macOS : Réinitialiser le Dock

Vous avez fait de nombreuses modifications sur le Dock et vous aimeriez retrouver le Dock par défaut ? C’est possible. La commande suivante va supprimer le fichier de configuration du Dock et le relancer.

Toutes les icônes que vous avez ajoutées seront supprimées et seules les applications par défaut reprendront leur place.

Ouvrez le Terminal et saisissez cette ligne :

$ defaults delete com.apple.dock; killall Dock

Pressez la touche entrée/retour et là, Dock disparait pour revenir dans sa forme originale.

HDR

macOS : Comment obtenir l’espace disque utilisé par un utilisateur sur Mac OS X ?

TERMINAL 128X128

Les utilisateurs dans Mac OS X ont tous un dossier personnel (petite maison blanche que l’on trouve dans le dossier « Utilisateurs » ou « Users » en Anglais), celui-ci doit contenir tous les fichiers de l’utilisateur. Les réglages de sécurité de Mac OS X empêchent l’accès aux fichiers présents dans le dossier d’un autre compte.

Vous pouvez légitimement vous demander quel espace est occupé par un utilisateur. Pour se faire le plus simple est d’utiliser l’interface graphique du Finder, sélectionnez le dossier personnel de l’utilisateur puis pressez les touches « cmd » et « i » ou dans le menu « Fichier » puis sélectionnez « Lire les informations ».

Image 01

(La fenêtre « Obtenir des informations »)

Il existe un autre moyen qui cette fois permet d’obtenir l’information pour tous les comptes ayant un dossier dans le répertoire « Users » (« Utilisateurs » en Français). Vous devrez saisir cette ligne de commande dans le Terminal :

$ sudo -s du -smh /Users/*

La ligne s’explique ainsi :

  • La première commande « sudo -s est nécessaire pour obtenir une exécution en tant qu’administrateur te l’accès à tous les dossiers. •
  • La commande « du » (pour « Disk Usage ») permet d’obtenir la taille des fichiers situés dans le dossier « /Users ».

L’Astérix après signifie « tous les dossiers ». Le résultat devrait ressembler à cette fenêtre si votre Mac contient plusieurs comptes.

Image 02

(le fenêtre du Terminal avec les résultats)

Cette commande peut être utilisée à distance pour obtenir par SSH (tunnel sécurisé) l’espace occupé en local par les utilisateurs.

→ [EN] Découvrir la commande « du »

Henri Dominique Rapin


Applwe reasonably small Recevez toutes les semaines le résumé des publications : Abonnez-vous à la Newsletter !

macOS : Comment limiter l’étendue d’une requête dans spotlight ?

SPOTLIGHTPREFICONS 128X128

Le premier réflexe d’un Unixien serait d’utiliser cette ligne de commande :

$ mdfind mon_texte | grep Mon_Dossier

Le résultat de Spotlight est envoyé vers la commande « grep » qui filtre le contenu aux fichiers placés dans « Mon_Dossier ».

Mais il est possible de faire plus simple:

$ mdfind -onlyin ~/Mon_Dossier "Le texte de la recherche"

L’option  » -onlyin  » limite l’étendue de  la  recherche au contenu du dossier indiqué.

Voici un exemple, vous cherchez uniquement sur le bureau (Desktop en Anglais) les fichiers contenants

« Capture » :

 $ mdfind -onlyin ~/Desktop « Capture":

Hdrapin bash 80×24

(résultat de la commande)  

C’est en particulier intéressant lorsque vous effectuez une recherche dans Automator ou AppleScript, cela permet de limiter le champ de la recherche.   

Henri Dominique Rapin 


Applwe reasonably small Recevez toutes les semaines le résumé des publications : Abonnez-vous à la Newsletter !

Comment créer un raccourci dans Mac OS X en utilisant le Terminal ?

Vous êtes-vous jamais demandé comment puis-je créer un raccourci automatiquement sans passer par le panneau de préférence « clavier  » ?

La solution existe et elle est plutôt simple. Comme les autres applications sur Mac OS X l’option est placée  dans un fichier de préférence que l’on peut modifier avec la commande « defaults » :

La ligne de commande est la suivante :

$ defaults write com.developer.app NSUserKeyEquivalents -dict-add "Menu Item" -string "@$~^k"

Les arguments sont les suivants :

       1.“Default” et “write” sont les commandes d’écriture  du fichier de préférences.

