage.

itunes-2-homepod.png

Par contre ces paires ne sont pas reconnues dans le système. Les deux enceintes apparaissent dans le menu Son de la barre des menus de façon distincte. Vous pourrez bien sûr sélectionner les deux HomePod mais ne pourrez pas obtenir un son Stéréo.

macos-2-homepod.png

C’est frustrant, car en dehors d’iTunes, vous ne pouvez pas sélectionner une paire stéréo dans macOS afin de diffuser une radio stéréo que vous auriez obtenu grâce à une application sur macOS.

Ce problème est connu d’Apple est se révèle frustrant. Une note technique d’Apple confirme cette contrainte :  https://support.apple.com/fr-fr/HT208728

La note précise la compatibilité d’AirPlay 2 et depuis un Mac ou un PC seul iTunes propose la compatibilité maximum avec Airplay 2.

Espérons que la nouvelle version de macOS va combler cette lacune.

HDR

macOS : Supprimer les informations de Touch ID

Les MacBook Pro 2016 et 2017 sont équipés de la Touch Bar et d’un capteur d’empreintes le Touch ID. Il s’agit d’un capteur identique dans le fonctionnement à celui qui est présent dans les iPhones ou iPad.

Les données sensibles comme les codes d’accè et les empreintes digitales sont stockées dans une « enclave securisée ». Cette puce particuliere est innacessible, son contenu est protégé par un chiffrement.

Apple décrit le fonctionnement du Touch ID et de l’enclave sécurisée dans une page dédiée à Touche ID ( À propos de la technologie de sécurité avancée Touch ID)

Lors de la réinitialisation d’un MacBook Pro équipé de la Touch Bar, étrangement cette enclave sécurisée n’est pas nettoyée. Apple propose une ligne de commande qui efface définitivement les données de l’enclave sécurisée.


$ xartutil --erase-all

Effacer le contenu de l’enclave est une bonne chose mais le risque de voir un utilisateur s’acaparer de son contenu est minime. La clé d’accès au contenu est liée au compte utilisateur.

En formatant le disque pour réinstaller macOS, l’accès ne sera plus possible par le nouveau propriétaire.

Henri Dominique Rapin

macOS : Où trouver les informations sur la sécurité de Mac ?

Vous êtes inquiets ? Vous craignez pour la mise à jour de votre Mac,  Apple propose une page qui présente tous les correctifs livrés pour Mac OS X :

https://support.apple.com/fr-fr/HT1222

Capture d_écran 2017-03-11 à 10.55.52

(la page Internet d’Apple sur les mises à jours de sécurité)

On trouvera sur cette pages les dernières mises à jour et les dates et des liens pour les dernières versions des Système pour :

En dehors d’être unique, la documentation d’Apple est complete et traduite en Français, prenez le temps de la parcourir… 

Vous pouvez aussi vous abonner aux flux RSS d’Apple :  http://rss.lists.apple.com/security-announce.rss,

Vous serez informés directement dans Safari de l’actualité en terme de sécurité chez Apple.

Henri Dominique Rapin

macOS et iOS : Comment désactiver la proposition de contact trouvée dans Mail ?

Le client de messagerie d’Apple est sur un point intéressant. Il analyse les messages reçus et lorsqu’il trouve un correspondant à une fiche dans l’application Contacts, il suggère de compléter la fiche de la personne ou de l’entreprise.

Malheureusement, Mail se trompe souvent ! Et il paraît plus pratique pour certains utilisateurs de désactiver cette fonction.

Pour cela, sur Mac :

1 – Vous devez quitter Mail.
2 – Lancer l’application Contacts
3 – Ouvrir les préférences.
4 – Dans l’onglet général, décochez la case : Afficher les contacts trouvés dans Mail

Image 01

(les préférences dans Contacts)

Et voilà rien de plus compliqué.

Sur iOS :

Cette fonction peut être désactivée. Mais elle impacte plus profondément le fonctionnement d’iOS.

Vous ne verrez plus le nom « commun » de la personne dans les appels ni dans Messages. Donc, Attention !

1 – Ouvrez les réglages
2 – Touchez « Mail, Contacts, Calendrier »
3 – Descendez en bas de la liste des réglages et désélectionnez :  » Contacts Trouvés dans Mail « .

Image 02

(le réglage sur iSO)

Dom


Applwe reasonably small Recevez toutes les semaines le résumé des publications : Abonnez-vous à la Newsletter !

macOS : Ajouter les commandes pour les développeurs ?

Ajouter les commandes pour les développeurs ?

Lorsque vous utilisez des gestionnaires de Paquets comme BREW et BREW CASK, ces outils reposent sur des outils en ligne de commandes livrées par Apple. Ils seront installés si l’outil de développement d’Apple : XCODE est installé sur votre machine.

Voir ces posts :

Si par contre, vous n‘avez pas besoin d’XCODE ou si vous rencontrez des problèmes avec BREW, placez dans le terminal cette commande :

 $ xcode-select –install
 

Images 01

(la commande et la fenêtre de téléchargement des commandes)

Mac OSX téléchargera les outils et les installera directement dans votre système, effectuer cette opération permet souvent de résoudre des problèmes avec BREW.

Dom


Applwe reasonably small Recevez toutes les semaines le résumé des publications : Abonnez-vous à la Newsletter !

macOS : Comment corriger l’utilisation excessive de RAM après la migration El Capitan ?

Il n’est pas rare de constater après la migration vers El Capitan une consommation excessive de la mémoire, en particulier pour des Mac équipés de 8 ou 16 Go. Il existe plusieurs raisons, l’une d’entres elles est liée aux journaux créés par Mail. Il semble que Mail se prenne les pieds dans les LOGs. La correction est simple, il faut supprimer les fichiers de LOG.

Vous pouvez le faire en utilisant Onyx, mais aussi plus simplement dans le Finder. Dans le menu ALLER du Finder, faites apparaître le dossier Bibliothèque en pressant la touche Option, puis naviguez dans les dossiers pour atteindre le dossier :

Bibliothèque > Containers > com.apple.mail > Data > LIBRARY>Logs > Mail

[Chemin corrigé, Merci Philippe]

Image 01

( la fenêtre du Finder et le dossier de Logs de Mail)

Là supprimez tous les fichiers qui sont terminés par « .log ».

Cela devrait résoudre le problème.

Dom

Applwe reasonably small Recevez toutes les semaines le résumé des publications : Abonnez-vous à la Newsletter !

macOS : Comment obtenir l’espace disque utilisé par un utilisateur sur Mac OS X ?

TERMINAL 128X128

Les utilisateurs dans Mac OS X ont tous un dossier personnel (petite maison blanche que l’on trouve dans le dossier « Utilisateurs » ou « Users » en Anglais), celui-ci doit contenir tous les fichiers de l’utilisateur. Les réglages de sécurité de Mac OS X empêchent l’accès aux fichiers présents dans le dossier d’un autre compte.

Vous pouvez légitimement vous demander quel espace est occupé par un utilisateur. Pour se faire le plus simple est d’utiliser l’interface graphique du Finder, sélectionnez le dossier personnel de l’utilisateur puis pressez les touches « cmd » et « i » ou dans le menu « Fichier » puis sélectionnez « Lire les informations ».

Image 01

(La fenêtre « Obtenir des informations »)

Il existe un autre moyen qui cette fois permet d’obtenir l’information pour tous les comptes ayant un dossier dans le répertoire « Users » (« Utilisateurs » en Français). Vous devrez saisir cette ligne de commande dans le Terminal :

$ sudo -s du -smh /Users/*

La ligne s’explique ainsi :

  • La première commande « sudo -s est nécessaire pour obtenir une exécution en tant qu’administrateur te l’accès à tous les dossiers. •
  • La commande « du » (pour « Disk Usage ») permet d’obtenir la taille des fichiers situés dans le dossier « /Users ».

L’Astérix après signifie « tous les dossiers ». Le résultat devrait ressembler à cette fenêtre si votre Mac contient plusieurs comptes.

Image 02

(le fenêtre du Terminal avec les résultats)

Cette commande peut être utilisée à distance pour obtenir par SSH (tunnel sécurisé) l’espace occupé en local par les utilisateurs.

→ [EN] Découvrir la commande « du »

Henri Dominique Rapin


Applwe reasonably small Recevez toutes les semaines le résumé des publications : Abonnez-vous à la Newsletter !

El Capitan sortira le 30 septembre !

Lors de la keynote aucune date n’avait été révélée, cette fois nous avons la date officielle, elle apparaît sur le site d’Apple : le 30 septembre.

Elle sera gratuite, préparez votre Mac : effectuez toutes les mises à jour de Mac OS X et de vos applications, lancez les sauvegardes (Time machine ou autres) et vos clones avec Carbon Copy Cloner !

Par prudence patientez quelques jours … Les premiers bugs s’il y en a, seront connus.

Henri Dominique Rapin 


Applwe reasonably small Recevez toutes les semaines le résumé des publications : Abonnez-vous à la Newsletter !

  

AppleScript :: Comment Identifier les panneaux de préférences ?

SEScriptEditorX

Comment Identifier les panneaux de préférences ?

« Préférences systèmes » est une application comme les autres, elle a la particularité d’être scriptable. Elle opère comme un réceptacle à « panneaux de préférences ». Apple modifie l’organisation à chaque sortie de nouvelle version du félin. Il faut donc revoir le nom et le contenu des panneaux de préférences. La première étape consiste à identifier les panneaux.

 Il existe deux approches afin d’identifier les panneaux de préférences disponibles dans Mac OS X. La première consiste à récupérer les noms des panneaux :

tell application "System Preferences"
name of every pane
end tell

Vous récupérerez la liste des panneaux  localisés comme ceci (Mountain Lion):

{« Accessibilité », « Bluetooth », « Bureau et  éco. d’écran », « CD et DVD », « Clavier », « Contrôle parental », « Date et heure », « Démarrage », « Dictée et Parole », « Dock », « Économiseur d’énergie », « Général », « Hazel », « iCloud », « Imprimantes et scanners », « Langue et texte », « Mail, Contacts et Calendrier », « Mise à jour de logiciels », « Mission Control », « Moniteurs », « Notifications », « Partage », « Réseau », « Sécurité et confidentialité », « Son », « Souris », « Spotlight », « Time Machine », « Trackpad », « Utilisateurs et groupes »}

 Remarquez qu’un panneau s’est glissé dans cette liste « Hazel », il s’agit d’un utilitaire très pratique et non livré par Apple.

