Les miscellanées Numériques

macOS : Comment faire apparaitre le Dock plus rapidement ?

Le Dock peut disparaître et réapparaitre lorsque la souris survole le bas de l’écran, c’est pratique lorsque l’on a un écran de petite taille comme celui du MacBook Air 11.

L’option est placée dans les préférences du Dock :

Dock(Les préférences du Dock)

Pour que l’opération soit plus rapide, saisissez la ligne de commande :

 $ defaults write com.apple.dock autohide-time-modifier -int 0 && Killall Dock

La vitesse est placée à 0 avec l’option : « autohide-time-modifier -int 0″.

Pour revenir à la vitesse par défaut :

 $ defaults delete com.apple.dock autohide-time-modifier && killall Dock

Notez que la commande killall Dock permet de tuer le Dock, sachant qu’OSX le relance quoi qu’il arrive, c’est souvent un bon moyen lorsqu’il y a un problème sur le Dock de débloquer la situation.

Dom

macOS et iOS : où trouver le réglage de suivi publicitaire internet ?

Il est possible dans une certaine mesure de signifier aux sites de ne pas suivre votre activité  , en claire votre trace et les usages effectués sur les sites ne sont plus enregistrés

Depuis El Capitan ce paramètre à trouvé une nouvelle place dans les réglages de safari sur Mac. Dans l’onglet « Confidentialité » cochez la case :  » Demander aux sites web de ne pas me suivre  »

safari_confidentialité

(la rentre de préférence de Safari)

Pour les anciennes versions de Safari : Lien vers l’explication et le réglage sous Mavericks.

Sur iOS 9 :

Dans l’OS mobile d’Apple, le paramètre se trouve dans le réglage iOS dans la section Safari.

En bas de la liste de gauche, dans la section : CONFIDENTIALITÉ ET SÉCURITÉ ajuster le curseur face à : Ne pas suivre.

Voilà ce qu’Apple indique dans son aide sur ce sujet :

Demander aux sites web de ne pas suivre vos activités

Certains sites web suivent vos activités lorsqu’ils vous présentent du contenu, ce qui leur permet de personnaliser celui-ci. Safari peut demander aux sites et aux fournisseurs de contenu tiers (notamment les annonceurs) de ne pas suivre vos activités.

Si ce réglage est activé, chaque fois que Safari récupère du contenu sur un site web, il lui demande de ne pas suivre vos activités ; il appartient cependant au site web de décider s’il se plie à cette requête.

Cette option, si elle a le mérite d’exister est dans les fait que très peu suivi. Les sites n’ont pas obligation a tenir compte de ce réglage. Activez le, mais ne vous en remettez pas totalement sur ce réglage pour ne pas être tracé or les annonceurs sur internet.
Dom

Applwe reasonably small Recevez toutes les semaines le résumé des publications : Abonnez-vous à la Newsletter !

macOS : Comment créer plusieurs dossiers basés sur une liste de noms ?

Imaginons que vous deviez créer un dossier avec plusieurs sous-dossiers. Vous répétez souvent cette opération et vous aimeriez bien l’automatiser !

Commencez par créer dans un fichier texte, la liste des sous dossiers que vous souhaitez générer. Un seul dossier par ligne et pas d’accent ni d’espace dans le numéro des fichiers. Utilisez le caractère (souligné) « _ » pour symboliser un espace.

Dans le terminal tapez cette ligne de commande, remplacez « listedossier.txt » par votre dossier, un simple déplacement du fichier sur le terminal fera l’affaire.

Note : Si vous avez saisi la liste dans TextEdit, convertissez le fichier. Dans le menu format optez pour la commande : Convertir au format Texte.

Image 01

 (la commande convertir au format texte de TextEdit)

$ cat listdossier.txt | xargs mkdir

Pressez « Entrée » et vous verrez se créer autant de dossiers que de noms entrés dans la liste.

Autre possibilité :

$ mkdir "Project_ 01 "{"textes","photos","A_Faire"}

Les dossiers seront créés dans votre dossier personnel “la maisonnette blanche”.

Vous pouvez aussi effectuer cette opération directement dans Automator et créer un flux, qui aura l’avantage de créer les fichiers au sein du dossier sélectionné.

Dom

Applwe reasonably small Recevez toutes les semaines le résumé des publications : Abonnez-vous à la Newsletter !

macOS et iOS : Comment désactiver la proposition de contact trouvée dans Mail ?

Le client de messagerie d’Apple est sur un point intéressant. Il analyse les messages reçus et lorsqu’il trouve un correspondant à une fiche dans l’application Contacts, il suggère de compléter la fiche de la personne ou de l’entreprise.

Malheureusement, Mail se trompe souvent ! Et il paraît plus pratique pour certains utilisateurs de désactiver cette fonction.

Pour cela, sur Mac :

1 – Vous devez quitter Mail.

2- Lancer l’application Contacts

3- Ouvrir les préférences.

4 -Dans l’onglet général, décochez la case : Afficher les contacts trouvés dans Mail

Image 01

(les préférences dans Contacts)

Et voilà rien de plus compliqué.

Sur iOS :

Cette fonction peut être désactivée. Mais elle impacte plus profondément le fonctionnement d’iOS.

Vous ne verrez plus le nom « commun » de la personne dans les appels ni dans Messages. Donc, Attention !

1 – Ouvrez les réglages

2 – Touchez « Mail, Contacts, Calendrier »

3 – Descendez en bas de la liste des réglages et désélectionnez :  » Contacts Trouvés dans Mail « .

Image 02

(le réglage sur iSO)

Dom


Applwe reasonably small Recevez toutes les semaines le résumé des publications : Abonnez-vous à la Newsletter !

macOS : Ajouter les commandes pour les développeurs ?

Ajouter les commandes pour les développeurs ?

Lorsque vous utilisez des gestionnaires de Paquets comme BREW et BREW CASK, ces outils reposent sur des outils en ligne de commandes livrées par Apple. Ils seront installés si l’outil de développement d’Apple : XCODE est installé sur votre machine.

Voir ces posts :

Si par contre, vous n‘avez pas besoin d’XCODE ou si vous rencontrez des problèmes avec BREW, placez dans le terminal cette commande :

$ xcode-select –install

Images 01

(la commande et la fenêtre de téléchargement des commandes)

Mac OSX téléchargera les outils et les installera directement dans votre système, effectuer cette opération permet souvent de résoudre des problèmes avec BREW.

Dom


Applwe reasonably small Recevez toutes les semaines le résumé des publications : Abonnez-vous à la Newsletter !

macOS : Comment définir le nombre de pages enregistrées dans l’historique de Safari ?

macOS : Comment vérifier les fichiers exclus de Time Machine ?

Backup

Vous avez un doute sur la prise en charge d’un nouveau dossier ou vous souhaitez simplement vérifier les fichiers exclus de Time Machine ?

Ouvrez le Terminal et saisissez cette ligne :

$ tmutil isexcluded (et le nom du fichier)

Le plus simple est de glisser/déposer le fichier sur le Terminal.

Le résultat est le suivant :

tmutil_isexcluded

[included] signifiant que le fichier est bien sauvegardé.

Pour découvrir les autres options de la commande tmutil (Time Machine) :

https://developer.apple.com/library/mac/documentation/Darwin/Reference/ManPages/man8/tmutil.8.html

Henri Dominique Rapin


Applwe reasonably small Recevez toutes les semaines le résumé des publications : Abonnez-vous à la Newsletter !

macOS : Comment trouver la taille du téléchargement restant depuis le Mac App Store ?

Lorsque plusieurs mises à jour sont disponibles sur la Mac App Store, il est facile de toutes les télécharger en cliquant sur le bouton TOUT METTRE A JOUR.

Image 01

(la fenêtre des mises à jour disponibles du Mac App Store)

L’ensemble des fichiers seront téléchargés sur le Mac puis installé. Pour avoir une idée de la progression, cliquez sur suspendre, l’App Store vous indique la taille du fichier à télécharger mais aussi ce que vous avez que vous avez déjà téléchargé, ensuite, vous pouvez cliquer sur REPRENDRE.

La seconde solution consiste à placer le curseur de la souris sur l’icône de l’application : Mac App Store placée dans le Dock. Une mini fenêtre apparaît avec la somme totale des fichiers à télécharger et ce qui est déjà téléchargé. Vous pouvez ainsi estimer le temps restant.