       2.“com.developer.ap” il s’agit de l’identifiant de l’application, chaque application possède un nom. Pour iTunes, il s’agit de »com.apple.itunes ».

       3.« –dict-add » indique le nom du menu.

       4.–« string » la séquence de touches en suivant les symboles suivants :

            @ Pour la touche « Command »

            $ Pour la touche « supp » (Shift)

            ^ Pour la touche « Ctrl »

            ~ Pour la touche « alt »

La modification du fichier « préférence » ne touche que les préférences de l’utilisateur local. 

Voici un exemple, pour créer un raccourcis dans iTunes sur le menu  » Actualiser Genius »

$ defaults write com.apple.itunes NSUserKeyEquivalents -dict-add "Actualiser Genius" -string "@$G » 

Image 01

(la fenêtre du Terminal avec la commande et le panneau de préférences “Clavier”).

 

Henri Dominique Rapin 


Applwe reasonably small Recevez toutes les semaines le résumé des publications : Abonnez-vous à la Newsletter !

Comment comparer les écarts entre deux sauvegardes de Time Machine ?

Backup

Si vous lisez régulièrement les billets de ce blog, vous avez remarqué le nombre d’astuces basées sur la commande « tmutil ». Il faut reconnaitre qu’avec cette commande vous pilotez Time Machine depuis le bout des doigts.

Commençons par la commande la plus basique :

$ tmutil compare

Une fois lancée dans le Terminal, elle vous indique la différence entre les fichiers de votre Mac et ceux placés dans la dernière sauvegarde « Time Machine ».

Image 01(la commande « tmutil compare » exécutée dans le Terminal)

La liste peut être très longue, cela dépendra de la période depuis la dernière sauvegarde et du volume de fichiers modifiés.

Notez les signes « + », « – » ou « ! » devant certains chemins de fichiers. Ils indiquent par le « + » que le fichier est nouveau et par le « – » qu’il a été supprimé sur le Mac ». Et le point d’exclamation « révèle » que le fichier a été modifié depuis la dernière sauvegarde.

Un résumé apparait en fin de liste, il présente la taille globale de modifications. Comment comparer l’état actuel de votre disque dur avec une ancienne sauvegarde (pas la dernière) ? La commande ne change pas, il faut simplement ajouter le chemin vers le dossier de la sauvegarde.

$ tmutil compare /Volumes/Time\ Machine\ \(WD\)/Backups.backupdb/iMac/2013-12-01-002512

Idéalement vous devez indiquer le chemin complet de la sauvegarde, cela s’avère un peu périlleux. Le plus simple est d’explorer le dossier de Time Machine, sélectionner la sauvegarde que vous souhaitez comparer et de déplacer le fichier vers la fenêtre du terminal, cela aura pour effet d’ajouter le chemin de la sauvegarde.

Au préalable vous aurez saisi la commande « tmutil compare ».

Image 02(la comparaison avec une vieille sauvegarde)

Si vous souhaitez prendre le temps d’étudier le résultat de cette comparaison, envoyez le résultat de la commande vers un fichier texte comme ceci :

$ tmutil compare > mon_texte.txt

Henri Dominique Rapin


Applwe reasonably small Recevez toutes les semaines le résumé des publications : Abonnez-vous à la Newsletter !

Comment activer ou désactiver PowerNap avec le Terminal en ligne de commande ?

PREFAPP 128X128

Power Nap est une fonctionnalité apportée par Mac OS X Mountain Lion, elle a subi quelques révisions depuis sa sortie mais rien de fondamental. Le principe est simple, lorsque votre Mac est en sommeil, il continu à effectuer certaines taches. Cela lui permet à son « réveil » de contenir des informations qui sont à jour et sauvegardées.

Power Nap effectue des synchronisations lorsque votre ordinateur est en sommeil, voici la liste des opérations qu’il effectue :

L’application Mail (uniquement réception de nouveaux messages), Contacts, Calendrier, Rappels, Notes et Flux de photos sont tous mis à jours pendant que l’activité du Mac est suspendu.

Il effectue aussi des opérations plus importantes : Mises à jour Mac App Store, Sauvegarde Time Machine, Localiser mon Mac, VPN à la demande Gestion des périphériques mobiles (ce qui permet de verrouiller et d’effacer l’ordinateur à distance) encore faut il qu’il soit connecté à Internet.