L’utilisation des noms des panneaux n’est pas forcement une bonne approche en particulier si vous développez des scripts à destination d’utilisateurs non francophones. Il est conseillé d’employer l’ID du panneau de préférences, il s’agit du nom du panneau dans le système :

 Voici le script :

tell application "System Preferences"       id <strong>of</strong> <strong>every</strong> <em>pane</em> <strong>end</strong> <strong>tell</strong>

Le résultat sera le suivant (toujours sur Mountain Lion) :

{« com.apple.preference.universalaccess », « com.apple.preferences.Bluetooth », « com.apple.preference.desktopscreeneffect », « com.apple.preference.digihub.discs », « com.apple.preference.keyboard », « com.apple.preferences.parentalcontrols », « com.apple.preference.datetime », « com.apple.preference.startupdisk », « com.apple.preference.speech », « com.apple.preference.dock », « com.apple.preference.energysaver », « com.apple.preference.general », « com.noodlesoft.Hazel », « com.apple.preferences.icloud », « com.apple.preference.printfax », « com.apple.Localization », « com.apple.preferences.internetaccounts », « com.apple.preferences.softwareupdate », « com.apple.preference.expose », « com.apple.preference.displays », « com.apple.preference.notifications », « com.apple.preferences.sharing », « com.apple.preference.network », « com.apple.preference.security », « com.apple.preference.sound », « com.apple.preference.mouse », « com.apple.preference.spotlight », « com.apple.prefs.backup », « com.apple.preference.trackpad », « com.apple.preferences.users »}

 Là encore panneau d’Hazel est présent avec la notation « java », qui commence par le domaine, le nom de la société et le nom du panneau.

 (fin de la partie 1)

Henri Dominique Rapin

AppleScript :: Comment automatiser le lancement des favoris sous Chrome ?

SEScriptEditorX

Comment automatiser le lancement des favoris sous Chrome ?

Si Google Chrome est devenu votre browser favori, il y a une fonctionnalité qui doit vous manquer par rapport à Safari. Il s’agit de pouvoir lancer un raccourci depuis le clavier en pressant la combinaison de touches « cmd » et le numéro du raccourci : cmd + 1 ce qui avec notre clavier AZERTY donne : cmd + Maj + 1 et ainsi de suite pour les autres raccourcis.

 Vous pouvez reproduire une fonctionnalité relativement proche avec l’aide d’AppleScript, il faut toutefois reproduire ce script autant de fois que vous voulez automatiser de lancement de raccourcis.

tell application "System Events"
      tell process "Google Chrome"
              click menu item "newsmap" of menu "Favoris" of menu bar 1
  end tell
end tell

Image 01

(le script dans l’éditeur du script)

 Dans ma liste de favoris, j’ai un site qui s’appelle « newsmap », il se trouve dans le menu favori (ce menu est lui présent dans la barre des menus 1).

 

Image 02

 (le favoris dans le menu de Chrome)

 

Si vous exécutez ce script en remplaçant « newsmap » par le nom d’un de vos favoris en lançant le script, le favori sera ouvert.

Enregistrez le script sous forme d’application ou comme un service  avec Automator et vous pourrez lui attribuer une combinaison de touches.

Henri Dominique Rapin

AppleScript :: Comment vider la corbeille automatiquement ?

SEScriptEditorX

Comment vider la corbeille automatiquement ?

La corbeille est souvent pleine et on oublie bien souvent de la vider. Cela peut être ennuyant lorsque les fichiers sont gros, ils occupent un espace inutile sur votre disque dur.

 Personnellement j’utilise Hazel, un utilitaire payant qui permet de supprimer les fichiers placés dans la corbeille en fonction de leur ancienneté ou de la taille maximale que peut contenir la corbeille (1 Go dans la copie d’écran).

 

Image 01

(fenêtre de configuration de HAZEL).

Mais ce produit a un coup et si vous n’utilisez pas sa fonction principale qui est d’organiser vos fichiers et dossiers, cette solution est peut être chère.

 Il est possible de vider une corbeille en utilisant Applescript, les trois lignes de codes sont simples :

 

tell application "Finder"
empty the trash
end tell

 

Image 02

(le script dans l’éditeur Applescript)

La première ligne signifie que les commandes qui suivront seront adressées au « Finder ». La seconde (et la plus importante) ordonne le vidage de la corbeille enfin la troisième, clos la commande « tell » en fermant  le script.

L’automatisation du vidage de la corbeille peut se faire dans Automator comme ceci :

Lancer Automator, sélectionnez « Processus » ou «  Alarme Calendrier « si vous souhaitez programmer suivant une certaine fréquence le vidage de la corbeille.

Placez l’action « Exécuter un Script AppleScript », puis placez les trois lignes de codes au milieu des deux lignes déjà présentes.

 

Image 02

(le script dans Automator)

 

Enregistrez le flux comme une application, il vous suffira ensuite de cliquer dessus pour vider la corbeille, si vous optez pour une alarme « Alarme Calendrier » sélectionnez l’heure d’exécution puis la fréquence (tous les soirs ou toutes les semaines).

 Henri Dominique Rapin

Automator :: Comment gérer les dossiers et sous dossiers dans Automator ?

AUTOMATORAPPLET 128X128

Comment gérer les dossiers et sous dossiers dans Automator ?

Prenons un exemple, vous souhaitez organiser le dossier « Téléchargements », vous téléchargez des images (fichiers .jpg pour notre exemple), parfois vous récupérez des archives qui une fois décompressées contiennent elles aussi des fichiers « .jpg ».

Vous aimeriez déplacer TOUS les fichiers « .jpg » dans un dossier images sans toucher à celles qui sont dans les sous dossiers.

Par défaut, Automator ne « descend » pas dans les sous dossiers, l’action « Obtenir le contenu du dossier » se limite aux éléments à la racine du dossier, il n’explore pas le contenu des sous dossiers.

 Voici un exemple de flux :

Image 01 (le flux complet dans Automator)

 

Ce flux, récupère le contenu du dossier « téléchargement », sélectionne les fichiers JPEG puis les copie vers le dossier « image ».

Pour « explorer » les sous dossiers et parcourir l’arborescence vous devez cocher une petite case dans l’action « Obtenir les éléments de dossier », elle porte le nom « Répéter pour chaque sous-dossiers ».

 

Image 02

 (L’action « Obtenir les éléments de dossiers » avec l’option « Répéter pour chaque sous-dossiers ».)

 Cette fois ce sont toutes les images même placées dans des sous dossiers qui seront collectées.

Henri Dominique Rapin

AppleScript :: Comment Remplacer un fichier par un autre ?

SEScriptEditorX

Comment Remplacer un fichier par un autre ?

Vous souhaitez remplacer un fichier par un autre, pas de problème, AppleScript saura effectuer cette opération, il existe deux approches :

 Dans notre exemple, le script copie le fichier « images.jpg » depuis le dossier « Documents » vers le dossier « mes_images » en remplaçant le fichier s’il existe.

La première solution consiste à utiliser la commande « duplicate » comme ceci :

tell application "Finder"
duplicate POSIX file "/Users/dom/Documents/image.jpg" to POSIX file "/Users/dom/Documents/mes_images/" with replacing
end tell

Image 01

(le script dans l’éditeur de script, notation Unix)

Une autre approche assez similaire, cette fois avec la commande « move » : 

tell application "Finder"
    move POSIX file "/Users/dom/Documents/image.jpg" to POSIX file "/Users/dom/Documents/mes-images/" with replacing
end tell

Notez que dans les deux précédentes propositions nous avons utilisé la notation Unix en indiquant un chemin de type Unix avec la commande « posix » :

Vous pouvez aussi indiquer le chemin à la mode « Apple/finder » : dans ce cas les barres latérales sont remplacées par des « : » comme ceci : 

move file "Macintosh HD:Users:dom:Documents:image.jpg" ¬
to "Macintosh HD:Users:dom:Documents:mes_images” with replacing

 Cette fois avec le commande « duplicate « :

 duplicate file "Macintosh HD:Users:dom:Documents:image.jpg" ¬
to "Macintosh HD:Users:dom:Documents:mes_images”" with replacing

Image 02

(le script dans l’éditeur de script d’Applescript)

 S’il y a peu de différences entres les deux notations de chemin (Path en Anglais) je lui préfère la version Unix, elle permet iser des notamment alias ou des raccourcis vers le dossier de l’utilisateur.

Henri Dominique Rapin

AppleScript :: Comment Monter et démonter un disque dur avec AppleScript ?

SEScriptEditorX

Monter un disque signifie simplement le faire apparaître sur le bureau, « démonter » c’est bien sur faire l’inverse. Vous pouvez par exemple monter un disque dur pour effectuer une sauvegarde, puis une fois l’opération réalisée,  le « démonter » car il n’a pas de raison pour rester sur le bureau.

Plusieurs méthodes existent, celle qui fonctionne le mieux (pour moi) est la suivante, elle allie AppleScript et Unix :

— Monter le disque

 set Mon_disque to "Archive"
do shell script "diskutil mount `diskutil list | awk '/ " & Mon_disque & " / {print $NF}'`"

— Démonter le disque

set Mon_disque to « Archive »

do shell script "diskutil unmount " & quoted form of ("/Volumes/" & Mon_disque)

Dans les deux cas j’utilise DiskUtil, une commande livrée par Apple, c’est le pendant de l’utilitaire disque.

Image 01

Henri Dominique Rapin

Safari :: Comment créer un raccourci en 1 clic de souris ?

CompassCliquez sur l’icône de la page, l’icône se trouve à gauche de l’URL. Glissez cette icône sur la barre des raccourcis, le nom par défaut du site apparaîtra dans cette ligne de favoris.

 Renommer un raccourci nécessite d’effectuer un clic droit puis dans le menu contextuel de sélectionner « renommer ». Une autre solution plus rapide consiste à cliquer sur le nom et de laisser la souris 2 ou 3 secondes, le nom du raccourci deviendra éditable. 

 

Image 07

(renommer un raccourci en sélectionnant le menu contextuel)

Safari :: Comment voyager rapidement dans le passé ?

CompassPour naviguer dans l’historique de votre navigation, le menu  » historique  »  mais il y a plus pratique, maintenez la souris sur la flèche gauche de la navigation dans la barre d’outils, et apparaitra  l’historique de votre navigation pour la session actuelle.

