macOS : Comment déterminer l’adresse IP de votre réseau (IP externe) ?

Comment déterminer l’adresse IP de votre réseau ?

Votre fournisseur d’adresse attribue à votre Box une adresse IP, celle-ci change régulièrement (quoi que j’ai noté que ce changement intervienne moins fréquemment).

Obtenir cette adresse IP n’est pas simple, un des moyens est de se connecter sur la borne depuis sa page d’administration et de récupérer l’information. Une autre approche consiste à consulter un site Web du type : http://www.myip.dk (il en existe de nombreux sur Internet).

Mais si vous avez besoin de cette information plus fréquemment, une solution existe en utilisant la commande Curl et le site ipecho.net

Saisissez cette commande dans le Terminal :

$ curl ipecho.net/plain

Vous obtiendrez en retour l’adresse ip qui vous a été attribuée. Pour placer la ligne de commande dans un flux Automator, voici comment faire :

Lancez Automator, ajoutez l’action Exécuter un script Shell, placez le texte de la commande. Il faut ensuite récupérer l’adresse IP pour la placer dans une notification (ou un email selon votre besoin) et pour terminer utiliser la variable dans la notification et voilà.

image-01 (écran Automator avec le flux complet)

Henri Dominique Rapin

Advertisements

macOS : Comment récupérer automatiquement le nom du réseau Wi-Fi (SSID) avec automator ?

Automator

Pour corriger un problème de connexion Wi-Fi, j’avais besoin de connaître le nom du réseau WI-FI car le Mac change régulièrement de réseau. Le nom du réseau Wi-Fi s’appelle le SSID. 

Pour récupérer le SSID, il n’y a pas d’astuce particulière, il faut exécuter une longue commande dans le Terminal, ce que les puristes préféreront :

« /System/Library/PrivateFrameworks/Apple80211.framework/Versions/Current/Resources/airport -I | awk ‘/ SSID/ {print substr($0, index($0, $2))}' »

Il existe toutefois une parade moins connue, elle emploie la commande « networksetup », celle-ci permet de récupérer une chaine de caractère qui est en SSID, actuellement utilisé par l’ordinateur, et reconnaissez que la commande est moins longue :

$ networksetup -getairportnetwork en1 | cut -c 24- 

Une fois cette commande en main, vous pouvez la placer dans un script Automator et au choix la faire exécuter en continue dans une boucle ou en le programmant avec Calendrier.

Dans cet exemple, une notification affiche le SSID du réseau et en complément l’adresse IP de la machine. Notez que j’ai utilisé une variable pour enregistrer le nom du réseau Wi-Fi, il s’agit de SSID, c’est une variable de type texte. Donc une fois le résultat du script placé dans la variable, je peux l’utiliser dans des notifications, des emails ou tout autre forme de destination.

La variable « Adresse IP » est fournie avec Automator, elle se trouve dans l’onglet Variables.

Le script comporte trois Actions :

1 – Exécuter un script AppleScript

2 – Définir la valeur de la variable

3 – Afficher la notification

Vous remplacerez la dernière par « Envoyer un email » ou autre action si besoin.

Image 01(le flux complet dans Automator)

Une notification apparaitra lors de l’exécution de ce flux :

Image 02 (La notification créée)

Comment Exécuter le flux en boucle ?

Si maintenant vous souhaitez que ce flux soit exécuté en boucle, ajoutez l’action « Boucle » à la fin du script est nécessaire. Attention à la condition d’arrêt de la boucle veillez à placer une période pas trop longue. Mais surtout ne laissez pas ce champ vide, sinon la boucle sera infinie.

Placez l’action boucle n’est pas suffisant, il faut aussi ajouter une action de pause. Car si vous exécutez le flux tel quel, le nombre de notifications sera monstrueux et cela fait même « planter » Automator.

Ajoutez donc, une action « Mettre en pause » et placez une valeur de 5 ou 10 secondes.

Image 03 (Le flux complet avec l’action Boucle) 

L’action boucle s’avère intéressante, il faut toutefois l’employer avec prudence, n’oubliez pas que lorsque vous testez votre flux, deux boutons sont présents dans la barre des menus, le premier permet d’arrêter l’exécution du Flux, le second de le suspendre.

Image 04 (Les boutons dans la barre de menu d’Automator)

Henri Dominique Rapin 


Applwe reasonably small Recevez toutes les semaines le résumé des publications : Abonnez-vous à la Newsletter !

macOS : Comment créer automatiquement des scripts depuis une page Web dans l’éditeur de script ?

Automator

Il n’est pas rare de trouver sur une page Web un Script AppleScript, de nombreux sites proposent des exemples ou des solutions ou il faut copier le script dans l’éditeur de script d’AppleScript.

Ne serait-il pas intéressant de pouvoir sélectionner ce text/script et automatiquement créer dans l’éditeur de script un nouveau document contenant ce texte ?C’est possible et relativement simple à réaliser, voici comment :

Commencez par ouvrir Automator et sélectionnez un service.Dans la section haute, choisissez dans le menu « Réceptions du service sélectionnées  » le mot « Texte » puis dans le menu « En ordre »  la ligne « N’importe quelle application ».