Documents de votre compte iCloud : toutes les modifications apportées à un document sont transférées, par iCloud, sur votre ordinateur portable Mac.
Power Nap est activé par défaut lorsque votre Mac est connecté à une alimentation secteur, les réglages proposés par Apple n’activent pas cette fonctionnalité lorsque votre MacBook est sur batterie.

Vous pouvez changez ce paramètre dans le panneau de préférences : Economiseur d’énergie.

Image 01(Le panneau de préférences Economiseur d’énergie avec l’option désactivée en mode alimentation sur batterie.)

S’il est facile de savoir si cette fonctionnalité est activée depuis les préférences Economiseur d’énergie, il en existe un autre plus difficile à deviner.

  1. Lancez l’utilitaire : Informations Système (Dossier Applications > Utilitaires > Information Système)
  2. Cliquez sur le section : Alimentation (colonne de gauche).

Image 02(La fenêtre principale de l’utilitaire Informations Système) 

Notez la valeur face à la ligne « DarkWakeBackgroundTasks «, elle peut être 0 ou 1, Zéro signifiant que la fonction Power Nap est désactivée dans ce mode, le chiffre 1 pour indiquer qu’elle est activée. Power Nap est en réalité le « petit nom » d’un composant système nommé « Dark Wake ».

Vous l’aurez vite compris, il est possible de modifier cette valeur en ligne de commande, pour se faire il faut utiliser la commande pmset qui gére les réglages de l’alimentation du Mac et le mot clé darwake à qui l’on affectera 1 ou 0 suivant que l’on souhaite activer ou pas cette fonctionnalité.

$ sudo pmset -c darkwakes 1

Et inversement pour désactiver Power NaP :

$ sudo pmset -c darkwakes 0

Vous pouvez créer rapidement un service avec Automator et lui attribuer un raccourci clavier si tel est votre besoin.

Je vous déconseille de modifier les paramètres fournis par Apple, Cela n’impacte pas l’autonomie d’une batterie d’utiliser Power Nap lorsque votre MacBook est alimenté sur le secteur. Idem si vous avez un iMac, laissez Power Nap activé.

Si vous n’avez qu’un seul Mac et ne possédez pas d’iPhone ou d’iPad, cette fonctionnalité perd de son sens mais elle permet quand même à votre ordinateur d’effectuer des sauvegardes avec Time Machine.

Henri Dominique Rapin 


Applwe reasonably small Recevez toutes les semaines le résumé des publications : Abonnez-vous à la Newsletter !

Cinq commandes qu’il faut connaître sur Time machine pour le piloter depuis le Terminal !

Backup

Voua avez rêvé de piloter Time Machine depuis la ligne de commande ou lancer des commandes depuis Automator pour contrôler vos sauvegardes, voici les commandes qu’il faut absolument connaitre :

1-  Cette commande active ou désactive Time Machine local, sur votre disque dur interne :

Pour le désactiver :$ sudo tmutil disablelocal 
Pour l’activer :$ sudo tmutil enablelocal

2 – Comment démarrer ou arrêter une sauvegarde en ligne de commande ?

Démarrer la sauvegarde Time Machine :$ tmutil startbackup 
Arrêter une sauvegarde Time Machine :$ tmutil stopbackup

Idéal pour être placé dans un flux Automator et créer une application ou une tâche automatisée.

3 – Ajoute ou retire de la liste des exclusions de Time Machine un dossier :

$ sudo tmutil addexclusion ‘’/Users/Dom/Mon_Dossier ‘’

Opération inverse, retire de la liste des exclusions :

$ sudo tmutil removeexclusion '‘’/Users/Dom/Mon_Dossier ‘’

4 – Comment obtenir le chemin vers la dernière sauvegarde ?

  $ sudo tmutil latestbackup

Image 01 (le résultat de la commande)

5 – Evalue les différences le contenu de votre disque dur et la sauvegarde Time Machine :

$ tmutil calculatedrift ‘’/Volumes/Timee Machine/Backups.backupdb/Macbook’’

Donnez le chemin vers la sauvegarde de votre ordinateur, normalement le disque dur est externe.