Image 06

(les URL affichées sont celles déjà explorées)

Si votre recherche concerne un site visité depuis plusieurs jours, vous pourrez explorer l’historique de navigation ou effectuer une recherche dans le menu « aide » .

Safari :: Comment naviguer entre les pages en mode affichage par les « onglet » ?

CompassLorsque que vous êtes en mode affichage par onglet comme indiqué dans le menu « Affichage, vous devez presser la combinaison des trois touches : Command + Maj + \ . Vous devez vous poser la question, comment obtenir cette barre oblique ? Elle s’obtient en pressant : Maj + alt + la touche « / ».

Au final pour obtenir l’affichage en mode onglet vous devrez presser : cmd + alt + Maj + /. Sur ce coup là pas sympa Apple.

Lorsque vous êtes en mode affichage par onglet, les pages sont toutes présentes.  La ligne en dessous de l’aperçu de la page web a un intérêt, chaque point représente une page ou plutôt un onglet, cliquez sur l’un d’entre eux vous permet de vous rediriger vers la page ouverte dans un onglet. La navigation s’effectue aussi avec le « track pad » ou avec la « magic mousse » en déplaçant horizontalement le doigt.

Image 05

(l’affichage en mode onglet avec les points en dessous de la page centrale)

Safari :: Comment saisir une recherche sans utiliser la souris ?

CompassPour saisir une URL ou du texte pour une recherche, vous devez cliquer dans la zone dédiée dans la barre d’outils de Safari recherches, ce qui sous-entend que vous devez cliquer avec la souris dans cette zone puis saisir le texte. 

Mais il existe une solution sans quitter votre clavier (et sans utiliser la souris), vous pouvez placer du texte en pressant les combinaisons suivantes : Cmd et la touche L mais une autre combinaison fonctionne aussi Ctrl + cmd + F. Ne la confondez pas avec la combinaison «cmd et F » qui elle serte à recherche du texte dans la page Ouvert.

Image 04

 (la zone de recherche de Safari en mode Edition)

macOS : Comment ouvrir le dossier sélectionné dans le Terminal ?

Le terminal n’a plus de secret pour vous et vous l’utilisez régulièrement et il n’est pas rare que vous naviguiez entre les dossiers pour lancer telle ou telle commande dans le Shell.

Il y a beaucoup de nouveautés dans le Terminal avec depuis Lion, mais il existe aussi quelques astuces livrées par Apple qui restent méconnues. La principale concerne la possibilité de placer le dossier sélectionné, comme le dossier de travail, dans le Terminal.

Vous pouvez bien sur « glisser / déplacer « un dossier sur le Terminal pour qu’il prenne en compte le chemin sous la forme Unix, mais pourquoi ne pas se servir du dossier sélectionné comme base de travail dans le Terminal.

Pour ce faire rien de plus simple, Ouvrez le tableau de préférence « Clavier » puis sélectionnez l’onglet « Raccourcis clavier «  et dans la colonne de gauche, placez vous sur « Services », naviguez dans la liste pour trouver la ligne « Nouveau terminal au dossier ». Cochez la case qui précède cette ligne.

Image1

(la ligne du service « Nouveau Terminal au dossier » à cocher)

Fermez les préférences système et sélectionnez un dossier. Faites apparaître le menu contextuel (click droit de la souris) dans le menu qui apparaît sélectionnez « Services » et dans la nouvelle liste choisissez « Nouveau Terminal au dossier ».

Image2

(le service à sélectionner dans le menu contextuel)

La fenêtre du Terminal s’ouvre et vous êtes automatiquement placé dans le dossier, ce qui est très pratique et pour obtenir le contenu du dossier un simple « ls » fera l’affaire.

Image3

(la fenêtre du terminal ouverte avec le dossier comme point de départ)

Dans la liste des services vous avez peut être remarqué la ligne juste en dessous de celle qui vient d’être sélectionnée et qui porte le nom de « Nouvel Onglet de Terminal au dossier », ce service effectue la même opération que la précédente mais au lieu d’ouvrir une fenêtre du Terminal, elle ajoute un onglet, vous pouvez maintenir dans le Terminal plusieurs onglets, par exemple chacun pour un dossier différent.

En cherchant bien vous trouverez aussi deux lignes faisant référence au « man page » ou pages de manuel en Français, ce sont des fichiers qui expliquent les commandes présentes dans Mac OS X pour la partie Unix.

Image4

(les services listant les « man pages » dans le panneau de préférence clavier)

Ces services fonctionnent sur tous les textes, mais ils sont surtout pertinents dans le Terminal, sélectionnez une commande et dans le menu contextuel des Services choisissez «   Ouvrir la man page dans le terminal », vous aurez à l’écran le détail de la commande sélectionnée (pour autant qu’elle existe).

Image5

(Le service à sélectionner dans le menu contextuel)

Le second service aura plus d’intérêt pour les débutants, sélectionnez le mot ou la commande et choisissez le service « Recherche dans les pages man de Terminal » et le mot sélectionné servira de recherche pour que toutes les « man pages » le contenant soient listées.

Image6

(La fenêtre du terminal avec la « man page » sur la commande « ls »)

Pour terminer il faut noter qu’avec LION, le Terminal ouvre une nouvelle fenêtre au même endroit que lorsque vous l’avez fermé… ça aussi c’est plutôt bien vu par les développeurs d’Apple.

Henri Dominique Rapin

Applwe reasonably small Recevez toutes les semaines le résumé des publications : Abonnez-vous à la Newsletter !

Safari :: Comment maitriser Safari au bout des doigts ?

CompassPour saisir une URL ou du texte pour une recherche, vous devez cliquer dans la zone dédiée dans la barre d’outils de Safari recherches, ce qui sous-entend que vous devez cliquer avec la souris dans cette zone puis saisir le texte. 

Mais il existe une solution sans quitter votre clavier (et sans utiliser la souris), vous pouvez placer du texte en pressant les combinaisons suivantes : Cmd et la touche L mais une autre combinaison fonctionne aussi « Ctrl + cmd + F« .

Ne la confondez pas avec la combinaison «cmd et F » qui elle serte à recherche du texte dans la page ouverte.

Image 04

(la zone de recherche de Safari en mode Edition)

Mac :: Comment chiffrer un disque dur avec Moutain Lion ?

Chiffrer un disque dur vous aide à protéger les données d’un accès inapproprié. Peut importe quel est le type de disque dur connecté à votre Mac, il peut être protégé en accès. Vous pouvez chiffrer une clé USB, un disque dur USB, un disque dur FireWire ou Thunderbolt, il suffit qu’il soit reconnu par le Finder.

Depuis Mac OS X Lion (10.7) le chiffrement d’un volume est possible en utilisant l’outil disque dur.

Avec OS X Mountain Lion, l’opération est encore plus simple à effectuer. Sélectionnez le volume qui apparaît sur votre Bureau, effectuez un clic droit de souris et sélectionnez la commande « Chiffrer [nom du volume] »

Image 01

(le menu contextuel donnant accès au chiffrement du disque sur 10 ?8)

Une fois cette commande sélectionnée, la fenêtre d’un assistant apparaît, elle vous guidera tout au long du processus de chiffrement du volume.

Dés de la première étape vous devrez saisir un mot de passe, son importance est grande, c’est cette combinaison de caractères qui protègera vos données. Vous aurez aussi besoin d’un « indice » qui vous servira pour vous remémorer le code secret.

Image 02

(la fenêtre de saisie du mot de passe et de l’indice)

Lorsque la saisie de ces éléments est terminée, cliquez sur le bouton « Chiffrer le disque ». L’opération débute, sa durée dépendra de la taille du disque dur.

Attention : Surtout ne déconnectez pas votre disque dur de votre Mac et n’éteignez pas votre ordinateur.

Une fois le chiffrement de votre disque dur terminé, vous pouvez éjecter le disque dur. Sélectionnez le et déplacez le vers la corbeille, le disque dur sera supprimé du Bureau. Vous pouvez le déconnecter.

Dès que le disque dur est connecté à votre Mac, une fenêtre apparaît, imposant la saisie du mot de passe. Il s’agit bien du mot de passe fourni lors du processus de chiffrement du disque dur.

La perte du mot de passe entraine automatiquement la perte des données chiffrées sur le disque dur.

Mac :: Comment modifier la fréquence des recherches des mises à jour d’OS X Mountain Lion ?

OS X Mountain lion vérifie une fois par semaine les mises à jour disponible, si sous Lion il était possible de modifier la fréquence des vérifications, ce n’est plus possible sous Mountain Lion, le tableau de bord a disparu.

Modifier la fréquence est toujours possible, mais il faut utiliser le Terminal pour cela :

$ sudo defaults write /Library/Preferences/com.apple.SoftwareUpdate ScheduleFrequency 2

Le chiffre indiqué à la fin de la commande, indique le nombre de jours entre deux vérifications. La valeur par défaut est « 7 » pour une semaine.

C’est une bonne pratique de vérifier régulièrement la disponibilité des mises à jour.

Mac :: Comment installer automatiquement les mises à jour de Moutain Lion ?

La commande « SoftwareUpdate » permet de mettre à jour OS X sans passer par le Mac App Store. Cette commande est très pratique pour forcer les mises à jour sur un Mac distant ou celui d’un enfant qui esquivera la mise à jour depuis le MAS. Elle existe depuis les origines de Mac OS X, mais elle fonctionne toujours sur OS X Mountain Lion.

Pour tester cette commande, lancez le « Terminal » depuis le dossier « Utilitaires » du répertoire « Applications ».

Pour obtenir la liste des mises à jour disponibles, utilisez la ligne de commande suivante :

$ sudo softwareupdate -l

Pour installer toutes les mises à jour :

$ sudo softwareupdate -i -a

Pour installer une mise à jour en particulier, il est nécessaire d’utiliser le nom du Package, comme ceci :

$ sudo softwareupdate -i PackageName

La commande « SoftwareUpdate » ne prend en compte que les mises à jour d’OS X mais pas les applications tierces. Pour le moment les applications achetées sur le Mac App Store doivent être mises à jour au travers du MAS.  Elles ne peuvent donc pas être mises à jour au travers du terminal.

Mac :: Comment redémarrer OS X Moutain lion depuis le Terminal ?

Cette commande peut être exécutée dans le Terminal ou au travers d’une connexion SSH (à distance) elle est connue des Unixiens, la voici :

$ sudo shutdown –r now

Vous devrez saisir le mot de passe administrateur mais votre mac redémarra immédiatement ! La fermeture est immédiate et les applications sont « tuées » (kill) les documents ne sont pas sauvegardées. Attention donc !