Image 02

(la mini fenêtre sur l’application : Mac App Store)

Dom

macOS :Comment enregistrer une page de résultats Google avec AppleScript ?

Dans Safari, lorsque vous faites une recherche « Google », le résultat apparait dans un onglet. Malheureusement, il n’est pas possible de récupérer l’URL de cette page.

C’est dommage car il est parfois intéressant de conserver l’URL complète avec les éléments de la requête.

 

safari_google_recherche.png(la recherche Google dans Safari)

La première solution consiste à utiliser un petit script AppleScript qui sera placé dans l’éditeur de Script :

 tell application "Safari" to set the clipboard to URL of current tab of window 1 as string

Le plus pratique est de placer le script dans un éditeur de script et d’enregistrer le script comme application, double cliquez dessus et il se lance. L’URL est récupérée dans le presse papier.

Image 02

(le Script dans l’éditeur de script et le résultat dans Text Edit)

Mais il y a encore plus facile, il suffit de « partager » la page, le lien apparaît dans un email ou dans un message dans iMessage.

Image 03

(le menu Partager de Safari)

Attention dans Notes, l’URL n’est pas apparente mais le lien est bien présent.

Dom

macOS : Comment créer un script d’installation automatique avec BREW CASK ?

Imaginons un instant que vous ayez créé la super configuration avec tous les outils (gratuits ou payants) qu’un utilisateur de Mac doit avoir ! Vous changez de Mac ou vous souhaitez la partager avec des amis ou collègues. Comment faire ?

Vous allez simplement créer un fichier qui contiendra les commandes CASK d’installation de vos applications.

Ouvrez un éditeur de texte (évitez TextEdit) utilisez TextWrangler ($ brew cask install Textwrangler ) ou textmate.

Créez un fichier texte (pas de format RTF ou autres bizarreries), appelez-le : « maconfigcask.sh » ou « masuperconfig.sh », notez l’extension « .sh » et non « .txt ». Pour vous simplifier la vie, évitez les espaces et les majuscules.

Commencez par cette ligne :

# !/bin/sh

Cette ligne indique au système, le shell qui sera utilisé pour exécuter la commande.

Ce qui suit le caractère # dans les scripts n’est pas pris en compte, ce sont des commentaires. Cela sert à fournir des informations et décrire le déroulé du script. Ajoutez les applications que vous souhaitez installer. Attention pas de majuscules dans les lignes de commande !

Il est de bonne pratique de séparer le type d’Application, entre les commandes Unix installées avec Brew et les commandes OS X installées avec « brew Cask ».

# !/bin/sh
#
# Commandes Unix
#
brew install wget
brew install ffmpeg

Ensuite il faut ajouter les application OS X :

#
# Application
#
brew cask Evernote
brew cask alfred
brew cask google-chrome

Corrigez le dossier de destination, si l’emplacement par défaut ne convient pas. Une fois votre configuration terminée, fermez le script. Nous allons donc maintenant rendre exécutable le script.

Dans te Terminal saisissez cette commande :

$ chmod a+x masuperconfig.sh

(Si besoin déplacez le fichier sur le Terminal pour avoir son chemin exact)

Pour exécuter le script, il suffit de la placer dans le Terminal. N’oubliez pas qu’il faut que Brew et Cask soient installés sur le Mac pour que les commandes s’exécutent.

Les autres billets sur BREW et BREW CASK :

  1. macOS : Comment créer un script d’installation automatique avec BREW CASK ?
  2. macOS : Ou placer les applications avec HomeBrew Cask ?

Dom


Applwe reasonably small Recevez toutes les semaines le résumé des publications : Abonnez-vous à la Newsletter !

macOS : Ou placer les applications avec HomeBrew Cask ?

Cask n’installe pas les applications dans le dossier Applications, mais place un lien symbolique vers l’application installée dans un dossier inaccessible aux utilisateurs.

A titre personnel, j’utilise l’emplacement par défaut et cela fonctionne très bien, ce qui m’oblige (et c’est aussi une bonne chose) à utiliser la commande : « uninstall » pour désinstaller proprement une application. Mais les avis sur l’emplacement des applications peuvent diverger.

Sur Mac OS X, les conventions proposent de placer les applications dans deux emplacements : Le dossier Applications (sous le chemin /Applications) ou dans un dossier Applications placé dans le dossier de l’utilisateur (la maisonnette blanche) le chemin est alors ~/Applications.

Ce dossier n’est pas habituel, mais il est utilisé par exemple par Google Chrome, pour y placer ses applications ou Steam pour les jeux téléchargés. Lorsqu’une application est placée dans ce dossier les autres utilisateurs du Mac ne peuvent l’employer, elle est inaccessible pour les autres.

Apple ne fait pas la promotion de ce dossier (~/Applications), bien qu’à une époque il était présent par défaut dans le dossier de tous les utilisateurs (sous 10.7). Hormis la contrainte de limite de l’accès, il existe quelques applications qui n’exploitent pas cet emplacement. C’est le cas d’Alfred qui n’y fait aucune recherche. Spotlight lui l’utilise.

Je déconseille donc son utilisation sauf à vouloir limiter l’utilisation des applications installées par Cask au seul utilisateur qui les a installées.

Une application placée sur un autre volume fonctionne tout aussi bien, rien ne l’interdit. Mais il faut remarquer que de nombreuses applications testent leur emplacement et proposent de « se déplacer » dans le dossier /Applications avant d’être utilisables.

Il apparaît donc que l’emplacement idéal serait le dossier : /Applications.

Comment ordonner à Cask d’installer une application dans le dossier /Applications ?

L’option « –appdir » servira à indiquer l’emplacement de l’installation comme ceci :

$ brew cask install --appdir="/Applications" evernote

Evernote sera installé dans le dossier /Applications.

Comment utiliser par défaut le dossier /Applications ?

Ajouter cette option à toutes le commandes risque fort d’être ennuyeux, surtout si vous avez décidé que le dossier /Applications serait la destination de toutes les installations Cask.

Il faut créer une variable et y placer le chemin par défaut, la commande est la suivante, à placer dans le Terminal :

$ export HOMEBREW_CASK_OPTS="--appdir=/Applications"

Toutes les applications installées par Cask seront placées dans le dossier /Applications.

Les autres billets sur BREW et BREW CASK :

  1. macOS : Comment créer un script d’installation automatique avec BREW CASK ?
  2. macOS : Ou placer les applications avec HomeBrew Cask ?

Dom


Applwe reasonably small Recevez toutes les semaines le résumé des publications : Abonnez-vous à la Newsletter !

iOS : Comment supprimer les informations EXIF d’une Photo ?

Vous souhaitez partager une image sur un réseau social ? Facebook ou Twitter suppriment les méta données dissimulées dans les photos comme l’emplacement où a été prise la photo.

Mais tous les sites ne prennent pas ces précautions. Et vous n’avez pas envie que vos contacts récupèrent ces informations.

S’il existe de nombreuses applications pour éditer les données EXIF, l’App : Metaphoto est gratuite.

Metapho 1.3.1 Metaphoto (Gratuite)

Une fois lancée, sélectionnez une image, l’application commence par charger les données et les afficher.

Touchez le bouton : Remove Metadata for privacy. L’image perd toutes ses données, ce qui s’avère dommageable. N’oubliez pas que vous modifiez une image placée dans votre bibliothèque.

Il y a mieux ! Touchez le bouton Partager et sélectionnez une des deux options : « Share without Metadata » pour partager l’image sans données cachées. En optant pour ce choix, l’image d’origine conserve toutes les informations qu’elle contient.

image-01.png

 

 

Une seconde application fait aussi bien : deGeo, elle paraît plus rapide mais offre un peu moins d’options, elle coûte 1.99 euros, le prix de l’optimisation ?

deGeo 3.2.png deGeo , 1,99€

 

image-02

 

Un conseil, supprimez toujours les méta données même lors de partage de photos entre amis ! Ils n’ont pas besoin de connaître l’heure, la date et le lieu de la prise de photo.

 

Dom

De la légèreté des apps iOS

Avis aux développeurs…

Morin Innovation

Depuis bientôt 8 ans d’existence, les apps iOS ont connu de nombreuses évolutions. Les amenant à prendre de l’embonpoint.

Depuis l’arrivée de iOS 9 en 2015, ces dernières ont subi quelques allègements. Il existe également quelques astuces permettant d’alléger le tout. Vous pouvez obtenir une réduction de poids d’environ 20 à 40 % en utilisant ces méthodes.