Image 01

(La section haute du flux dans Automator)

Ajoutez ensuite une action « Exécuter un script AppleScript » et placez ce texte dedans :

on run {input, parameters}
  tell application "AppleScript Editor"
   activate
   if (count documents) > 0 and contents of document 1 is "" then set contents of document 1 to (input as string)
   else
    make new document with properties {contents:(input as string)}
   end if
  end tell
 return input
end run

Image 02(Le flux au complet avec l’action et le script AppleScript)

Le script s’explique ainsi :

1.La première ligne sélectionne l' »éditeur de script »

2.La seconde active l’application

3.Si l’application (l’éditeur de script) contient déjà un document ouvert sans contenu alors la fenêtre sera utilisée pour placer le texte (Input as string).

4.Sinon un nouveau document est créé toujours avec le contenu sélectionné (Input as string).

Enregistrez le service avec un nom significatif comme « Nouveau Script avec le texte… ». Maintenant sélectionnez un texte sur une page contenant un script Applescript. Faites un clic droit pour afficher le menu contextuel et sélectionnez votre service. Le texte est automatiquement ajouté dans un document de l’Editeur de script.

Ce flux Automator et ce script AppleScript sont facilement modifiables pour être employés avec une autre application. Il suffit de changer l’application utilisée dans le script (première ligne).

Henri Dominique Rapin 


Applwe reasonably small Recevez toutes les semaines le résumé des publications : Abonnez-vous à la Newsletter !

Comment chiffrer un dossier afin de le protéger de la vue de tous avec Automator ?

Automator

L’objectif de ce script est de chiffrer un fichier ou un dossier afin qu’il soit protégé avec un mot de passe. Cette fonctionnalité n’existe pas nativement dans Mac OS X, pourtant elle s’avère intéressante en particulier pour tous ceux qui utilisent des stockages en ligne comme Drop box. En effet chiffrer le fichier permet de compléter la sécurité des informations que vous placez sur le Cloud (Nuage) mais surtout garantit la protection de vos données.

Pour effectuer cette opération, je vais utiliser une fonction qui est accessible depuis l’Utilitaire disque. Ce programme permet de créer des images disque, sorte d’enveloppe dans laquelle vous placez vos fichiers. 

C’est aussi un mode de distribution d’application pour mac très courant. Une des options des images disque est d’être chiffrée et protégée par mot de passe, sans cette clé, impossible de lire le contenu de l’image disque.

Lancez Automator et sélectionnez « Service ». 

Dans la section supérieure sélectionnez « Dossiers », dans le menu « Le service reçoit la sélection » et dans le second menu « Finder ». Cela signifie, que nous acceptons en entrée tous les dossiers sélectionnés depuis le Finder.

Image 01(le haut du service dans Automator)

Ensuite ajoutez l’action : « Créer une image disque «  depuis l’application « Finder ».

Cochez la case « Chiffrer » ensuite dans la section cochez la case « Afficher cette action si le processus est exécuté ».

Image 02(le flux au complet)

Effectuez un test, et vous constaterez que l’image disque est bien créée et que le contenu du dossier est placé dans cette image disque.

Henri Dominique Rapin 


Applwe reasonably small Recevez toutes les semaines le résumé des publications : Abonnez-vous à la Newsletter !

Comment obtenir la liste des ports TCP/IP ouverts ?

AUTOMATORAPPLET 128X128

 

Vous souhaitez identifier les ports TCP/IP ouverts ainsi que les connexions actives ? Les ports ouverts indiquent les applications qui sont en écoutent, elles attendent une connexion depuis l’extérieur. Ce qui peut révéler un partage actif alors que vous ne l’avez pas lancé.

Les connexions, elles, désignent les applications qui réalisent des échanges avec l’extérieur. Il faut faire attention à cette liste car les logiciels malveillants ont pour habitude d’envoyer des informations récupérées sur votre machine vers des serveurs sur Internet. Si le nom d’une application semble étrange, il convient de l’interrompre.

Le plus simple est de passer par le terminal et d’utiliser cette ligne de commande :

$ lsof -i

Je l’ai adapté pour un affichage un peu plus « lisible « :

$ lsof -i | awk '{printf("%-14s%-20s%s\n", $10, $1, $9)}' | sort

Vous obtiendrez un affichage de ce type :

Image 01(écran du terminal affichant la liste des ports TCP/IP ouverts)

J’utilise Automator pour m’envoyer cette liste par Email depuis des Mac distants, voici comment :

Lancez Automator, sélectionnez « Alarme Calendrier » si votre objectif est de programmer cet envoi de façon régulière. Sinon optez pour la création d’une application que vous lancerez pour récupérer ces informations par Mail.

Commencez par placez l’action « Exécuter un script Shell », copiez la commande Unix. Ensuite ajoutez l’action « Créer un fichier Texte » et compléter les paramètres. Terminez par l’action de Mail : « Nouveau Message Mail».