Pour le plaisir si vous vous connectez à distance et que vous souhaitez informer les utilisateurs voici la même commande mais avec un message :

$ sudo shutdown –r now « Attention, redémarrage immédiat du votre Mac »

Finder :: Comment utiliser les services « wordService » de Devon Technology…

DEVON est un éditeur de logiciels allemand très connu pour deux logiciels « DEVON Think Pro » et « DEVON agent », le premier est un outil de gestion documentaire, la référence sur Mac et le second une sorte de « robot » de recherches d’information sur Internet, lui aussi une référence sur Mac.

DEVON propose plusieurs outils gratuits, dont « WordService » (rien à voir avec Microsoft Word). Il s’agit d’un service qui fournit 37 fonctions, les plus populaires sont les fonctionnalités de conversions de texte, de formatage ou de lecture du texte sélectionnés ainsi que l’insertion des données comme la date ou d’afficher des statistiques sur la sélection.

 Ils sont très pratiques et ils permettent par exemple de changer la case d’un texte, pour en un clic les transformer de minuscule ou majuscule par exemple.

 Ce service une fois installé fonctionne avec toutes les applications récentes, c’est à dire « Cocoa » comme : Textedit, Mail, Stickies, Notes, Fire, OmniWeb, ProjectBuilder or TeXShop), mais pas dans Microsoft Word.

 Vous pouvez télécharger « WordService » à cette adresse : http://www.devontechnologies.com/download/products.html

Le fichier est à l’origine compressé et il sera « décompressé », placez dans le dossier « Téléchargements » de votre Mac.

Pour l’installer il faut placer le fichier « WordService.service » dans le dossier « Services » dans le répertoire Bibliothèque, qui comme vous le savez est caché dans la dernière version Mac OS X LION.

Voici une commande à placer dans le TERMINAL qui  rend l’opération plus simple :

$ open ~/Library/Services

Note : la tilde s’obtient en pressant les touches « alt » et « n »

Image01

(la commande saisie dans le TERMINAL)

Cela a pour objectif d’ouvrir directement la fenêtre de ce dossier. Glissez y le fichier « WordService.service ».

Vous pouvez imaginer que cela suffise, non, il faut activer individuellement les services. L’opération est simple, lancez les préférences système, puis dans le panneau « Clavier » sélectionnez l’onglet « Raccourcis clavier ».

Dans la colonne de gauche sélectionnez « Services », puis dans celle de droite descendez jusqu’à la section « Texte ».

Image02

(Le panneau de préférence « clavier » listant les services actifs dans la section « texte »)

Là plusieurs lignes sont cochées, d’autres pas. Les 37 actions proposées par DEVON ont toutes des titres en Anglais, par exemple « All Caps » transforme le texte sélectionné en majuscule, « Long Date » et « Long Date & Time » ajoute la date et l’heure dans le fichier texte. L’action « Remove » comme « Remove Line Ending » supprime la fin de ligne et ainsi de suite…

Astuce :

Plus vous aurez d’applications sur votre Mac et plus vous aurez de service, il devient difficile de savoir quelle application propose quel service. Il existe pourtant une astuce, faites un clic droit sur l’astuce et sélectionnez « Afficher dans le Finder », cela vous conduit directement vers l’application qui offre ce service. Concernant le « WordService », c’est le fichier « WordService.service » qui est présenté.

Image03

(La liste des services affichant l’option « Afficher dans le finder »)

Une fois l’installation terminée et la sélection des services effectuée. Il faut vérifiez que le service fonctionne. Pour cela ouvrez un éditeur de texte comme « texEdit », créez un nouveau document.

Placez du texte et sélectionnez le, puis choisissez dans le menu contextuel (clic droit de la souris) ou si vous êtes plus à l’aise dans le menu « Services » du premier menu de votre application, il porte en général le nom de l’application.

Vous y trouverez deux lignes, le premier porte le nom de « Statistics.. » qui retourne le nombre de caractères à partir du texte sélectionné, comme ceci :

IImage04(Fenêtre de résultat affichant les statistiques du texte sélectionné)

C’est une fonctionnalité qui manque à certaines applications…

Pour les actions, en sélectionnant par exemple « All Caps » vous aurez le texte sera mis en majuscule.

Image05

(Menu contextuel, affichant les services dont « All Caps »)

Plein d’autres actions sont disponibles : comme de trier les lignes, de supprimer les espaces en début et en fin de ligne, de décaler à gauche ou à droite le texte, de supprimer la fin des lignes, de supprimer les espaces multiples et ainsi de suite, il faut les tester et garder celles qui vous seront les plus intéressantes.

Ces « services » ne fonctionnent que sur du texte, cela ne marche pas avec un fichier sélectionné dans le Finder par exemple. Par contre si vous passez en mode Edition du nom du fichier, là vous pourrez utiliser ces services, comme par exemple mettre le titre d’un document en minuscule ou majuscule…

Les « WordServices » de DEVON sont pertinents et lorsque l’on manipule du texte dans plusieurs éditeurs, retrouver à chaque fois les mêmes services et raccourcis est un plus indéniable. A utiliser sans limites.

Juste une remarque, les noms des services sont censés être localisés en Français mais sur mon Mac cela n’est pas le cas. Mais il faut dire que je bidouille beaucoup ma config…

Mac :: Comment Voir comme un daltonien ?

Voir comme un daltonien !

Le daltonisme est un handicap qui ne touche que les hommes. Pour faire simple, il s’agit de voir les couleurs de façon altérée et suivant plusieurs degrés.

Jusqu’à aujourd’hui j’ai toujours eu des difficultés à expliquer comment je voyais le monde d’une autre couleur. Je peux maintenant grâce à un utilitaire gratuit montrer ce qu’est la vie d’une personne atteinte de daltonisme.

 Vous trouverez un utilitaire créé par Michel Fortin du nom de « Sim Daltonisme » sur ce site. En complément vous aurez droit à une explication sur ce sujet.

 http://michelf.com/projets/sim-daltonisme/

 Le tout est bien sûr en français. Vous devez commencer par sélectionner dans le haut de la fenêtre dans le menu déroulant le type de daltonisme Car il en existe plusieurs…

 

Image2

(le menu permettant de sélectionner le type de daltonisme)

Puis le curseur servira de point central de la zone sera affichée avec les couleurs telles qu’elles sont vues par un Daltonien, dans certain cas il n’y a même palus de couleurs…

 

Image2

(le résultat tel qu’il est vu par un daltonien avce un réglage « sans cone »)

 Une application intelligente et bien faite comme il en faudrait tant d’autres.

Finder :: Comment utiliser Google Cloud Print sur Mac ?

Google lance souvent de bonnes initiatives mais elles sont rarement soutenues par une communication appropriée. Et ces nouveautés technologiques disparaissent aussi vites qu’elles sont apparues par manque de visibilité pour les utilisateurs.

Ce ne devrait pas être le cas de « Google Cloud Print » qui a tout d’une bonne technologie, la fonctionnalité est pertinente et elle est simple à utiliser. L’objectif de « Google Cloud Print » est de vous permettre d’imprimer une page sur votre imprimante personnelle depuis n’importe quel point sur Internet. Cette technologie répond aux besoins des utilisateurs itinérants en particulier de ceux qui souhaitent imprimer une photo sur l’imprimante de la maison lorsqu’ils sont en voyage…

Mais c’est aussi une solution de partage d’imprimante qui donne l’occasion aux membres de la famille d’utiliser une imprimante personnelle et ceci quel que soit le matériel utilisé : Smartphone, tablette, ordinateur de bureau, Netbook etc.

Apple a sa propre solution « Air Print » mais qui ne reçoit pas l’accueil escompté, trop peu d’imprimantes sont compatibles.


Comment cela fonctionne-t-il ?

« Google Cloud Print » est compatible avec toutes les imprimantes. Toutefois,  Google conseille l’utilisation d’une imprimante en réseau c’est-à-dire connectée directement sur votre réseau personnel en WI-FI ou par Câble/Ethernet.

Il est recommandé d’utiliser une des imprimantes HP, Kodak, Epson listées dans cette page (http://www.google.com/cloudprint/learn/printers.html ).

La raison en est simple, en utilisant une imprimante connectée au réseau, votre ordinateur n’a pas besoin d’être allumé pour que l’imprimante puisse être utilisée.

Dans le principe vous affectez à votre compte Google (gmail.com) une ou plusieurs imprimantes. Pour ce faire, sur PC ou Mac, vous devez avoir installé Chrome (le navigateur de Google).

Une fois Chrome lancé, c’est lui qui va gérer l’imprimante et les tâches d’impression qui lui sont demandées. Imaginez que-vous utilisiez un Smartphone, vous envoyez une page à imprimer, les serveurs de Google la reçoivent puis la transmette au navigateur Chrome de votre ordinateur afin que ce dernier lance l’impression.

Les programmes compatibles avec cette technologie sont bien sur ceux livrés par Google à savoir : Google Doc et Gmail mais c’est aussi vrai pour les applications comme Chrome ou Picasa.

Plusieurs contraintes :

1 – il faut avoir un compte Google (gmail.com)

2- Il faut une imprimante allumée !

2 –Et au choix : une imprimante est sur votre  réseau, soit le PC ou le Mac est allumé avec Chrome d’ouvert.

Comment Activer Google Cloud Print sur Chrome 17 ?

Étape 1 : Lancez chrome et vérifiez qu’il est à jour.

Pour ce faire, dans le menu Outil, lancez la rubrique « A propos de Google Chrome ».

Image 01(Chrome indique ici qu’une mise à jour est nécessaire)

Étape 2 : Ouvrez les options de Chrome ensuite cliquez sur « Préférences »

Image 02 (Le menu de préférence de Google Chrome)

Étape 3 : Activez « Google Print Cloud » : Dans l’onglet « Options avancées », en bas de la page, cliquez sur le bouton « Connexion à Google Cloud Print ».

Image 03

(Bouton de connexion à Google Cloud Print)

Étape 4 : Validez la confirmation de compte

Vous êtes redirigés vers une page de Google, vérifiez qu’il s’agit bien de votre compte « Google » et validez en cliquant sur le bouton.

Image 04

(confirmation et validation de la création du compte Google Cloud Print)

La phrase « Manage your Printers » indique qu’il est possible en suivant ce lien de configurer plusieurs imprimantes, en suivant toujours le même processus.