Les causes d’embonpoint d’une app

Une app ne grossit pas par la force des choses. Plusieurs sources sont en cause.

La compatibilité Retina

Il existe 3 types d’écrans pour les apps iOS :

  • classique (1 pixel d’image = 1 pixel à l’écran)
  • Retina (2 pixels d’image = 1 pixel à l’écran)
  • RetinaHD (3 pixels d’image = 1 pixel à l’écran)

Le principe est vulgarisé, mais si on souhaite profiter de manière optimale de la qualité de l’écran, une image de 300×300 en mémoire représentera un carré de 150×150 en Retina et 100×100 en RetinaHD.

View original post 697 mots de plus

iOS : Une différence notable entre Evernote et Notes d’Apple : La taille des caractères !

La nouvelle version de Notes sur MacOs, permet d’importer facilement les notes stockées dans l’Application Evernote. Malgré les lacunes de l’application développée par Apple, Notes est devenu une alternative crédible.

Il y a quelques fonctionnalités qui sont encore absentes (Tags, simplification du texte etc.) mais on s’y fait. Ajoutons que passer d’Evernote Premium à Notes c’est aussi économiser 44 euros par an !

Adapter la taille des polices de caractères : l’application Notes est gagnante !

Ce qui n’est pas un problème sur MacOs le devient sur iOS. Il est en effet simple d’augmenter la taille des caractères sur nos Mac. 

Mais lorsque l’on est en vadrouille avec son iPhone ou sa tablette le sujet est légitime pour les anciens qui comme moi non plus la vue à 10/10.

Sur iOS, la saisie de textes dans les deux applications est approximativement là même. Aucune des deux n’offre la possibilité de choisir une police de caractère lorsque l’on est sur l’OS mobile d’Apple. 

Il existe bien une astuce qui consiste à saisir dans Word des textes et les copier dans Evernote pour avoir un semblant de police de caractère différèrent mais rien de probant.

Le texte saisi dans Evernote et les options disponibles :

image-01.png(La fenêtre de saisie de textes dans Evernote et les options)

Le texte saisi dans Notes d’Apple et les options disponibles :

image-02.png (La fenêtre de saisie de textes dans Notes et les options)

La grosse différence est visible lorsque le Réglage de taille de polices est modifié

Ce réglage permet en effet de modifier au niveau du système (et ainsi pour les applications qui l’accepte) la taille des caractères. 

Plus le curseur est placé à droite, plus la taille sera grande. Le résultat est visible dans Mail ou Messages et bien sur dans Notes.

Napkin 08-04-16 5.48.31 PM

(Ecran iPad mini Retina)

Evernote lui ne prend pas en compte la taille de la police système, le texte reste petit et difficilement lisible sans lunette😉 . Un détail qui renforce l’usage de Notes au détriment d’Evernote pour ceux qui n’ont pas une vue parfaite.

(A noter : un bug dans Notes, lors de l’utilisation de la plus grande taille, les textes en « italique » ne fonctionnent pas, Apple n’est pas parfait🙂 )

Dom

macOS : Comment désactiver la cache DNS ou DNS Prefetching ?

Apple charge dans un fichier cache certaines informations du DNS. Si sur le papier cette opération est sensée accroitre la vitesse de navigation sur le Web, dans les faits elle bloque le chargement de certains sites qui ne sont plus trouvés, voir charge partiellement des pages Web.

Si vous ressentez des soucis de navigation sur le Web avec Safari, tentez cette ligne de commande, elle désactive ce cache. Safari dans ce cas consultera directement les serveurs DNS au lieu de s’appuyer sur son cache.

Pour désactiver le pré chargement du DNS (le DNS prefetching) :

$ defaults write com.apple.safari WebKitDNSPrefetchingEnabled -boolean false

Vous devez fermer Safari puis saisir la ligne de commande et de nouveau l’ouvrir.

La commande qui inverse cette désactivation est la suivante :

$ defaults write com.apple.safari WebKitDNSPrefetchingEnabled -boolean true

A utiliser si vous rencontrez des lenteurs dans l’affichage de site sur Safari.

HDR


Applwe reasonably small Recevez toutes les semaines le résumé des publications : Abonnez-vous à la Newsletter !

macOS : Comment empêcher un MacBook de se connecter automatiquement à un réseau Wi-Fi !

L’utilisation des « hot spot » est très pratique lorsque l’on est en déplacement, il faut tout de même mettre en place des mesures afin de sécuriser son Mac en activant impérativement le pare-feu de Mac OS X. Panneau de préférence : Sécurité et Confidentialité, puis en cliquant sur l’onglet : Coupe-feu et le bouton : Activer le coupe-Feu (après avoir déverrouillé le cadenas en bas à gauche de la fenêtre).

Image 01

(Le panneau préférence système de sécurité et confidentialité)

Par défaut lorsque vous vous êtes connectés à un réseau Wi-Fi, Mac OS X l’enregistre dans sa liste de réseaux connus, il ajoute aussi le mot de passe. Ce qui s’avère très pratique, si un compte iCloud est défini sur votre Mac, l’information sera synchronisée sur votre iPhone ou iPad. Vous n’aurez rien à saisir, votre appareil mobile se connectera automatiquement.

Pour obtenir la liste des réseaux Wi-Fi connus, une solution consiste à utiliser la ligne de commande suivante :

$ defaults read /Library/Preferences/SystemConfiguration/com.apple.airport.preferences |grep SSIDString

Mais voilà, il n’est pas toujours bon de se connecter automatiquement à un réseau Wi-Fi, même s’il est connu, surtout avec des hot spot publics.

Pour empêcher cette connexion automatique, commencez par ne plus enregistrer les réseaux Wi-Fi que vous utilisez. Vous devez décocher la case « Mémoriser les réseaux auxquels cet ordinateur s’est connecté ». Cette option apparaît en cliquant sur le bouton « Avancé » du panneau de préférences « réseau », lorsqu’une connexion Wi-Fi est selectionnée.

Image 02

(les paramètres avancés de Wi-Fi)

Ensuite, supprimez le réseau de la liste des réseaux préférés. Cela aura pour effet de le sortir de la liste des réseaux connus et votre Mac ne se connectera plus automatiquement à ce réseau Wi-Fi.

Henri Dominique Rapin


Applwe reasonably small Recevez toutes les semaines le résumé des publications : Abonnez-vous à la Newsletter !

MacOS et iOS : les éléments synchronisés avec iCloud.

iCloud est largement utilisé par Apple pour échanger des données entre appareils. Cette synchronisation est possible lorsque les informations sont centralisées sur les serveurs d’Apple.

Cette liste non exhaustive regroupe les éléments qui ne sont pas imputés/déduits au stockage de données proposé par Apple.

[Dernière mise à jour 05/04/206]

Elements synchronisés dans les préférences système macOS et iOS : 

  • Clavier  : Les raccourcis d’Apple
  • Comptes Internet : Liste des comptes internet (Facebook, Google, Twitter etc…)
  • Réseau : les réseaux wi-fi :
    • le ssid et mot de passe uniquement si le trousseau est activé dans iCloud.

 

Dans les applications :

– Le trousseau d’acces :

  • Tous les éléments (Seulement si la synchronisation iCloud du trousseau est activée).
  • Les Cartes bleues
  • Les Identifiant/mot de passe des accès aux sites Web

– Aperçu : 

  • Les signatures.

– Bourse : 

  • Les entreprises ou marchés côtés.

– Météo :

  •  Les emplacements/villes.

– Plans :

  • Les repères placés sur les cartes.
  • Les recherches effectuées.

– Podcasts :

  • Les abonnements
  • Les émissions lues
  • La position dans la lecture de l’émission

– Messages :

  • La liste des numéros bloqués.
  • Historique des conversations (rétention configurée  dans les Préférences  de Messages).

– Téléphone / FaceTime :

  • L’historque des appels FaceTime audio.
  • L’historique des appels FaceTime vidéo.

– Safari

  • L’historique de navigation.
  • Les onglets ouverts.
  • Les abonnements aux flux RSS.

– iBooks :

  • Les annotations.
  • Les positions de lecture dans les livres.

– Mail :

  • Liste des VIP
  • Les signatures des Mail.
  • Les dossiers intelligents dans Mail.