 

Image 02(la liste des sauvegardes et de modifications enregistrées)

Sera listé le volume des élémenst ajoutés (Added), enlevés (Removed) et modifiés (Changed). Cela peut être utile.

Henri Dominique Rapin 


Applwe reasonably small Recevez toutes les semaines le résumé des publications : Abonnez-vous à la Newsletter !

Comment désactiver GateKeeper avec le Terminal ?

GateKeeper est cet outil de sécurité qui vous permet d’exécuter ou pas des applications acquises hors du Mac App Store.
Pour le désactiver, il suffit d’ouvrir le panneau de préférences Sécurité et confidentialité. De cliquer sur le cadenas et de fournir le mot de passe de session, ensuite de choisir quel niveau de protection on souhaite utiliser. Un conseil, restez sur mac App Store et des développeurs identifiés pour votre sécurité.

Évaluez ceci :

HT5290 Icon 001 mul

GateKeeper est cet outil de sécurité qui vous permet d’exécuter ou pas des applications acquises hors du Mac App Store.

Pour le désactiver, il suffit d’ouvrir le panneau de préférences Sécurité et confidentialité. De cliquer sur le cadenas et de fournir le mot de passe de session, ensuite de choisir quel niveau de protection on souhaite utiliser. Un conseil, restez sur mac App Store et des développeurs identifiés pour votre sécurité.

Image 01

(les préférences de Sécurité et Confidetialité)

En téléchargeant parfois une application un peu ancienne, vous aurez besoin de modifier le niveau afin d’autoriser l’exécution de toutes les applications : Il existe une commande dans le terminal pour cela, qui peut être placée dans un flux Automator, si vous l’utilisez régulièrement :

$ sudo defaults write /Library/Preferences/com.apple.security GKAutoRearm -bool NO

Sudo est nécessaire pour obtenir les autorisations, remplacez NO par YES pour activer à nouveau GateKeeper.

Pour en savoir plus sur Gatekeeper : https://support.apple.com/fr-fr/ht5290.

Henri Dominique Rapin

Comment passer des données depuis le Terminal vers un script AppleScript ?

SEScriptEditorX

Lancer un script Applescript depuis le Terminal nécessite l’utilisation de la commande « osascript » suivi du chemin vers le fichier Applescript comme ceci :
(Ligne de commande à placer dans le terminal)

$ osascript ~/Desktop/mon_script.scpt 

(Le Script mon_Script.scpt est placé sur le bureau)

Maintenant nous souhaitons envoyer à mon script le contenu d’une variable.

La première étape consiste à créer cette variable unix comme ceci. La variable « var » contiendra le texte entre guillemets :

$ var=$(echo "Mon nom est Mac")

La transmission de la variable se fait toujours en plaçant la variable entre guillemet (pour le texte) et en plaçant un  symbole « $  » avant le nom de la variable comme ceci :

$ osascript ~/Desktop/mon-script.scpt "$var"

Les deux commandes peuvent être associées dans une seule commande en les séparant par un point virgule « ; » pour former la commande suivant :

$ var=$(echo "Mon nom est Mac"); osascript ~/Desktop/mon-script.scpt "$var"

La seconde partie consiste à créer le script AppleScript et de collecter le contenu de la variable qui est passée, la structure du script est la suivante :

on run argv repeat with i from 1 to count of argv tell application "Finder" activate display dialog (item i of argv) end tellend repeat end run

Image 01

Il s’explique ainsi. L’exécution du script s’appuie sur des arguments (on run argv).La ligne suivante boucle sur le nombre d’arguments fournis.  

Ensuite, le code entre les commandes « tell » et « end tell » est exécuté avec chaque argument.

Dans l’exemple présenté le Finder affiche le texte passé en argument, celui stocké dans la variable argv.

Vous pouvez utiliser cette astuce pour réaliser des opérations sur les fichiers AppleScript tout en plaçant la commande dans un script Shell.

Henri Dominique Rapin

Comment « suspendre » une application avec le moniteur d’activité ?

FINDERICON 128X128

Avant d’explorer cette astuce, il est nécessaire d’expliquer un principe sur l’exécution des applications. Lorsque vous lancez une application, celle-ci est connue du système par son « PID » (ou « Process IDentifier » en Anglais).

Si nous voulons « interagir avec le système il faut utiliser ce PID et non le nom de l’application. Le numéro n’est pas constant, il varie suivant l’ordre d’exécution et d’une machine à une autre… Il est attribué par Mac OS X de façon arbitraire.