Par défaut les imprimantes ajoutées sont celles de votre ordinateur, mais seront aussi ajoutées celles des ordinateurs sur lesquels vous avez activé « Google Cloud Print ».

L’url qu’il faut garder en mémoire est celle-ci : https://www.google.com/cloudprint#printers Elle vous mène directement au centre de contrôle de vos imprimantes et des tâches d’impression que vous avez demandé (« Print Jobs » en Anglais).

Si vous souhaitez partager une imprimante avec des amis ou de la famille, sélectionnez l’imprimante puis cliquez sur le bouton « Share », là saisissez l’adresse email de votre correspondant, il recevra un email avec la démarche à suivre.

Vous pouvez ainsi imprimer directement chez un ami ou un collaborateur, il suffit que l’imprimante soit allumée et que Chrome soit lancé.

 

 

Comment utiliser Google Cloud Print :

Google propose une page qui résume les applications qui exploitent « Google Cloud Print », cette liste n’est pas forcément à jour (http://www.google.com/cloudprint/learn/apps.html). Voici les solutions pour les trois environnements PC/Mac, Android, et iOS.

Si vous imprimez d’un PC ou Mac vers une imprimante connectée à un PC :

A partir de Chrome, toutes les pages Web peuvent être imprimées sur une imprimante Google Cloud, sélectionnez « Imprimer dans le menu d’outils ». Il en va de même pour Gmail et Google Doc.

Là où c’est plus compliqué, voire impossible, c’est d’imprimer depuis une autre application. Il existe pourtant une app pour mac OS X qui comble cette lacune. Elle se déniche sur le Mac App Store, elle porte le nom de « Cloud Printer ».

http://itunes.apple.com/app/cloud-printer/id463448876

Image 05(Cloud Printer sur le Mac App Store)

Une fois installé cette application vous permet d’imprimer depuis n’importe quelle application Mac Peu importe, que cela soit un document, une image ou un dessin, il sortira sur l’imprimante associée à votre compte Gmail.

Image 06 (La fenêtre principale de Cloud Print avec la lise des imprimantes du compte connecté)

Si vous êtes un utilisateur assidu de Chrome (sur mac ou Pc) une extension permet d’ajouter des fonctionnalités au Browser, elle peut sembler futile, mais devient très vite indispensable.

Cette extension rajoute les imprimantes dans les menus de Chrome, en particulier dans les pages internet de Google ou ajoute des raccourcis dans Google Docs, cela est fort pratique.

L’extension gratuite » Google Cloud Print » pour chrome :

https://chrome.google.com/webstore/search/google%20cloud%20print?hl=fr

 

Utilisez Google « Cloud cloud Print » depuis iOS (iPad et iPhone) :

Sur iOS les applications Gmail et Google Doc que vous trouverez sur l’App Store fonctionnent sans soucis, vous imprimez sur une imprimante Google Cloud Print.

Afin d’étendre cette solution à d’autres applications, la meilleure solution est  « Print Central Pro » qui coute 7,99€ c’est dommage que le prix soit si élevé car c’est la meilleure solution disponible à la promesse non tenue d’Apple de nous permettre d’imprimer sans soucis depuis un iPad.

 https://itunes.apple.com/fr/app/printcentral-pro/id426362921?mt=8

Capture d écran 2013 01 08 à 20 27 13


Utiliser Google Cloud Print depuis Android :

1-     Vous pouvez imprimer depuis Google Doc directement sur l’imprimante Google Cloud Print.

 

Capture d écran 2013 01 08 à 20 25 49

2-     Plusieurs logiciels étendent la fonction sur Android et permettent à d’autres applications d’envoyer des impressions vers les imprimantes :

  1. Installez l’application « Cloud Print » (gratuite) (https://play.google.com/store/apps/details?id=com.pauloslf.cloudprint )
  2. « PrinterShare™ Mobile Print » (gratuite)
  3. « Easy Print » (gratuite)

 

Google Cloud Print, est une solution pratique  qui fait abstraction des configurations trop complexes, un exemple à suivre pour Apple ?

macOS : Comment trouver un fichier .plist ?

Les fichiers « .plist » (pour « Parameters List») sont des fichiers qui contiennent les préférences d’une application, c’est souvent le bon endroit pour dénicher des astuces ou options cachées d’une application.

Image 01(un fichier « .plist » avec un exemple de contenu)

Trouver le fichier des préférences. « .plist » d’une application n’est pas toujours facile. Il arrive souvent que le nom du fichier. plist soit différent de celui de l’application. Mais il y a un moyen facile de faire pour trouver ces fichiers.

Commencez par ouvrir l’application, dès que l’application est lancée, le fichier .plist est modifié. Il suffit simplement de déplacer la fenêtre de l’application pour que celle-ci enregistre les nouvelles coordonnées dans le fichier de préférences. Ainsi à la prochaine ouverture celle-ci retrouvera sa place au même endroit.

Ensuite, ouvrez le dossier « Bibliothèque » qui se trouve dans votre dossier personnel (la petite maison blanche). A noter que depuis Mac OS X Lion, ce dossier n’est plus visible.

Pour contourner cette limitation, maintenez enfoncée la touche « alt » puis sélectionnez le menu « Aller  » dans le Finder et vous trouverez dans la liste le dossier « Bibliothèque ». Ouvrez ensuite le dossier « Preferences ».

Placez la fenêtre en mode « liste », puis cliquez sur le haut de la colonne « Date de modification » afin de les classer du plus récent au plus ancien. Le premier de la liste devrait être l’application que vous venez d’ouvrir.

Image 02

(contenu du dossier « Preferences » en mode liste)

Si vous souhaitez chercher directement sans passer par ce dossier, le moyen est d’utiliser le terminal et la commande find comme ceci :

$ find /Users/Dom/ -name com.apple.Safari*

Sachant que les fichiers « .plist » portent le nom de l’application avec la convention de nommage java, cette commande retournera tous les fichiers de préférences de Safari. Pour la plupart ils seront dans le dossier « Library » qui en Français est « Bibliothèque ».

Cela devrait vous amener à trouver des fichiers « .plist » placés dans le dossier « Containers ». Ce dossier s’adresse aux applications qui sont « sandboxisées », c’est-à-dire qu’elles proviennent du Mac App Store. Apple requière que les applications du store soient isolées des autres éléments du Mac, le seul endroit où elles ont accès est ce dossier. Ce dossier grossit de jour en jours, le nombre d’applications « Sandboxisées » grandit.

Image 03

(le dossier « Containers »)

Henri Dominique Rapin

Mail :: Comment déplacer vers la boite aux lettres « Archives » les anciens messages ?

SEScriptEditorXDeux approches, La première consiste à créer une « boite aux lettres intelligente » et de regrouper dans cette boite aux lettres  virtuelle les messages reçus au de la d’une période (1 ans, 1 mois etc..). Cette solution vous permet d’identifier individuellement les messages anciens, et vous donne la possibilité de déplacer manuellement le message vers un dossier ou vers la BAL « Archives ».

Pour réaliser cette boite aux lettres intelligente :

Image 01

(Fenêtre de conditions de la boite aux lettre intelligente)

Avec AppelScript :

Une autre approche existe, elle est plus « directive « mais nécessite l’utilisation d’Applescript.

Vous pouvez créer une application depuis l’éditeur d’Applescript, sinon vous pouvez créer un service qui s’exécutera dans Mail ou plus facilement créer une application « Automator ».

Voici le script AppleScript :

-- Définition du dossier de destination des mails.
set DestinFolderName to "Archives"
-- Définition de la période au-delà de laquelle les messages seront archivés
-- Cette période est exprimée en jour (30 * days) soit 30 jours dans notre exemple
set staledate to (current date) - (30  * days)
tell application "Mail"
Collecte de tous les messages dépassant cette période
set msgs to every message of message viewer 1 whose date received is more than staledate and read status is true
-- Boucle sur tous les messages récupérés
repeat with aMsg in msgs
        set acct to account of mailbox of aMsg
        -- Récupère si le compte possède une BAL « Archives »
        if name of every mailbox of acct contains DestinFolderName then
            -- Si oui alors les messages sont déplacés dans la BAL « Archives »
            set archiveFolder to mailbox DestinFolderName of acct
            move aMsg to archiveFolder
        end if
    end repeat
end tell

Image 02

(le script complet dans l’éditeur de Script)

Si vous souhaitez l’intégrer dans Automator voici la procédure à suivre : Lancez Automator, sélectionnez « Service ». La particularité de services est qu’il récupère des données, c’est le bandeau  en haut de la fenêtre, là sélectionnez « Mail » pour l’application et « pas d’entrée » (le premier menu déroulant).

Image 03

(Les script placé dans Automator pour créer un service)

Placez l’action « Exécuter un script Applescript » et copiez ce script. Enregistrer le service. Il sera disponible dans Mail dans le menu « Mail » sous la ligne « Services ». Vous pouvez ajouter un raccourcis clavier en le configurant dans les préférences claviers. Votre Service apparaitra dans la section « General ».

Finder :: Comment cacher un fichier à la vue de Spotlight ?

Vous pouvez facilement empêcher le moteur de recherche de Mac OS X d’indexer le contenu d’un dossier, il suffit pour cela d’ajouter le dossier dans la fenêtre du panneau de préférence « Spotlight ». Ouvrez le et regardez dans le second onglet « Confidentialité ». Vous pouvez y placer n’importe quel dossier.

Aucun des fichiers présents dans le dossier sélectionné ne sera affiché dans le résultat d’une recherche.

Image 12

 (l’onglet « Confidentialité » avec un dossier ajouté, celui-ci ne sera pas indéxé)

Mais savez-vous comment empêcher un fichier d’être pris en compte par Spotlight ?

Encore plus simple, placez le dans le dossier « Bibliothèque«  dans votre dossier personnel. Aucun des fichiers présents dans ce dossier n’est indexé.

Depuis Lion, ce dossier n’est plus visible, le plus simple pour y accéder est de presser la touche « alt » tout en ouvrant le menu « Aller », il apparaît dans la liste des destinations possibles.

Finder :: Comment imprimer un fichier automatiquement sans alerte ?

Une imprimante apparaît pour AppleScript comme une application, cela semble étrange, mais c’est la vérité. Si vous avez une imprimante connectée à votre Mac, lancez l’éditeur d’AppleScript et dans le menu « Fichier » sélectionnez « Ouvrir un dictionnaire ».

Dans la fenêtre, sélectionnez votre imprimante, vous constaterez que plusieurs mots clés et commandes sont disponibles.