– HomeKit :

  • Paramètres de configuration
  • Partages des emplacements

– iTunes :

  • La listes des listes de lectures (playlist)
  • La liste des Dossiers intelligents.
  • Radios ( pas certain ?)
  • Listes des musiques achetées.
  • Listes des films achetés.
  • Liste des épisodes des séries TV achetées.
  • Liste des souhaits.
  • Liste des abonnements à iTunesU.
  • Liste des applications iOS achetées.
  • Liste des nombres de lectures dès morceaux de musiques.
  • Notes données aux morceaux

– Apple Music :

  • Mes musiques (liste des albums)
  • La liste des j’aime

– Mac App Store :

  • La liste des applications achetées.
  • La liste des souhaits.

– Contacts :

  • La liste des contacts.
  • La liste des groupes et des membres.
  • La liste des groupes intelligents.

– Calendriers :

  • Les événements.
  • Les calendrier partagés.
  • Les abonnements à des calendriers partagés.

– Notes :

  • Les notes.
  • Les dossiers de notes.

– Rappels

  • La liste des rappels.

– Horloge :

  • Les villes.
  • Les alarmes.

macOS : La sauvegarde des Contacts avec Time Machine, ne faites pas confiance à Apple !

Parfois Apple déçoit, parce que nos attentes sont trop grandes ? Ou est ce que Cupertino nous a habitué à des produits de qualité ? Peu importe il a des choses incompréhensibles.

Suite à un micmac avec un nouvel ordinateur sous OS X, j’ai voulu restaurer mes contacts depuis Time Machine. 

Faites le test, lancez l’application Contacts, puis vous entrez dans Time Machine. Cela se fait depuis l’icône de Time machine dans la barre des menus. 

Dans certaines conditions, il n’y a aucune sauvegarde de Time machine des contacts ! Et vous devrez vous débrouiller par vous même.

Image 01

(l’écran de Time Machine pour les sauvegardes de Contacts)

Alors que faire ? Pas grand chose, la seule solution pour compenser l’inutilité de Time Machine, faire une sauvegarde des contacts régulièrement. Il existe quelque utilitaires d’exportations et de sauvegardes des contacts, sachez qu’Apple a modifié les apis destinées aux programmeurs pour l’accès aux donnés des contacts, faites attention à l’ancienneté de ces programmes avant de les utiliser, prenez des précautions.

La solution la plus évidente sera d’exporter les contacts depuis l’application Contacts. Le menu Fichier de cette application propose une commande Export. Celle-ci offre deux options : exportation vCard ou Archive Contacts.

Image 02

(le menu export de Contacts)

Commençons par la plus mauvaise, l’exportation au format « archive ». Tous les contacts, seront placés dans un « paquet », qui portera l’extension : « .abbu ».  Cette archive une fois importée dans l’application contacts remplacera TOUS les Contacts sans donner la possibilité de fusionner des contacts, ce sera un simple effacer/remplacer de la totalité. Vous perdrez les informations ajoutées depuis la dernière sauvegarde.

La seconde solution est légèrement plus souple. L’exportation au format vCard nécessite de sélectionner les contacts à exporter, n’en oubliez pas ! Lorsque vous les importerez, les contacts, existants ne seront pas écrasés mais fusionnés avec les nouveaux qui seraient identiques. Vous ne perdez pas les mises à jours depuis la sauvegarde.

Passons à la super mauvaise nouvelle, si vous êtes un temps soit peu organisé, vous utilisez des groupes ! Le format vCard ne connaît pas ce concept, les groupes seront perdus si vous optez pour ce type de sauvegarde au format vCard de vos contacts ! Le seul moyen sera d’utiliser la sauvegarde au format d’archive mais qui écrase tout ! Quel dilemme.

Avant de vous emballer, faites le test suivant, exporter vos contacts sous format Archive (.abbu), placez ce fichier dans le dossier « /Utilisateurs/Partagé «. Puis créez un second compte sur votre Mac, (Préférences système > Utilisateurs et Groupes) un compte standard suffira.

Ouvrez une session avec ce compte et importez cette archive depuis l’emplacement partagé « /Utilisateurs/Partagé «. Si vous avez des contacts ! Bravo vous avez gagné, mais comme beaucoup, depuis la version 10.11 … C’est la cata, l’export ne fonctionne plus, les archives produites sont vides !

Bilan, soyez prudent, exportez vos contacts dans les deux formats : archives et vCard. En particulier, à l’approche des mises à jour d’OS X. Si vos contacts sont synchronisés avec un appareil iOS, il existe quelques application d’export qui sont plus fiables que celles sur Mac.

Henri Dominique Rapin


Applwe reasonably small Recevez toutes les semaines le résumé des publications : Abonnez-vous à la Newsletter !

macOS : Comment corriger l’utilisation excessive de RAM après la migration El Capitan ?

Il n’est pas rare de constater après la migration vers El Capitan une consommation excessive de la mémoire, en particulier pour des Mac équipés de 8 ou 16 Go. Il existe plusieurs raisons, l’une d’entres elles est liée aux journaux créés par Mail. Il semble que Mail se prenne les pieds dans les LOGs. La correction est simple, il faut supprimer les fichiers de LOG.

Vous pouvez le faire en utilisant Onyx, mais aussi plus simplement dans le Finder. Dans le menu ALLER du Finder, faites apparaître le dossier Bibliothèque en pressant la touche Option, puis naviguez dans les dossiers pour atteindre le dossier :

Bibliothèque > Containers > com.apple.mail > Data > LIBRARY>Logs > Mail

[Chemin corrigé, Merci Philippe]

Image 01

( la fenêtre du Finder et le dossier de Logs de Mail)

Là supprimez tous les fichiers qui sont terminés par « .log ».

Cela devrait résoudre le problème.

Dom

Applwe reasonably small Recevez toutes les semaines le résumé des publications : Abonnez-vous à la Newsletter !

macOS : Comment accéder à un site dans un format destiné aux appareils mobiles ?

Les sites internet emploient différentes techniques pour adapter leurs pages aux formats très variés des appareils mobiles ou ordinateurs, cela s’appelle : Responsive Deisgn.
Parfois le rendu d’un site est plus probant dans le format mobile que dans celui destiné à un ordinateur, c’est une étrange situation mais de plus en plus courante.

Pour accéder à ce site sous la format Mobile, vous devez activer le menu développeur de Safari (Préférences « avancées »). Puis dans ce menu opter pour la ligne : Passer en mode Conception adaptive.

 

Capture d’écran 2016-04-04 à 19.22.09

(La fenêtre dans Safari)

Cet outil donne aux développeurs la possibilité d’apercevoir leur site web en fonction d’appareils produits par Apple. Cliquez sur les icônes des appareils et la fenêtre de prévisualisation sera automatiquement redimensionnée. Vous pouvez changer la taille de cette fenêtre manuellement, en utilisant les ascenseurs sur les côtés.

 

Capture d’écran 2016-04-04 à 19.22.23(le même mais en optant pour un browser agent d’iPad)

Mais ce n’est pas suffisant, les sites sont redessinés en fonction de l’identité du browser. Il faut donc si l’on veut visualiser un site pour iPhone 6, sélectionner le bon format d’écran, mais aussi envoyer au site l’identifiant de Safari : dans la première ligne optez pour Safari – iOS 9.1 – iPad.

Et vous avez là, le résultat à l’écran du site dans les bonnes dimensions et avec le bon agent (c’est à dire la version de Safari) envoyé par Safari lui même.

Henri Dominique Rapin


Applwe reasonably small Recevez toutes les semaines le résumé des publications : Abonnez-vous à la Newsletter !

macOS : Comment activer le Dark Mode de Yosemite avec une combinaison de touches sur Mac OS X ?

TERMINAL 128X128

Le Dark Mode est apparu avec Yosemite, il s’agit de rendre foncé la barre des menus et le Dock. L’effet est appréciable, c’est une question de goût. L’option s’active dans les Préférences Système et pointez sur la rubrique :  Général.

Dans la section Apparence, cochez la case : Utiliser une barre des menus et un Dock foncés, et immédiatement l’apparence du Dock et de la barre des menus s’assombrit.

Image 01

(la barre des menus en mode clair)

Image 02

(la barre des menus en mode sombre)

Les applications supportent plus ou moins bien cette option et il serait intéressant de pouvoir passer d’un mode à l’autre avec une combinaison de touches. Apple l’a envisagé mais pas rendu public.