Comment récupérer ce PID ?

Le plus simple est de lancer le « Moniteur d’activité », dans l’onglet « Processeur », repérez la colonne « PID », le chiffre indiqué correspond à l’identifiant de l’application (première colonne).

Image 01

(Le moniteur d’activité avec l’onglet « Processeur « ) Une autre approche consiste à utiliser le Terminal et de récupérer le nom, la commande ressemble à ceci :

$ ps aux | grep iTunes

  • « PS » liste les processus (équivalent du moniteur d’activité)
  • « aux » ce sont les résultats que l’on veut obtenir.
  • « | « la barre latérale (ou le « pipe » en Anglais) permet d’envoyer le résultat de la commande précédente vers la commande « Grep ».
  • « grep » filtre le texte reçu pour ne garder que les lignes avec le mot « iTunes » Comme ceci :
    Image 02(le terminal avec la commande exécutée).

Ce qui nous intéresse est la seconde information juste après le nom de l’utilisateur, sur mon Mac, iTunes porte l’identifiant « 50384 ». Les pros du Terminal, ajouteront « awk » à la commande, seul le PID sera retourné comme ceci :

$ ps aux | grep itunes | awk '{print $2}'

Comment suspendre l’application ?

La commande la plus connue du Terminal est « KILL » c’est grâce à elle si vous pouvez « tuer » un processus ou une application.

Il existe un « argument » qui permet de « stopper » une application et faire en sorte qu’elle se redémarre, la commande est simple :

$ KILL –STOP 50384

En exécutant cette commande l’application iTunes est « stoppée », attention elle existe toujours mais ne fait plus rien. Pour la relancer et lui permettre de travailler, utiliser la commande suivante :

$ KILL –CONT 50384

Effectuez le test avec iTunes, lorsqu’il est en cours de lecture d’un morceau, il s’interrompt immédiatement.

Image 03

(dans le moniteur d’activité, iTunes utilise une portion du processeur)

Puis en exécutant la commande « KILL –STOP »

Image 04

(dans le moniteur d’activité, iTunes n’utilise plus le processeur)

Il existe une variante de la commande « KILL », il s’agit de « killall » qui n’a pas besoin du PID pour fonctionner mais utilisera le nom du processus, seul problème, le nom du processus n’est pas toujours celui de l’application.

Attention aux majuscules, elles sont importantes dans le Terminal. $ killall – STOP iTunes Et pour le redémarrer $ killall –CONT iTunes.

Une option « -c » permet de travailler sur une application avec un nom long et qui comprend des espace comme « App store » par exemple :

$ killall –STOP « App Store »

Cette astuce, permet de mettre en pause une application trop gourmande pour laisser aux autres applications l’utilisation du processeur, sans pour autant fermer l’application trop gourmande.

Henri Dominique Rapin

Comment lancer une commande rapidement depuis le Dock?

FINDERICON 128X128

 

Lorsque le Terminal est ouvert, il est possible à partir du Dock de lancer un commande rapidement en sélectionnant : La ligne de menu « Nouvelle Commande … ».

Cette ligne apparait en pressant la touche « ctrl », et voila le tour est joué, saisissez une commande Unix et celle-ci sera exécutée dans une nouvelle fenêtre du Terminal.

Capture d’écran 2009-11-12 à 08.51.05.png
 
 
Notez que vous pouvez aussi ouvrir une session à distance SSH depuis ce menu…
 
Henri Dominique Rapin

AppleScript :: Comment passer des données depuis le Terminal vers un script AppleScript ?

SEScriptEditorXComment passer des données depuis le Terminal vers un script AppleScript ?

 Lancer un script Applescript depuis le Terminal nécessite l’utilisation de la commande « osascript » suivi du chemin vers le fichier Applescript comme ceci :

 (Ligne de commande à placer dans le terminal)

$ osascript ~/Desktop/mon_script.scpt

 (Le Script mon_Script.scpt est placé sur le bureau)

 Maintenant nous souhaitons envoyer à mon script le contenu d’une variable.