Image 01 (fenêtre de sélection de l’application, l’imprimante « DeskJet F4500 » est sélectionnée)

 Il devient simple de réaliser un script qui imprime un fichier sans que n’apparaisse la fenêtre d’option de l’impression.

 Le script est le suivant :

 set Mon_Fichier to « /Users/Dom/Desktop/Capture.png »

 tell application « Deskjet F4500 »

       activate

       print Mon_Fichier without print dialog

       quit

end tell

 

La première ligne définit le chemin vers le fichier, le reste du script lance l’impression. La commande « Quit » permet de quitter l’impression, elle est optionnelle.

Image 02

(le script dans l’éditeur AppleScript »)

Il est envisageable d’utiliser ce script dans Automator et par exemple d’imprimer un fichier qui sera passé en argument.

Vous pouvez par exemple créer un service qui imprimera automatiquement le fichier depuis le menu contextuel de la souris ou un flux qui imprimera une pièce jointe depuis Mail, toujours de façon automatique.

A noter que la commande « Imprimer » existe dans le Finder, dans le Menu «Fichier » mais pas dans le menu contextuel de la souris. 

 

Voici comment réaliser ce service :

Lancez Automator, sélectionnez « Services ».

 Dans la section haute du flux, sélectionnez dans le premier menu « Documents » et dans le menu suivant « Finder.app ». Cela signifie que ce service ne fonctionnera que depuis le Finder et avec des documents (ce qui élimine des dossiers).

 Placez ensuite l’action « Exécuter un script AppleScript ».

 Placez le script présenté plus haut, supprimer la première ligne et remplacez MON_FICHIER par « input ».

 « input « est le nom du fichier passé par le Finder, ce script fonctionne aussi pour plusieurs fichiers, ils seront imprimés les uns après les autres.

 

Le flux ressemblera à ceci :

 

Image 03

(le flux complet avec le script modifié)

Enregistrez le fichier avec un nom du type « Imprimer Fichier ».

 

Image 04

(le menu d’enregistrement du flux)

 

Une fois enregistré, sélectionnez un fichier puis dans le sous menu « Services » sélectionnez « Imprimer fichier » et les fichiers seront imprimés.

Image 05 (le menu contextuel avec la commande « Imprimer fichier »)

 Si vous sélectionnez un fichier de type « Word » il est probable que l’application Microsoft Word soit ouverte, si elle n’est pas installée, c’est Aperçu qui s’en chargera.

Finder :: Comment régler la taille des icônes de la barre latérale du Finder ?

La fenêtre du Finder affiche toujours à gauche la barre latérale, on y trouve les raccourcis vers des dossiers : Musique, Video, Documents, Téléchargements etc… Sur des petits écrans cette barre latérale peut occuper une place qui pourrait être utile à d’autre fin.

 

Image 08

 (Barre latérale de la fenetre du Finder)

La taille des icônes de cette colonne est modifiable, pour se faire, ouvrez le panneau de préférence « Général »

Capture d écran 2013 01 06 à 17 52 29puis choisissez l’une des trois options : Petite, Moyenne ou grande dans la ligne « Taille de l’icône de la barre latérale ».

Capture d écran 2013 01 06 à 17 53 06

iTunes :: Comment désactiver la partage avec AppleScript et Automator

ITunesVous vous déplacez avec votre MacBook et parfois vous oubliez de désactiver certains partages placés dans les applications d’Apple. Rien de grave si ce n’est qu’en vous connectant sur le réseau Wi-Fi dans un hôtel, tous les autres clients peuvent accéder à vos partages.

 Pour remédier à ce petit problème, voici deux scripts qui sauront désactiver ces partages. Le principal problème que l’on rencontre avec les applications Apple est qu’elles sont partiellement scriptables avec AppleScript, toutes les fonctions ne sont pas disponibles dans le Dictionnaire Apple Script d’iTunes. Et certainement pas la fonction de partage.

 Voici comment désactiver le partage dans iTunes :

 

Image 01

(Le panneau de préférence d’iTunes, onglet « Partage « )

 En version scriptable avec AppleScript :

 

Image 02

 (le script dans l’éditeur Applescript)

 Le script suivant s’appuie sur « System Events » et permet de piloter les fonctions cachées d’iTunes :

 

tell application « iTunes » to activate

tell application « System Events »

            tell process « iTunes »

                        click menu item 3 of menu « iTunes » of menu bar 1

                        click button « Partage » of tool bar 1 of window 1

                        click checkbox « Partager ma bibliothèque sur mon réseau local » of group 1 of window 1

            end tell

end tell

 

Le script s’explique comme ceci :

Le premier « tell » indique l’application cible et l’active.

Le second indique que l’on va utiliser « System Events « pour piloter l’interface graphique du  premier. On revient sur le « processus » iTunes qui est en cours d’exécution, sans quitter « System process ».

 

La première ligne de commande d’interface :

 click menu item 3 of menu « iTunes » of menu bar 1

 

Elle nous permet d’ouvrir les préférences d’iTunes, c’est le troisième élément du menu « iTunes » placé sur la barre des menus numéro 1 (il n’y en a qu’une)

 click button « Partage » of tool bar 1 of window 1

 

On simule ensuite le clic de souris sur l’onglet « partage ».

 click checkbox « Partager ma bibliothèque sur mon réseau local » of group 1 of window 1

 

On termine par décocher l’option de partage, et c’est tout. L’opération s’exécute très rapidement entre une et deux secondes.

 L’idéal est de fermer la fenêtre des préférences en plaçant cette ligne :

 click button « Ok » of window 1

 

Pour créer une application qui désactivera ou activera le partage, placez le tout dans un flux Automator comme ceci :

 Lancez Automator, sélectionnez « Application » et placez sur le plan de travail l’action « Exécuter un script AppleScript » et copiez le script.

 

Image 03

(Le script AppleScript dans Automator)

 Enregistrez le tout sous une application, et il vous suffit simplement de cliquer dessus pour interrompre ou activer le partage iTunes.

Finder :: Comment accéder rapidement aux fichiers ouverts récemment par application ?

FinderC’est simple, effectuez un clic droit sur l’icône de l’application une fois ouverte dans le Dock, puis sélectionnez le document récemment ouvert. Les documents utilisés par cette application sont placés par ordre chronologique en entête de liste.

Image 07

(le menu contextuel d’une application affichant les documents  récemment ouverts)

Automator :: Comment obtenir la liste des ports ouverts ?

AutomatorVous souhaitez identifier les ports TCP/IP ouverts ainsi que les connexions actives ? Les ports ouverts indiquent les applications qui sont en écoutent, elles attendent une connexion depuis l’extérieur. Ce qui peut révéler un partage actif alors que vous ne l’avez pas lancé.

Les connexions, elles, désignent les applications qui réalisent des échanges avec l’extérieur. Il faut faire attention à cette liste car les logiciels malveillants ont pour habitude d’envoyer des informations récupérées sur votre machine vers des serveurs sur Internet. Si le nom d’une application semble étrange, il convient de l’interrompre.

Le plus simple est de passer par le terminal et d’utiliser cette ligne de commande :

 $ lsof -i

Le voici avec un affichage un peu plus « lisible « :

 $ lsof -i | awk '{printf("%-14s%-20s%s\n", $10, $1, $9)}' | sort

 Vous obtiendrez un affichage de ce type :

 

Image 01

(écran du terminal affichant la liste des ports TCP/IP ouverts)

J’utilise Automator pour m’envoyer cette liste par Email depuis des Mac distants, voici comment :

 Lancez Automator, sélectionnez « Alarme Calendrier » si votre objectif est de programmer cet envoi de façon régulière. Sinon optez pour la création d’une application que vous lancerez pour récupérer ces informations par Mail.

 Commencez par placez l’action « Exécuter un script Shell », copiez la commande Unix. Ensuite ajoutez l’action « Créer un fichier Texte » et compléter les paramètres. Terminez par l’action de Mail : « Nouveau Message Mail».

 

Image 02

Image-02.png (le flux au complet).

 Une fois exécuté, le flux crée un message avec comme pièce jointe le fichier contenant l’ensemble des ports ouverts.

Image 03

 (le mail avec le fichier en pièce jointe)

 Si vous ne voulez pas laisser de trace du fichier créé, ajoutez deux actions.

 « Obtenir les éléments du Finder indiqué », indiquez le chemin jusqu’au fichier à supprimer. Puis placez l’action « Placer les éléments du Finder à la corbeille ».

 

Image 04

 (Les deux actions à ajouter pour supprimer le fichier créé.)

Et voila rien de très compliqué…

Finder :: Comment se déplacer directement vers la racine du disque dur ?

FinderApple a décidé de ne plus placer par défaut de disque dur sur le bureau du Finder, on aime ou pas, c’est la nouvelle approche de Cupertino.  Vous pouvez bien sur continuer à placer les icônes des disques sur le bureau, pour cela il suffit de cocher la case « Disques durs » dans les préférences du Finder que vous trouverez dans le menu « Finder » sous la ligne « Préférences … ».

Image01

(la fenêtre de préférence du Finder)

Mais il existe un autre moyen de se déplacer dans l’arborescence du Mac et de se retrouver dans la racine du disque dur.

Vous connaissez le menu « Aller » dans le Finder il permet de se déplacer vers des dossiers plutôt facilement.

Image02

(Le menu « Aller » avec la commande « Sélectionner le disque dur de démarrage sur le bureau » est activée.)

Une combinaison de touches permet de sélectionner le disque dur de démarrage placez sur le bureau, pour cela pressez sur les touches :

Alt + Shift et flèche en haut

Une seconde combinaison vous permettra par exemple de l’ouvrir comme la combinaison : « cmd »  + la lettre « o ».

C’est bien pratique lorsque vous avez plusieurs disque durs, et que vous souhaitez naviguer dans l’arborescence du disque principal. C’est une combinaison à mémoriser !

Finder :: Comment changer l’affichage du chemin afin qu’il débute à partir du dossier personnel

Finder

Le chemin (ou « path » en Anglais) affiche en bas de la Fenêtre du Finder l’arborescence qui mène vers le dossier ouvert. Il s’agit d’une option qu’il faut activer manuellement, par défaut l’affichage de chemin est désactivé.

Image01

(La fenêtre du Finder avec la barre du chemin d’accès activée)

Pour l’activer, sélectionnez « Afficher la barre du chemin d’accès » dans le menu « Présentation ». Cette option est très pratique et permet de se déplacer plus facilement dans les dossiers, vous pouvez par exemple cliquer sur l’un des dossiers présents dans cette barre pour l’ouvrir.