Il faut commencer par activer l’option et saisir la ligne de commande suivante :

$ sudo defaults write /Library/Preferences/.GlobalPreferences.plist _HIEnableThemeSwitchHotKey -bool true

La commande Sudo est nécessaire pour accéder à ce fichier, votre mot de passe sera demandé.

La combinaison de touches est cmd + alt + ctrl et T

Pour annuler l’option remplacez « true » par False comme ceci :

$ sudo defaults write /Library/Preferences/.GlobalPreferences.plist _HIEnableThemeSwitchHotKey -bool false

HD Rapin


Applwe reasonably small Recevez toutes les semaines le résumé des publications : Abonnez-vous à la Newsletter !

macOS : Comment retarder une copie d’écran avec aperçu ?

PREVIEW 128X128

Vous connaissez déjà les combinaisons de touches qui vous permettent d’effectuer des copies d’écrans ?

  1. « Cmd + Maj + 3 », pour une copie d’écran complète.
  2. « Cmd + Maj + 3 plus la barre d’espace », Pour une copie d’écran de la fenêtre sélectionnée.
  3. « Cmd + Maj + 4 », pour une copie d’écran partielle.

Les mêmes opérations peuvent être effectuées depuis Aperçu, en effet dans le menu « Fichier » la différence principale tient dans le déclenchement de la copie d’écran. Avec Aperçu la copie d’écran n’est pas immédiate, elle peut être retardée de 10 secondes.

Image 01

(le menu « fichier » de l’application Aperçu »)

Lancez Aperçu, puis dans le menu fichier  sélectionnez la commande « Effectuez une capture d’écran » et sélectionnez « A partir de l’écran Entier… », tout en lançant cette commande, pressez les touches « ctrl + alt », là un indicateur apparaitra vous signifiant que vous avez 10 secondes avant la réalisation de la copie d’écran.

Image 02

(l’indicateur de « compte à rebours » de 10 secondes)

Malheureusement cela ne fonctionne pas avec les autres types de copie d’écrans.

Henri Dominique Rapin


Applwe reasonably small Recevez toutes les semaines le résumé des publications : Abonnez-vous à la Newsletter !

macOS : Comment réinitialiser la SMC sur les Mac ?

Mac lines

La SMC est une petite puce électronique qui est placée par Apple dans tous les Mac. Elle contrôle l’alimentation et diverses options comme :

  • Les claviers (retro-éclairage),
  • La mise ne sommeil du disque dur,
  • La mise en sommeil du Mac
  • et des accessoires comme la gestion du trackpad et les sorties vidéo.

Si beaucoup d’utilisateurs savent comment réinitialiser la PRAM, rares sont ceux qui connaissent l’option de réinitialisation de la SMC.

Cette fonction est nécessaire lorsque l’on diagnostique des disfonctionnements sur la batterie et sa gestion, (mauvaise charge par exemple), ventilateurs bloqués en haute vitesse, les voyants (LED) ou clavier ne s’allument plus, le bouton d’alimentation ne répond plus comme il devrait et sur les portables la mise en sommeil ne s’effectue plus lorsque l’écran est abaissé par exemple.

Ce sont là parmi d’autres les symptômes d’un problème lié à la SMC, le plus simple est donc de la réinitialiser. Il existe trois modes opératoires, les deux premiers sont destinés aux portables Apple qui sont équipés de batteries internes ou qui peuvent être retirées, le 3ème s’applique aux autres Mac.

Sur MacBook avec batterie extractible :

  1. Eteindre son Macbook
  2. Retirer la batterie du MacBook
  3. Presser la touche d’allumage du Mac pendant plus de 10 secondes
  4. Relâcher le bouton, replacez la batterie et le cordon d’alimentation
  5. Et redémarrer le !

Sur un MacBook Air (ou MacBook) avec batterie interne :

  1. Eteindre le MacBook Air
  2. Connectez l’adaptateur secteur à une source d’alimentation.
  3. Sur le clavier du MacBook Air, appuyez sur les touches Maj + Contrôle (CTRL) + Option (ALT de gauche) et exercez une pression sur le bouton d’alimentation.
  4. Patientez cinq secondes, puis appuyez sur le bouton d’alimentation pour démarrer le MacBook Air.

Sur un Mac :

  1. Eteindre son Mac
  2. Retirer le cordon d’alimentation
  3. Presser la touche d’allumage du Mac pendant plus de 5 secondes
  4. Relâcher le bouton
  5. Brancher le câble d’alimentation sur le mac
  6. Et redémarrer le !

HD Rapin


Applwe reasonably small Recevez toutes les semaines le résumé des publications : Abonnez-vous à la Newsletter !

macOS : Comment tester la qualité d’un service DNS sur Mac OS X ?

Crystal Clear app linneighborhood

Plus rapide sont les réponses du serveur DNS, plus rapidement votre browser sera en mesure de joindre un serveur Web. Malheureusement les serveurs DNS de nos fournisseurs d’accès à Internet n’ont jamais été des foudres de guerre et il vaut mieux s’en remettre à des serveurs DNS publics ou privées comme OpenDNS ou Google DNS.

Pour vous inciter à passer sur des DNS autres que ceux de vos fournisseurs, Google propose un outil de calcul de performance de vos requêtes DNS. Il est gratuit, téléchargez le en suivant le lien : https://goo.gl/OI7MPH.

Lancez NameBench, l’interface est simple, NameBench récupère vos serveurs DNS (dans mon cas j’utilise ceux d’OpenDNS) il va comparer les résultats avec d’autres services.

Image 01

 (fenêtre principale de NameBench)

L’opération est très longue, de nombreuses requêtes sont envoyées. La progression est indiquée en bas de la fenêtre. Le résultat s’affiche dans votre browser.

Image 02

(la page de résultats)

Vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas !

Bon Surf.

HD Rapin


Applwe reasonably small Recevez toutes les semaines le résumé des publications : Abonnez-vous à la Newsletter !

macOS : Comment récupérer automatiquement le nom du réseau Wi-Fi (SSID) avec automator ?

Automator

Pour corriger un problème de connexion Wi-Fi, j’avais besoin de connaître le nom du réseau WI-FI car le Mac change régulièrement de réseau. Le nom du réseau Wi-Fi s’appelle le SSID. 

Pour récupérer le SSID, il n’y a pas d’astuce particulière, il faut exécuter une longue commande dans le Terminal, ce que les puristes préféreront :

« /System/Library/PrivateFrameworks/Apple80211.framework/Versions/Current/Resources/airport -I | awk ‘/ SSID/ {print substr($0, index($0, $2))}' »

Il existe toutefois une parade moins connue, elle emploie la commande « networksetup », celle-ci permet de récupérer une chaine de caractère qui est en SSID, actuellement utilisé par l’ordinateur, et reconnaissez que la commande est moins longue :

$ networksetup -getairportnetwork en1 | cut -c 24- 

Une fois cette commande en main, vous pouvez la placer dans un script Automator et au choix la faire exécuter en continue dans une boucle ou en le programmant avec Calendrier.

Dans cet exemple, une notification affiche le SSID du réseau et en complément l’adresse IP de la machine. Notez que j’ai utilisé une variable pour enregistrer le nom du réseau Wi-Fi, il s’agit de SSID, c’est une variable de type texte. Donc une fois le résultat du script placé dans la variable, je peux l’utiliser dans des notifications, des emails ou tout autre forme de destination.

La variable « Adresse IP » est fournie avec Automator, elle se trouve dans l’onglet Variables.

Le script comporte trois Actions :

1 – Exécuter un script AppleScript

2 – Définir la valeur de la variable

3 – Afficher la notification

Vous remplacerez la dernière par « Envoyer un email » ou autre action si besoin.

Image 01(le flux complet dans Automator)

Une notification apparaitra lors de l’exécution de ce flux :

Image 02 (La notification créée)

Comment Exécuter le flux en boucle ?

Si maintenant vous souhaitez que ce flux soit exécuté en boucle, ajoutez l’action « Boucle » à la fin du script est nécessaire. Attention à la condition d’arrêt de la boucle veillez à placer une période pas trop longue. Mais surtout ne laissez pas ce champ vide, sinon la boucle sera infinie.

Placez l’action boucle n’est pas suffisant, il faut aussi ajouter une action de pause. Car si vous exécutez le flux tel quel, le nombre de notifications sera monstrueux et cela fait même « planter » Automator.

Ajoutez donc, une action « Mettre en pause » et placez une valeur de 5 ou 10 secondes.