 La première étape consiste à créer cette variable unix comme ceci. La variable « var » contiendra le texte entre guillemets :

 $ var=$(echo « Mon nom est Mac »)

La transmission de la variable se fait toujours en plaçant la variable entre guillemet (pour le texte) et en plaçant un  symbole « $  » avant le nom de la variable comme ceci :

$ osascript ~/Desktop/mon-script.scpt "$var"

Les deux commandes peuvent être associées dans une seule commande en les séparant par un point virgule « ; » pour former la commande suivant :

$ var=$(echo "Mon nom est Mac"); osascript ~/Desktop/mon-script.scpt "$var"

La seconde partie consiste à créer le script AppleScript et de collecter le contenu de la variable qui est passée, la structure du script est la suivante :

on run argv
       repeat with i from 1 to count of argv
              tell application "Finder"
                      activate
                      display dialog (item i of argv)
               end tell
       end repeat
end run
 

Il s’explique ainsi. L’exécution du script s’appuie sur des arguments (on run argv). La ligne suivante boucle sur le nombre d’arguments fournis. 

Image 01

Ensuite, le code entre les commandes « tell » et « end tell » est exécuté avec chaque argument.

Dans l’exemple présenté le Finder affiche le texte passé en argument, celui stocké dans la variable « argv ».

Vous pouvez utiliser cette astuce pour réaliser des opérations sur les fichiers AppleScript tout en plaçant la commande dans un script Shell.

Henri Dominique Rapin

Comment contrôler le Terminal avec Automator ?

TERMINAL 128X128

Il n’y a pas d’action au sein d’Automator qui permet de piloter le Terminal. Il peut toutefois s’avérer utile de lancer une commande Unix dans Automator.

Ce qui est diffèrent de l’exécution d’un script Shell avec l’action « Exécuter un script Shell ». Dans ce dernier cas le résultat peut être récupéré pour une utilisation dans l’action suivante.

La solution la plus élégante consiste à passer par un AppleScript.

1 – Lancer Automator.

2 – Sélectionnez « Application » pour créer une application depuis Automator.

3 – Sélectionnez l’action « Executer un script AppleScript ».

4 – Saisissez le code suivant :
on run {input, parameters}
tell application "Terminal"
activate
do script with command "ls /Applications/
end tell
end run

Le résultat devrait être le suivant :

 

Capture d écran 2012 05 21 à 20 05 22

La commande « ls » utilisée dans le terminal, produit la liste des fichiers placés dans le dossier indiqué comme argument à savoir dans cet exemple « /Applications/ ».

Henri Dominique Rapinenri Dominique Rapin

macOS : Comment ouvrir le dossier sélectionné dans le Terminal ?

Le terminal n’a plus de secret pour vous et vous l’utilisez régulièrement et il n’est pas rare que vous naviguiez entre les dossiers pour lancer telle ou telle commande dans le Shell.

Il y a beaucoup de nouveautés dans le Terminal avec depuis Lion, mais il existe aussi quelques astuces livrées par Apple qui restent méconnues. La principale concerne la possibilité de placer le dossier sélectionné, comme le dossier de travail, dans le Terminal.

Vous pouvez bien sur « glisser / déplacer « un dossier sur le Terminal pour qu’il prenne en compte le chemin sous la forme Unix, mais pourquoi ne pas se servir du dossier sélectionné comme base de travail dans le Terminal.

Pour ce faire rien de plus simple, Ouvrez le tableau de préférence « Clavier » puis sélectionnez l’onglet « Raccourcis clavier «  et dans la colonne de gauche, placez vous sur « Services », naviguez dans la liste pour trouver la ligne « Nouveau terminal au dossier ». Cochez la case qui précède cette ligne.

Image1

(la ligne du service « Nouveau Terminal au dossier » à cocher)

Fermez les préférences système et sélectionnez un dossier. Faites apparaître le menu contextuel (click droit de la souris) dans le menu qui apparaît sélectionnez « Services » et dans la nouvelle liste choisissez « Nouveau Terminal au dossier ».

Image2

(le service à sélectionner dans le menu contextuel)

La fenêtre du Terminal s’ouvre et vous êtes automatiquement placé dans le dossier, ce qui est très pratique et pour obtenir le contenu du dossier un simple « ls » fera l’affaire.