Image02

(Le menu « Présentation » qui donne accès à l’option d’affichage de la barre du chemin d’accès.)

Le chemin ou l’arborescence indiquée commence toujours à partir de la racine du disque dur. Hors, un utilisateur ne devrait naviguer que dans son espace, c’est à dire le dossier qui lui est attribué : la petite maison blanche qui porte le nom de l’identifiant de connexion.

Il serait donc plus simple que l’arborescence placée dans le chemin commence uniquement à partir du dossier personnel. C’est possible et pour cela, il suffit de saisir la ligne suivante dans le terminal :

$ defaults write com.apple.finder PathBarRootAtHome -bool TRUE

Une fois fait, relancez le Finder en tapant cette commande :

$ killall Finder

Chemin avant la modification :

Image03

(Base de départ la racine du disque dur)

Chemin après la modification :

Image04

(base de départ le dossier personnel, la petite maison blanche)

Vous pouvez bien sur revenir à la version d’origine en utilisant cette commande dans le Terminal :

$ defaults delete com.apple.finder PathBarRootAtHome

N’oubliez pas de relancer le Finder.

L’avantage de cette astuce est de réduire la longueur du chemin, c’est pratique pour les utilisateurs qui ont beaucoup de dossiers.

 

Automator :: Comment créer une application Web Autonome ?

 

Automator

Voici comment créer une application qui affichera un site internet dans une fenêtre, cette application sera autonome. Vous pourrez ainsi la distribuer à d’autres utilisateurs de Mac et c’est aussi un bon moyen d’ouvrir une Url en cliquant simplement sur l’icône de votre application.

Lancez « Automator », et sélectionnez « Application ».

Nous n’utiliserons que des actions issues de l’application « Safari ».

Image

La première à placer sera « obtenir les adresses URL indiquées ». La seconde n’existe que sur Lion et porte le nom de « Pop-Up de site Web ». Grâce à cette action nous pouvons visualiser ce que sera l’aspect d’une page Internet dans Safari mais aussi sur iPhone ou iPad.

 

Capture d écran 2012 12 29 à 17 55 37

L’action présente quelques options, comme la taille de la fenêtre qui peut être personnalisée. L’agent Utilisateur est le nom envoyé par le Browser au site internet. Le site peut ainsi envoyer des pages qui s’afficheront mieux dans telle ou telle version du browser. La position comme son nom l’indique place la page internet dans la fenêtre qui la contiendra, enfin la sortie permet d’envoyer vers une autre action l’url affichée dans la page.

Voilà, rien de plus, enregistrez votre flux qui deviendra une application, il suffit ensuite de la placer dans le dossier « Applications », le Dock ou sur le bureau et un double clic fera apparaître cette page dans un fenêtre, quelle solution plus élégante pour envoyer un lien vers un site à un ami ?

Contacts :: Comment determiner quels sont les contacts dupliqués ?

Contacts

Le carnet d’adresses (« Contacts » le nouveau petit nom sous Mountain Lion du Carnet d’adresses) est un utilitaire très pratique surtout si vous possédez un iGadget, en effet la synchronisation entre votre Mac et l’iPhone est automatique. Mais les mystères de la synchronisation font que parfois les données sont dupliquées, un contact sera présent à plusieurs reprises dans le carnet d’adresse.

Il existe plusieurs méthodes pour corriger le problème des contacts dupliqués.

Le plus simple consiste à utiliser un utilitaire du nom d’ « AddressBook Cleaner », il fait des merveilles. Il est rapide et permet de choisir les duplicatas de contact individuellement. C’est la solution ultime pour celui qui a complétement chamboulé son carnet d’adresse en dupliquant tous les contacts à plusieurs reprises.

 

Image 00

(fenêtre d’addresseBook Cleaner présentant plusieurs contacts dupliqués)

Le site d’AddressBook Cleaner : http://www.imactools.com/addressbookcleaner/ prix 12,95$

L’autre solution proposée par Apple est plus « rustre » mais le résultat vous fera économiser quelques euros.

Conscient du problème, Apple propose dans le menu « Fiche » la commande « Rechercher les doublons ». Si des contacts sont trouvés, une alerte vous propose de « fusionner » les contacts. N’ayez crainte les informations ne sont pas perdues, elles sont toutes regroupées dans un seul contact.

 

Image 01

(le message d’alerte du carnet d’adresse lors de la découverte de duplicatas)

L’inconvénient de la solution d’Apple c’est qu’elle ne vous indique pas quel contact est dupliqué. Il peut être préférable de ne pas laisser faire Apple avant d’avoir une idée des contacts en double :

Pour résoudre ce problème le plus rapide est de créer une application avec Automator, vous la conservez sous la main pour un usage ultérieur ou vous la distribuerez à des amis.

Lancez Automator, choisissez « Application » dans la première fenêtre, puis sélectionnez l’action « Exécuter un script Shell » et placez cette ligne de commande :

"osascript -e 'tell app "Address Book" to get the name of every person' \ | perl -pe 's/, /\n/g' | sort | uniq -d"

La ligne de commande est un mixte d’AppleScript et de Shell (Unix) et Perl…

Image 02

 

(le flux complet sous automator)

Puis ajoutez une action « Nouveau document Textedit », ce document récupér le résultat de la commande précédente et l’afficher.

Voilà vous avez ainsi la liste des contacts dupliqués. Enregistrez le tout en tant qu’application

 

Image 03

(Fenêtre d’enregistrement du flux en application)

Un simple clic de souris sur cette application et vous verrez s’afficher la liste des contacts dupliqués. Vous pouvez fusionner deux contacts en les sélectionnant puis dans le menu  « Fiche » en choisissant « Fusionner les contacts ».

Inversement, vous pourriez à raison vouloir dupliquer une adresse, pour ce faire, il suffit de copier le contact en cliquant sur « Control et C » » puis en le « collant » avec « Control et V », et voilà l’entrée dans le carnet d’adresse est dupliquée.

Automator :: Comment archiver les documents créés dans la journée et les placer dans un dossier horodaté ?

Automator

Imaginons que vous utilisiez un dossier dans lequel vous placez toutes vos créations de la journée. Vous souhaitez effectuer une sauvegarde de ce dossier en fin de journée afin de conserver une trace du travail réalisé.

Automator a une solution pour vous, toute simple…

Lancez Automator, nous allons créer une « Alarme de calendrier », notre objectif est bien d’exécuter cette sauvegarde tous les jours en fin d’après midi.

Commencez par placer l’action « Rechercher des éléments du Finder », là sélectionner le dossier de travail, dans l’exemple ci-dessous j’ai choisi le « bureau ».

Paramétrez les critères de recherche :

–       Le type doit être document (ce qui exclut les dossiers)

–       La date de création est aujourd’hui

 Attention, seulement les fichiers créés aujourd’hui seront pris en compte pas ceux modifiés !

Placez ensuite l’action « Nouveau Dossier daté ». Cette action est méconnue, pourtant elle est bien pratique. Elle sert à créer un dossier avec un nom contenant la date. Les paramètres sont nombreux.

Image 01 (l’action « Rechercher » avec tous les critères »)

Dans l’exemple, j’ai choisi une date en chiffre espacée par le trait de soulignement et j’ai placé le mot « Archives » devant la date.

Attention, il y a une section importante : « Action » (en bas de l’action) elle définit ce qui va être effectué sur les éléments transférés vers cette action. Au choix les éléments sont « déplacés » ou ils seront « copiés », dans mon cas je les copie en utilisant « Dupliquer les éléments transmis dans le nouveau dossier ».

Cerise sur le gâteau, vous pouvez ajouter l’action « créer une archive », puis compresser l’ensemble et déplacer l’archive vers un dossier spécialement dédié à cet effet.

Image 02 (le flux avec la création du fichier Zip, puis le déplacement vers un dossier particulier)

Enregistrez le tout et paramétrez l’alarme pour qu’elle s’exécute tous les jours à une heure précise.

macOS: récupérer le contenu du presse papier dans un nouveau document grace a automator

Automator

J’aime bien cette astuce car je copie souvent des textes ou des images. Hors ces éléments sont placés dans le presse-papier et si on ne les sauvegarde pas rapidement, ils sont vite écrasés par d’autres alors qu’il est si facile de faire un copier/coller.

Vous pouvez exprimer le besoin de simplement sauvegarder le contenu du presse-papier dans un fichier texte, voici comment :

Lancez Automator puis sélectionnez  » Service » (avec une application cela fonctionnerait aussi). Dans la section haute, sélectionnez « Pas d’entrée » dans le premier menu puis n’importe quelle application » dans le second.

Placez l’action « obtenir le contenu du presse papier » puis l’action « créer un fichier texte » (il est livré par l’application Textedit).

Image 01

(Le flux complet)

Petite astuce, par défaut le fichier portera toujours le même nom « sans titre.txt ». Si vous réitérez l’opération plusieurs fois, vous rencontrerez un problème sauf à cocher la case « Remplacer les fichiers présents » mais dans ce cas vous perdrez les précédents fichiers texte.

Il est préférable d’ajouter au nom du fichier l’heure à laquelle le fichier a été créé. L’heure et les minutes ne suffisent pas, il faut ajouter les secondes, vous serez ainsi certain de ne pas avoir deux fois le même fichier.

La variable « Heure actuelle » se trouve dans la section « variables », glissez/déposez là sur le champ « Enregistrez sous », puis cliquez sur le petit triangle blanc inversé et sélectionnez le format de l’heure qui présente aussi les secondes.

Image 02

(le menu modifier de la variable « heure actuelle »).

Enregistrez ce service. Il sera accessible depuis le menu « Services » dans chaque application.

Image 03

(le menu service avec le service de copie du presse-papiers)

Amélioration :

Le problème avec les flux c’est qu’il faut plusieurs manipulations pour les lancer.

On peut faire plus simple, il suffit d’enregistrer un raccourci clavier. C’est simple, ouvrez les préférences « Clavier », cliquez sur l’onglet « Raccourcis clavier » puis dans la colonne de gauche sélectionnez « Services », dans celle de droite descendez tout en bas de la liste pour trouver le votre et affectez lui une combinaison de touches.

Image 04

(le panneau de préférence « Clavier » avec l’attribution d’un raccourcis sur le service)

Henri Dominique

Henri Dominique Rapin

Automator :: Comment enregistrer automatiquement le contenu du presse-papiers dans une note de l’application « Notes » ?