Image 03 (Le flux complet avec l’action Boucle) 

L’action boucle s’avère intéressante, il faut toutefois l’employer avec prudence, n’oubliez pas que lorsque vous testez votre flux, deux boutons sont présents dans la barre des menus, le premier permet d’arrêter l’exécution du Flux, le second de le suspendre.

Image 04 (Les boutons dans la barre de menu d’Automator)

Henri Dominique Rapin 


Applwe reasonably small Recevez toutes les semaines le résumé des publications : Abonnez-vous à la Newsletter !

macOS : Comment désactiver App Nap par Application sur Mac OS X ?

PREFAPP 128X128

Vous connaissez Power Nap ? Il s’agit d’une technologie apparue dans Mac OS X Mountain Lion et activée sur certains Mac, lorsque l’ordinateur est en veille, certains services continuent à fonctionner en utilisant très peu d’énergie : Mail, Time Machine ou les mises à jour des applications.

Si cette option n’est pas activée, ouvrez le panneau de préférence « Économiseur d’énergie « et cochez l’option « Activer power Nap ».

Image 01 (Le panneau de préférence « Économiseur d’énergie « )

Mais connaissez vous « App Nap « ?

Cette fonctionnalité est disponible depuis Mavericks, cette fois l’idée est de placer en « veille » une application quand elle n’est pas utilisée. Cela permet d’augmenter l’autonomie des MacBook par exemple.

En théorie les nouvelles applications peuvent tirer parti de cette technologie, par exemple Firefox.Sélectionnez l’icône de l’application et lancez la commande « Lire les informations « du menu « Fichier ».

Si l’application est compatible « App Nap » une case à cocher vous permet de désactiver cette option. Mais pourquoi ?

Lorsqu’une application est en veille, elle n’est plus mise à jour et toutes ses taches sont au repos. Cela peut s’avérer ennuyant pour certaines applications que l’on souhaite voir fonctionner sans interruption.

Image 02 (la fenêtre des informations de Firefox)

Comment savoir si une application est en sommeil avec App Nap ?

Simple, ouvrez le moniteur d’activité et cliquez sur l’onglet « Energie », notez la colonne « App Nap », si l’application est en sommeil, la colonne est à « Oui ».

Effectuez le test, cliquez dans le dock sur l’icône d’une des applications en sommeil, (c’est souvent le cas de Mail ou Messages) lorsque la fenêtre principale est ouverte, la colonne « App Nap » passe à « non ».

Image 03 (le moniteur d’activité avec l’onglet « Energie » et les applications qui utilisent power Nap)

Retrouvez les autres billets sur App Nap

→ [EN] La Documentation Développer 

Henri Dominique Rapin


Applwe reasonably small Recevez toutes les semaines le résumé des publications : Abonnez-vous à la Newsletter !

macOS : Comment contrôler la luminosité de l’écran et des touches du clavier de votre Mac avec Shadly et F.lux ?

PREFAPP 128X128

Sur un clavier Apple, les touches F1 et F2 sont dédiées à la luminosité de l’écran, sur un MacBook, les touches F5 et F6 sont consacrées au réglage de la luminosité des touches retro-éclairées des claviers.

Vous pouvez utiliser les touches de fonction à d’autres usages, pour désactiver les fonctions prédéfinies par Apple et retrouver les touches de fonction « standards » : ouvrez les préférences « Clavier », dans l’onglet « clavier » cochez la case «  Utiliser les touches F1, F2 et ainsi de suite, comme des touches de fonction standard ».

Image 01(Le panneau de préférences « Clavier »)

Lorsque cette case est cochée, vous êtes en mesure de récupérer les touches de fonction d’Apple en ajoutant la touche « fn » à la touche sélectionnée, ainsi la combinaison « fn » + « F2 » augmentera la luminosité de l’écran.

Mais il y plus simple, téléchargez l’utilitaire « brightness » sur le site de son développeur : http://www.bergdesign.com/brightness/. Il est gratuit !

Image 02(Les deux icônes dans la barre des menus d’un MacBook)

Une fois lancée, une icône apparaît dans la barre des menus, elle permet de régler la luminosité de l’écran. Si vous êtes sur un MacBook, une seconde icône permet de contrôler la luminosité du rétro-éclairage des touches.

Brightness Slider

Une autre application offre la même approche, une icône dans la barre des menus. Il s’agit « Brightness Slider » sur le Mac Apple Store, elle est gratuite : http://tinyurl.com/nv3oqkl .

Cet utilitaire est intéressant à double titre. En cliquant dans la roue dentelée, une fenêtre de préférences apparaît.

Image 03 (le menu de « Brightness Slider » dans la barre des menus)

Dans cette fente vous pouvez définir une combinaison de touches pour augmenter la luminosité (Brightness Up) et la diminuer (Brightness down) et ce programme fonctionne avec tous les moniteurs connectés.

Image 04 (La fenêtre des préférences de « Brightness Slider »)

SHADY

Enfin, il y a « Shady », il est gratuit et il est disponible sur le site : http://instinctivecode.com/. Une fois lancé, il suffit de presser les touches fléchées « haut » et « bas » pour adapter la luminosité de ou des écrans.

En réalité ce n’est pas la luminosité qui est modifiée mais c’est plutôt l’application d’un masque d’opacité sur l’écran, le curseur garde sa brillance ! Et dès que vous quittez « Shady », l’écran retrouve sa splendeur. La solution offerte par Shady me semble plus agréable, elle permet de continuer à travailler dans un éclairage moins agressif sans perdre ce qui est affiché à l’écran.

Image 05(L’affichage de Shady, lorsqu’il est en premier plan)

F.LUX

Et pour terminer, voici comment supprimer les « yeux  bleus » des noctambules qui passent leurs nuits sur leur Mac. Il s’agit de « f.lux » que l’on trouve gratuitement à cette adresse : http://justgetflux.com

Lorsque vous lancerez « F.lux » pour la première fois, un message d’alerte vous sollicitera afin de donner l’accès à votre géolocalisation, acceptez, car « f.lux » utilisera cette information localiser votre position et déterminer les heures de levées et couchers du soleil.

Image 06(Le message d’alerte)

Le programme vous demandera de confirmer votre géolocalisation. Cliquez sur « Confirm ».

Image 07(La fenêtre de confirmation de la géolocalisation)

L’objectif de f.lux est d’adapter la couleur de l’écran à la couleur en extérieur, ainsi les yeux sont moins agressés la nuit par le bleu, l’affichage tend vers le jaune, les couleurs sont ainsi plus chaudes.  Il est certain que cela limite la fatigue visuelle. En journée, l’écran retrouve sa couleur normale.

Image 08 (Les préférences de f.lux)

« Shady » et « f.lux » sont deux programmes qu’il convient d’utiliser sur plusieurs jours afin d’évaluer sur votre vue si l’impact est positif. Surtout n’employez pas ces deux programmes si vous effectuez de la retouche photographique ou du dessin, les couleurs seront faussées.

Henri Dominique Rapin


Applwe reasonably small Recevez toutes les semaines le résumé des publications : Abonnez-vous à la Newsletter !

macOS : Comment obtenir l’espace disque utilisé par un utilisateur sur Mac OS X ?

TERMINAL 128X128

Les utilisateurs dans Mac OS X ont tous un dossier personnel (petite maison blanche que l’on trouve dans le dossier « Utilisateurs » ou « Users » en Anglais), celui-ci doit contenir tous les fichiers de l’utilisateur. Les réglages de sécurité de Mac OS X empêchent l’accès aux fichiers présents dans le dossier d’un autre compte.

Vous pouvez légitimement vous demander quel espace est occupé par un utilisateur. Pour se faire le plus simple est d’utiliser l’interface graphique du Finder, sélectionnez le dossier personnel de l’utilisateur puis pressez les touches « cmd » et « i » ou dans le menu « Fichier » puis sélectionnez « Lire les informations ».

Image 01

(La fenêtre « Obtenir des informations »)

Il existe un autre moyen qui cette fois permet d’obtenir l’information pour tous les comptes ayant un dossier dans le répertoire « Users » (« Utilisateurs » en Français). Vous devrez saisir cette ligne de commande dans le Terminal :

$ sudo -s du -smh /Users/*

La ligne s’explique ainsi :

  • La première commande « sudo -s est nécessaire pour obtenir une exécution en tant qu’administrateur te l’accès à tous les dossiers. •
  • La commande « du » (pour « Disk Usage ») permet d’obtenir la taille des fichiers situés dans le dossier « /Users ».