Image 02(le flux au complet).

Une fois exécuté, le flux crée un message avec comme pièce jointe le fichier contenant l’ensemble des ports ouverts.

Image 03(le mail avec le fichier en pièce jointe)

Si vous ne voulez pas laisser de trace du fichier créé, ajoutez deux actions.

« Obtenir les éléments du Finder indiqué », indiquez le chemin jusqu’au fichier à supprimer. Puis placez l’action « Placer les éléments du Finder à la corbeille ».

Image 04(Les deux actions à ajouter pour supprimer le fichier créé.)

Henri Dominique Rapin

Comment gérer l’arborescence des dossiers avec Automator ?

Automator

Prenons un exemple, vous souhaitez organiser le dossier « Téléchargements », vous téléchargez des images (fichiers .jpg pour notre exemple), parfois vous récupérez des archives qui une fois décompressées contiennent elles aussi des fichiers « .jpg ».

Vous aimeriez déplacer TOUS les fichiers « .jpg » dans un dossier images sans toucher à celles qui sont dans les sous dossiers.

Par défaut, Automator ne « descend » pas dans les sous dossiers, l’action « Obtenir le contenu du dossier » se limite aux éléments à la racine du dossier, il n’explore pas le contenu des sous dossiers.

Voici un exemple de flux :

Image 01(le flux complet dans Automator)

Ce flux, récupère le contenu du dossier « téléchargement », sélectionne les fichiers JPEG puis les copie vers le dossier « image ».

Pour « explorer » les sous dossiers et parcourir l’arborescence vous devez cocher une petite case dans l’action « Obtenir les éléments de dossier », elle porte le nom « Répéter pour chaque sous-dossiers ».

Image 02(L’action « Obtenir les éléments de dossiers » avec l’option « Répéter pour chaque sous-dossiers ».)

Cette fois ce sont toutes les images même placées dans des sous dossiers qui seront collectées.

Henri Dominique Rapin

Comment créer un sous-dossier sans ouvrir un dossier avec Automator ?

Automator

Ce flux a pour objectif de créer un sous dossier dans le dossier sélectionné sans pour autant l’ouvrir. Sélectionnez un dossier, un clic droit et vous avez dans le dossier un nouveau sous-dossier… super, voici comment réaliser cette nouvelle fonction :

Commencez par ouvrir Automator, puis sélectionnez « Service ». Dans la zone supérieur de la fenêtre configurés les menus comme ceci : Dans la section supérieure sélectionnez « Dossiers » et dans le second menu « Finder ». Cela signifie, que nous acceptons en entrée tous les dossiers sélectionnés depuis le Finder.

Image 01 (le haut de flux Automator)

Ajoutez une première action « Définir la valeur de la variable » qui va nous permettre de placer dans une variable le nom du dossier. Nommez la variable « mondossier ».

Ensuite complétez votre flux par une action du nom  » Nouveau dossier ». Celle-ci a deux options. La première demande un nom : donnez-lui le nom « sous dossier ».

La seconde option nécessite le nom du dossier dans lequel le nouveau dossier sera créé, nous avons récupéré ce nom dans la variable « mondossier », glissez/déposez cette variable dans ce champ.

Image 02 (le flux au complet)

Attention, notez que les deux actions ne sont pas liées par une flèche, pourquoi ? Lorsque deux actions sont reliées par une flèche cela indique que les éléments traités dans l’action précédente seront utilisés dans l’action suivante. Si nous lions les deux actions, le nom du dossier de l’action « Définir la valeur de la variable » sera utilisé dans le nom du nouveau dossier dans l’action « Nouveau dossier » or ce n’est pas ce que nous voulons, il faut donc que la dernière action ne reçoive par le nom du dossier. Pour se faire cliquez dans le titre de l’action « Nouveau dossier » et dans le menu contextuel sélectionnez « ignore l’entrée »

Image 03

(le menu contextuel « ignorer l’entrée »)

Enregistrez le flux avec le nom « Création d’un sous dossier ». Sélectionnez ensuite un dossier et en effectuant un clic droit dans le menu contextuel sélectionnez votre service, un nouveau sous dossier est créé dans le dossier.

Vous pouvez opter sur l’affichage d’une fenêtre qui vous demandera le nom du sous-dossier, c’est facile, dans les options de l’action « Nouveau dossier » sélectionnez : « Afficher cette action si le processus est exécuté », ce qui aura pour objectif d’afficher l’alerte.

Et nous allons sélectionner que certains éléments à renseigner, cochez pour cela la case « Afficher uniquement les éléments sélectionnés » Là cocher une le premier champ, puisque nous avons déjà l’emplacement du nouveau dossier.

Image 04 (Les options de l’action « Nouveau dossier »)

Lors de l’exécution une petite fenêtre avec un champ pour le nom du sous-dossier apparait ! Simple et efficace…

Image 05 (Fenêtre de saisie du nom du sous-dossier)

Henri Dominique Rapin