Automator

Il est facile de placer le contenu du presse-papiers dans un fichier texte (voir l’astuce précédente). Mais qu’en est-il du presse papier ?

Le problème est qu’il n’y a pas d’action Automator pour l’application « Notes » livrée avec Mountain Lion. Il faut donc utiliser AppleScript.

Le script est simple le voici :

 

set noteHTMLText to "<pre style=\"font-family:Helvetica,sans-serif;\">" & (the clipboard as Unicode text) & "</pre>"
tell application "Notes"
make new note at folder "Notes" with properties {name:"Presse-papiers", body:noteHTMLText}
end tell

 

Il s’explique ainsi.

La première ligne sert pour récupérer le contenu du presse-papiers (The Clipoboard) et transforme ce contenu en HTML. Le HTML est le langage de description des Notes dans l’application fournie par Apple.

La section « Tell application ‘’Notes’’ » lance l’application et l’ouvre si nécessaire.

La ligne « Make new note » créée la note dans l’application avec le titre « Presse-papiers » et le corps (body) avec le contenu de la variable « noteHTMLText ».

Il suffit donc de créer un service dans Automator, puis d’ajouter l’action « Exécuter un script AppleScript » et de copier le script.

Image 01

 (Flux complet de création d’une note depuis le presse papier)

 

Il ne vous reste plus qu’à créer un raccourci sur ce service et en une simple combinaison de touches vous créez une nouvelle note dans « Notes ».

A noter ! que les notes se synchronisent avec iCloud, si donc vous avez un iPhone ou un iPad, la note se retrouvera automatiquement sur cet appareil. Idem sur Mac si le même compte iCloud est configuré sur tous les ordinateurs.

Automator :: Comment créer une archive ?

Automator

Comment créer une archive ?

Une archive consiste à regrouper des fichiers puis de les compresser. On reconnaît les archives par rapport à leur icône et pour leur extension « zip » d’ailleurs on les appelle souvent des fichiers « zip » (bien qu’il existe d’autres formats).

Ces archives sont utiles lors des envois par mail mais aussi lorsque l’on souhaite placer des fichiers dans un endroit particulier pour les archiver.

C’est une opération que vous pouvez exécuter depuis le menu contextuel de la souris en sélectionnant un fichier ou un dossier. Mais si cette opération est récurrente, vous pouvez l’automatiser de multiples façons :

 La première en  créant une application :

Lancez Automator puis choisissez « application ».

Placez l’action  » Créer une archive », il s’agit d’une action en provenance du Finder.

Image 01

(Le flux au complet avec la case option cochée)

Si vous souhaitez modifier des paramètres de cette action lorsqu’elle s’exécute, cochez la case « Afficher cette action si le processus est exécuté » (dans la section « Options »)

Dans ce cas une petite fenêtre comme celle-ci apparaitra :

Image 02

(Fenêtre de modification de l’archive avant exécution)

Et c’est tout, enregistrez votre flux comme application. À chaque dossier ou fichier déposé sur l’icône de cette application, une archive est créée.

 2nd possibilité : Créer une action de dossier !

Dans ce scénario, vous glisserez un fichier/dossier dans un dossier et automatiquement une archive sera créée,  en prime cette archive sera déplacée vers un dossier « Archive ».

C’est utile lorsque vous souhaitez archiver des fichiers originaux avant modifications.

Lancez Automator, cette fois sélectionnez « action  de dossier ».

Dans la section haute, sélectionnez le dossier qui servira de réceptacle et qui lancera la création de l’archive.

Sélectionnez  l’action  » Créer une archive » (idem à la précédente si vous souhaitez modifier les options, cochez la case : « Afficher cette action si le processus est exécuté »).

En option nous allons déplacer cette nouvelle archive vers un disque dur du nom « Archive », placez l’action « Déplacer les éléments du Finder », notez la case à cocher « Remplacer les fichiers existants ».

Là vous devrez faire un choix, si le fichier compressé porte toujours le même nom je vous propose de modifier le flux en ajoutant au nom la date du jour, vous conserverez ainsi tout l’historique.

Pour ce faire ajoutez l’action « Renommer les éléments du Finder », et sélectionnez « Ajouter date ou heure » puis paramétrez les préférences de l’action en fonction de vos besoins.

Image 03

(le flux au complet avec la modification du nom)

Au final, lorsque vous déplacerez un fichier dans le dossier choisir, un fichier Zip sera créé et ensuite déplacé dans le disque dur « Archive » (ou n’importe lequel…)

 

Henri Dominique Rapin

 

AppleScript :: Comment modifier les paramètres de sécurité par scripts ?

SEScriptEditorX

 

AppleScript :: Comment modifier les paramètres de sécurité par scripts ?

Voici trois scripts qui vous permettront de scripter les préférences du panneau de sécurité. Ils servent à automatiser le paramétrage de sécurité lors du lancement de l’écran de veille, en fonction du paramètre sélectionné, un mot de passe sera ou non demandé.

 

Image 02

 (Le panneau de préférences et Confidentialité onglet « Général »)

 Le premier active la demande du mot de passe lors de la sortie de la veille du Mac:

tell application "System Events" to set security preferences's require password to wake to true

Image 02

(le script dans l’éditeur de script)

 Le second fait simplement l’inverse, le mot de passe ne sera pas nécessaire après le lancement de l’écran de veille :

tell application "System Events" to set security preferences's require password to wake to false

 

Image 03

(le script dans l’éditeur de script)

 Passer d’un mode à un autre et inversement…

tell application "System Events" to set security preferences's require password to wake to not (security preferences's require password to wake)

 

Image 04

(le script dans l’éditeur de script)

 Henri Dominique Rapin 

Automator :: Comment quitter une application avec Automator et avec AppleScript ?

Automator Voici deux solutions pour automatiser le fait de quitter une application déjà ouverte : La première consiste à utiliser « Automator ».

Il suffit d’ajouter à votre flux l’action « Quitter l’application ». Vous remarquerez la case à cocher qui vous permet d’enregistrer les fichiers ouverts. A ce propos, les applications Apple sous Moutain Lion (et dans une moindre mesure avec Lion) n’ont plus de fonction « Enregistrer ». L’application se charge de sauvegarder toutes les modifications au fur et à mesure.

(Pour des applications comme le Terminal, par exemple, cette case n’a pas lieu d’être cochée, il n’y a pas de document ouvert)

Image 01

(le flux automator avec l’action « quitter l’application »).

La seconde consiste dans l’utilisation d’AppleScript :

Dans ce cas la commande est simple il s’agit de « Quit » comme ceci :

tell application "Safari"
  quit
end tell

N’oubliez pas d’identifier l’application et de placer son nom dans la première ligne du script. Dans l’exemple ci-après, il s’agit de l’application d’Apple : « Safari ».

Image 02(l’éditeur de script AppleScript avec le mini script)

En utilisant ces deux techniques, vous pouvez créer des « applications » et les placer dans le Dock ou sur le Bureau, elles vous permettront de quitter rapidement une application sans passer par un menu fichier et la commande « Quitter », c’est parfois bien plus rapide.

Mac :: Gemini II

Des applications super sympas arrivent sur le Mac Apple Store, nous avons eu une première vague d’applications purement iOS qui fut portée sur le MAS, mais maintenant arrivent les applications purement Mac.

Gemini II est une application qui cherche les doublons au sein de votre Mac. Si comme moi vous brassez beaucoup de fichiers, il n’est pas rare qu’ils soient dupliqués en plusieurs endroits sur votre Mac. C’est au final de l’espace perdu et de possibles erreurs d’utilisation de fichiers par confusion.

Gemini II fonctionne selon deux approches, la première, vous le placez sur un fichier et il cherche sur le Mac si des doublons existent.  La seconde plus intéressante, il scrute tout votre disque dur afin d’y trouver des doublons.

Image 01

 (l’interface principale de Gemeni II)

Il est rapide (mais cela dépend aussi du nombre de fichiers que contient votre machine et de sa puissance) et pour l’avoir essayé sur plusieurs Mac il est impressionnant. Une fois les doublons trouvés, le résultat apparaît dans une seconde fenêtre, qui est très bien pensée, se présentant sur trois colonnes.

A gauche les doublons classés « par grand type » : « Documents », « Archives » (fichiers ZIP ou rar), « Pictures » (images et photos), « Folders » (dossiers) et « Other » pour les autres types.

Au centre, la liste des doublons, un chiffre correspondant au nombre d’occurrence est ajouté au nom. 

Image 02

(fenêtre du résultat de Gemini II)

A droite la section présente le contenu du fichier dupliqué.

En bas de la fenêtre, vous trouvez les chemins qui mènent vers les fichiers, vous pouvez ainsi rapidement identifier ceux qu’il convient de supprimer. Il suffit pour cela de cocher la case et de cliquer sur le bouton « Remove Selected » pour définitivement enlever les fichiers.

Une option est présente dans la barre des menus sous le menu « Duplicate » porte le nom de « Auto Select duplicate », elle est un peu dangereuse, car c’est l’application qui sélectionne les doublons qui seront supprimés.

L’application est véritablement bien faite, simple et facilement compréhensible même si elle est en Anglais. Si vous manipulez beaucoup de fichiers, elle deviendra vite indispensable.

Image 03

(les préférences de Gemini II)

Gemini II sur le MAS :  http://itunes.apple.com/fr/app/gemini-the-duplicate-finder/id463541543?mt=12

Mac :: Comment modifier facilement le fichier Host?

Comment modifier facilement le fichier Host?

(Gratuit, http://www.eosgarden.com/en/freeware/host-manager/overview/)

Le fichier « host » est peu connu pourtant il est présent dans tous les ordinateurs du monde. Son existence remonte à la création d’internet, c’est la que l’on place les résolutions de noms entre le nom du site ou de l’ordinateur et son adresse IP. C’était avant l’apparition des serveurs de noms dits « DNS ».

Le fichier host est toujours utilisé et prévaut sur la résolution DNS. Ainsi si vous ne voulez pas que votre enfant accède à un site, il s’suffit d’indiquer dans le fichier host le nom du site et l’adresse IP de votre machine ou 127.0.0.1 qui est l’adresse de boucle locale.

Image01Le fichier host est difficile d’accès et nécessite les droits admin pour le modifier. Grâce à cet utilitaire, l’opération devient très simple.

Henri Dominique Rapin