L’Astérix après signifie « tous les dossiers ». Le résultat devrait ressembler à cette fenêtre si votre Mac contient plusieurs comptes.

Image 02

(le fenêtre du Terminal avec les résultats)

Cette commande peut être utilisée à distance pour obtenir par SSH (tunnel sécurisé) l’espace occupé en local par les utilisateurs.

→ [EN] Découvrir la commande « du »

Henri Dominique Rapin


Applwe reasonably small Recevez toutes les semaines le résumé des publications : Abonnez-vous à la Newsletter !

macOS : Comment créer automatiquement des scripts depuis une page Web dans l’éditeur de script ?

Automator

Il n’est pas rare de trouver sur une page Web un Script AppleScript, de nombreux sites proposent des exemples ou des solutions ou il faut copier le script dans l’éditeur de script d’AppleScript.

Ne serait-il pas intéressant de pouvoir sélectionner ce text/script et automatiquement créer dans l’éditeur de script un nouveau document contenant ce texte ?C’est possible et relativement simple à réaliser, voici comment :

Commencez par ouvrir Automator et sélectionnez un service.Dans la section haute, choisissez dans le menu « Réceptions du service sélectionnées  » le mot « Texte » puis dans le menu « En ordre »  la ligne « N’importe quelle application ».

Image 01

(La section haute du flux dans Automator)

Ajoutez ensuite une action « Exécuter un script AppleScript » et placez ce texte dedans :

on run {input, parameters}
  tell application "AppleScript Editor"
   activate
   if (count documents) > 0 and contents of document 1 is "" then set contents of document 1 to (input as string)
   else
    make new document with properties {contents:(input as string)}
   end if
  end tell
 return input
end run

Image 02(Le flux au complet avec l’action et le script AppleScript)

Le script s’explique ainsi :

1.La première ligne sélectionne l' »éditeur de script »

2.La seconde active l’application

3.Si l’application (l’éditeur de script) contient déjà un document ouvert sans contenu alors la fenêtre sera utilisée pour placer le texte (Input as string).

4.Sinon un nouveau document est créé toujours avec le contenu sélectionné (Input as string).

Enregistrez le service avec un nom significatif comme « Nouveau Script avec le texte… ». Maintenant sélectionnez un texte sur une page contenant un script Applescript. Faites un clic droit pour afficher le menu contextuel et sélectionnez votre service. Le texte est automatiquement ajouté dans un document de l’Editeur de script.

Ce flux Automator et ce script AppleScript sont facilement modifiables pour être employés avec une autre application. Il suffit de changer l’application utilisée dans le script (première ligne).

Henri Dominique Rapin 


Applwe reasonably small Recevez toutes les semaines le résumé des publications : Abonnez-vous à la Newsletter !

macOS : Comment limiter l’étendue d’une requête dans spotlight ?

SPOTLIGHTPREFICONS 128X128

Le premier réflexe d’un Unixien serait d’utiliser cette ligne de commande :

$ mdfind mon_texte | grep Mon_Dossier

Le résultat de Spotlight est envoyé vers la commande « grep » qui filtre le contenu aux fichiers placés dans « Mon_Dossier ».

Mais il est possible de faire plus simple:

$ mdfind -onlyin ~/Mon_Dossier "Le texte de la recherche"

L’option  » -onlyin  » limite l’étendue de  la  recherche au contenu du dossier indiqué.

Voici un exemple, vous cherchez uniquement sur le bureau (Desktop en Anglais) les fichiers contenants

« Capture » :

 $ mdfind -onlyin ~/Desktop « Capture":

Hdrapin bash 80×24

(résultat de la commande)  

C’est en particulier intéressant lorsque vous effectuez une recherche dans Automator ou AppleScript, cela permet de limiter le champ de la recherche.   

Henri Dominique Rapin 


Applwe reasonably small Recevez toutes les semaines le résumé des publications : Abonnez-vous à la Newsletter !

macOS : Comment configurer le contrôle parental sur iTunes ?

Si vous avez des enfants, vous savez qu’internet peut être un outil dangereux pour eux, qui n’a pas eu d’étranges vidéo sur You Tube au lieu d’un dessin animé.

ITunes dans une moindre mesure ressemble à cela, apps, livres, films, podcasts et autres peuvent avoir un contenu choquant pour un jeune public.Vous pouvez y remédier en limitant l’accès au contenu explicite ou en désactivant certaines fonctionnalités en utilisant le contrôle parental.Comment le configurer :

1.Lancez iTunes et accédez aux préférences, sur Mac dans le menu iTunes puis Préférences, Cliquez sur l’onglet Contrôle parental.

2.Cochez les cases des éléments à désactiver ou que vous souhaitez restreindre.La restriction peut se faire en fonction des notes ou classement, pour cela utilisez le menu déroulant.

Image 01(Les préférences de contrôle parental dans iTunes)

3.Cliquez sur l’icône cadenas en bas à gauche pour éviter que vos enfants ou autres utilisateurs n’apportent des modifications. Votre mot de passe d’administrateur vous sera demandé, puis cliquez sur Ok.

Image 02

 (Le verrouillage du cadenas et la saisie du mot de passe de session)

Vos enfants auront maintenant un accès limité à certains contenus.

Si vous souhaitez apporter des modifications, appuyez de nouveau sur le cadenas, saisissez votre mot de passe et effectuez vos changements. Idéalement vous devriez leur créer un compte d’utilisateur dans Mac OS X et en appliquant un contrôle parental sur ce compte.

Henri Dominique Rapin 


Applwe reasonably small Recevez toutes les semaines le résumé des publications : Abonnez-vous à la Newsletter !
 

Comment choisir les photos partagées sur l’Apple TV depuis iTunes ?

2 apple TV

L’Apple TV est plus qu’un simple périphérique, il saura entre autre afficher sur une TV vos photos de famille qui sont sur votre Mac dans iTunes. 

Vous pouvez diffuser vos images qui sont partagées depuis iPhoto et dans un Flux de photos partagés, c’est d’ailleurs une très bonne solution. Une autre, consiste à utiliser iTunes, c’est pour le moins étrange mais c’est dans cette application que vous définirez les albums qui seront visibles depuis l’Apple TV.

Pour cela, ouvrez iTunes et dans le menu « Fichier » sélectionnez le sous menu « Choisir les photos à partager avec L’Apple TV … « dans le menu « Partage à domicile ».

Image 01(le menu « Choisir les photos à partager avec L’Apple TV)

La fenêtre qui s’ouvre vous permet de sélectionner tout ou en partie votre photothèque. Notez qu’en complément des Albums ou des événements vous pouvez aussi choisir entre des visages et des lieux.

Image 02 (la fenêtre de sélection des photos)

 

Henri Dominique Rapin 


Applwe reasonably small Recevez toutes les semaines le résumé des publications : Abonnez-vous à la Newsletter !
 

Comment créer un raccourci dans Mac OS X en utilisant le Terminal ?

Vous êtes-vous jamais demandé comment puis-je créer un raccourci automatiquement sans passer par le panneau de préférence « clavier  » ?

La solution existe et elle est plutôt simple. Comme les autres applications sur Mac OS X l’option est placée  dans un fichier de préférence que l’on peut modifier avec la commande « defaults » :

La ligne de commande est la suivante :

$ defaults write com.developer.app NSUserKeyEquivalents -dict-add "Menu Item" -string "@$~^k"

Les arguments sont les suivants :

       1.“Default” et “write” sont les commandes d’écriture  du fichier de préférences.

       2.“com.developer.ap” il s’agit de l’identifiant de l’application, chaque application possède un nom. Pour iTunes, il s’agit de »com.apple.itunes ».

       3.« –dict-add » indique le nom du menu.

       4.–« string » la séquence de touches en suivant les symboles suivants :

            @ Pour la touche « Command »

            $ Pour la touche « supp » (Shift)

            ^ Pour la touche « Ctrl »

            ~ Pour la touche « alt »

La modification du fichier « préférence » ne touche que les préférences de l’utilisateur local. 

Voici un exemple, pour créer un raccourcis dans iTunes sur le menu  » Actualiser Genius »

$ defaults write com.apple.itunes NSUserKeyEquivalents -dict-add "Actualiser Genius" -string "@$G » 

Image 01

(la fenêtre du Terminal avec la commande et le panneau de préférences “Clavier”).