Image3

(la fenêtre du terminal ouverte avec le dossier comme point de départ)

Dans la liste des services vous avez peut être remarqué la ligne juste en dessous de celle qui vient d’être sélectionnée et qui porte le nom de « Nouvel Onglet de Terminal au dossier », ce service effectue la même opération que la précédente mais au lieu d’ouvrir une fenêtre du Terminal, elle ajoute un onglet, vous pouvez maintenir dans le Terminal plusieurs onglets, par exemple chacun pour un dossier différent.

En cherchant bien vous trouverez aussi deux lignes faisant référence au « man page » ou pages de manuel en Français, ce sont des fichiers qui expliquent les commandes présentes dans Mac OS X pour la partie Unix.

Image4

(les services listant les « man pages » dans le panneau de préférence clavier)

Ces services fonctionnent sur tous les textes, mais ils sont surtout pertinents dans le Terminal, sélectionnez une commande et dans le menu contextuel des Services choisissez «   Ouvrir la man page dans le terminal », vous aurez à l’écran le détail de la commande sélectionnée (pour autant qu’elle existe).

Image5

(Le service à sélectionner dans le menu contextuel)

Le second service aura plus d’intérêt pour les débutants, sélectionnez le mot ou la commande et choisissez le service « Recherche dans les pages man de Terminal » et le mot sélectionné servira de recherche pour que toutes les « man pages » le contenant soient listées.

Image6

(La fenêtre du terminal avec la « man page » sur la commande « ls »)

Pour terminer il faut noter qu’avec LION, le Terminal ouvre une nouvelle fenêtre au même endroit que lorsque vous l’avez fermé… ça aussi c’est plutôt bien vu par les développeurs d’Apple.

Henri Dominique Rapin

Applwe reasonably small Recevez toutes les semaines le résumé des publications : Abonnez-vous à la Newsletter !

macOS : Comment ouvrir par defaut les nouvelles pages web dans un onglet dans Safari ?

Compass

Il est possible de paramètrer le Butineur d’Apple afin que chaque clic sur un lien ouvre une nouvelle page dans un onglet. Certains liens dans des emails ou documents continuent parfois à faire apparaitre les pages dans des fenêtres isolées au lieu de les afficher dans des onglets. Il est possible de forcer ce réglage caché en utilisant cette ligne de commande  :

Capture d écran 2012 05 07 à 07 41 46

1 – Fermez Safari s’il est ouvert.

2 – Dans votre dossier Application/Utilitaires, cliquez sur Terminal. 3 – Dans le terminal, tapez la ligne suivante :

$ defaults write com.Safari TargetedClicksCreateTabs -boolean YES

Il sera nécessaire de redémarrer Safari pour que cette modification soit prise en compte. Tous les liens y compris ceux commençants par « _blank » seront ouverts dans un onglet.

Mac :: Comment redémarrer OS X Moutain lion depuis le Terminal ?

Cette commande peut être exécutée dans le Terminal ou au travers d’une connexion SSH (à distance) elle est connue des Unixiens, la voici :

$ sudo shutdown –r now

Vous devrez saisir le mot de passe administrateur mais votre mac redémarra immédiatement ! La fermeture est immédiate et les applications sont « tuées » (kill) les documents ne sont pas sauvegardées. Attention donc !

Pour le plaisir si vous vous connectez à distance et que vous souhaitez informer les utilisateurs voici la même commande mais avec un message :

$ sudo shutdown –r now « Attention, redémarrage immédiat du votre Mac »

Mac :: Comment désactiver les messages d’alertes lors du changement d’extension de fichier ?

Pour rappel, les extensions, par défaut, ne sont pas affichées dans le Finder, pour les activer, dans le menu « Finder » sélectionnez « Préférences » puis dans l’onglet « Options avancées », cochez la case« Afficher toutes les extensions de fichier ». Image 01

Dès que vous changez une extension d’un fichier, un message d’alerte vous interpelle sur l’opération. Cela peut être ennuyeux si l’on effectue l’opération régulièrement. Il existe un moyen simple de modifier ce comportement de Mac OS X. 

Image 02

Il faut dans le terminal, saisissez cette commande :

$ defaults write com.apple.finder FXEnableExtensionChangeWarning -bool false

Puis relancez le Finder avec cette commande :

$ killall Finder

Pour revenir sur la configuration initiale, remplacez « false » par « true ».

Le plus simple est de décocher la case « Avertir avant de modifier une extension » dans les préférences du Finder… pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple…

Henri Dominique Rapin