 

Henri Dominique Rapin 


Applwe reasonably small Recevez toutes les semaines le résumé des publications : Abonnez-vous à la Newsletter !

L’intelligence artificielle arrive dans iOS 9 avec Proactive !

Proactive est le nom donné par Apple à la première fonction dite “intelligente” dans iOS. L’objectif est simple : apporter à l’utilisateur des fonctionnalités qui lui simplifieront la vie en étant proactif, c’est à dire en anticipant ses besoins et ainsi lui éviter des saisies sur des matériels pas toujours adaptés à ce type de fonction.

Il a fallu plusieurs années à Apple pour développer Proactive, cette fonctionnalité révolutionnaire s’appuie sur de l’intelligence artificielle pour prédire des éléments de notre vie d’utilisateur.

Proactive est la réponse d’Apple à Google Now, si les deux systèmes sont comparables sur certains aspects, il en est un qui rend les deux géants aux antipodes : l’usage ou pas des informations personnelles. En effet Google s’appuie sur la lecture des emails dans Gmail pour anticiper les besoins, alors qu’Apple se limite au contenu du téléphone.

La voie suivie par Apple est la plus compliquée mais aussi celle qui offre le plus de respect de la vie privée aux utilisateurs de Smartphone.

Proactive est présent dans plusieurs applications mais surtout dans le système iOS. Avec le temps, la technologie embarquée dans nos appareils permettra d’accroitre ce nombre et sans aucun doute, les prochaines itérations d’iOS compléteront l’offre de Proactive. 

Note : Proactive est disponible sur tous les pareils sortis après 2012, ce qui élimine les iPhone 4s et iPhone 5, les autres appareils sous iOS 9, supportent Proactive. 

Autre bémol, proactive s’appuie sur la géolocalisation pour proposer des suggestions, les iPad ou iPod rencontreront parfois quelques difficultés lorsqu’ils sont en déplacement et ceci même s’il reste possible d’obtenir la position d’un matériel lorsqu’il est connecté à un réseau Wi-Fi.

Où trouver Proactive ? Dans iOS 9, Proactive apporte de l’intelligence dans 6 domaines :

  1. Proactive le moteur de Spotlight
  2. La suggestion d’applications.
  3. Proactive anticipe vos déplacements.
  4. Les adresses complétées dans Calendrier et Contacts.
  5. Proactive recherche les informations sur un appelant.
  6. Suggestion des contacts.

1 – Proactive et Spotlight

Ces deux termes expriment les mêmes fonctionnalités dans iOS 9, Spotlight était l’outil de recherche sur le Smartphone sous iOS 8, dans le nouvel OS, Proactive devient le moteur de suggestion de Spotlight. Notez au passage que Spotlight est revenu sur le côté, il faut effectuer un geste de la droite vers la gauche pour le faire apparaître.

Image 01

(Le nouveau Spotlight et les suggestions)

2 – La suggestion d’applications

J’ai mis un certain temps à comprendre à quoi servait ces icônes qui apparaissent sur l’écran de verrouillage de mon iPhone sous iOS 8, tout en bas à gauche. Elles n’indiquent pas une notification mais simplement que j’approchais un lieu associé à une application (par exemple à proximité d’un Starbuck ou de la FNAC).

(l’icône Starbuck en bas à gauche de l’écran verrouiller)

Proactive continue de suggérer une application sous cette forme mais en y ajoutant une notion de “contexte”, ce n’est plus la localisation qui prime mais aussi d’autres informations telles que celles présentes dans Calendrier comme un RDV qui pourra “faire” suggérer l’application d’une compagnie de Taxi.

(le curseur de désactivation des applications suggérées)

Plus pragmatique, dès que vous associez ou connectez un casque avec votre iPhone, celui-ci lancera l’application que vous utilisez le plus souvent : Spotify, Podcast, ITunes etc. Il en va de même avec un clavier en Bluetooth, votre éditeur de texte favori est proposé. Proactive surveille vos habitudes afin de vous faciliter la vie.

3 – Proactive anticipe vos déplacements 

C’est une fonction populaire sur Android, Google Now vous alerte dès qu’il est temps de partir pour votre prochain rendez-vous, Proactive fait de même en s’appuyant sur un évènement créé dans calendriers et ou l’adresse de rendez-vous est indentifiable (soit saisie par l’utilisateur, soit déduite par Proactive.

L’information apparait dans le centre de navigation et vous indique le temps nécessaire pour un trajet en voiture jusqu’au lieu de l’évènement. Pour la France, seuls les trajets automobiles seront proposés, Plans ne contient pas encore les horaires des transports en commun pour l’hexagone.

Image 04(notification de la durée du déplacement dans le entre de notification d’iOS 9)

L’alerte partir maintenant : Proactive propose une seconde alerte à un évènement créé dans Calendrier intitule : “partir maintenant” si une adresse est spécifiée ou si un point d’intérêt peut être identifié comme lieu de rendez vous dans plans.

Image 05

(Calendrier et l’alerte « Partir Maintenant »)

Dès lors Proactive est capable de déterminer la distance que vous mettrez pour atteindre ce point (incluant le trafic routier).

Une notification apparaîtra dès qu’il sera temps de partir en tenant compte de votre localisation et de la durée du trajet.

4 – Les adresses complétées dans Calendrier et Contacts.

Proactive cherche dans les messages électroniques ou dans Plan pour suggérer l’adresse d’un nouveau contact ou lors de la création d’un événement dans Calendrier, Proactive proposera les personnes avec lesquelles vous avez eu des événements récurrents ou des contacts habituels.

5 – Proactive recherche les informations sur un appelant.

Lorsque vous recevez un appel et que le numéro n’est pas présent dans la fiche d’un contact, Proactive ira chercher dans vos emails si le numéro n’appartient pas à un correspondant.

En dessous du numéro apparait le terme : “Peut-être” suivi du nom du contact suggéré.

A noter que l’indicatif du pays est détecté et ajouté au numéro appelant.

 

6 – La suggestion de contacts

Sur Mac OS X, lorsque vous partagez un élément depuis le menu partage, Mac OS X propose en priorité les correspondants habituels, il en sera de même sur iOS dans les applications Mail et Calendriers.

C’est surtout dans Mail que cette fonction est la plus intéressante, saisissez un prénom et Mail vous propose en premier les contacts présents dans Contacts mais aussi les adresses emails trouvées dans vos messages électroniques. Ces adresses apparaissent avec une icône avec un rond entourant un i, indiquant qu’elles peuvent être ajoutées a vos contacts.

 

Image 07

(Les adresses suggérées sont indentifiables rapidement)

 

Voilà qui termine ce rapide tour d’horizon de Proactive le nouvel assistant intelligent d’iOS 9.

Henri Dominique Rapin 


Applwe reasonably small Recevez toutes les semaines le résumé des publications : Abonnez-vous à la Newsletter !
 
 

Comment comparer les écarts entre deux sauvegardes de Time Machine ?

Backup

Si vous lisez régulièrement les billets de ce blog, vous avez remarqué le nombre d’astuces basées sur la commande « tmutil ». Il faut reconnaitre qu’avec cette commande vous pilotez Time Machine depuis le bout des doigts.

Commençons par la commande la plus basique :

$ tmutil compare

Une fois lancée dans le Terminal, elle vous indique la différence entre les fichiers de votre Mac et ceux placés dans la dernière sauvegarde « Time Machine ».

Image 01(la commande « tmutil compare » exécutée dans le Terminal)

La liste peut être très longue, cela dépendra de la période depuis la dernière sauvegarde et du volume de fichiers modifiés.

Notez les signes « + », « – » ou « ! » devant certains chemins de fichiers. Ils indiquent par le « + » que le fichier est nouveau et par le « – » qu’il a été supprimé sur le Mac ». Et le point d’exclamation « révèle » que le fichier a été modifié depuis la dernière sauvegarde.

Un résumé apparait en fin de liste, il présente la taille globale de modifications. Comment comparer l’état actuel de votre disque dur avec une ancienne sauvegarde (pas la dernière) ? La commande ne change pas, il faut simplement ajouter le chemin vers le dossier de la sauvegarde.

$ tmutil compare /Volumes/Time\ Machine\ \(WD\)/Backups.backupdb/iMac/2013-12-01-002512

Idéalement vous devez indiquer le chemin complet de la sauvegarde, cela s’avère un peu périlleux. Le plus simple est d’explorer le dossier de Time Machine, sélectionner la sauvegarde que vous souhaitez comparer et de déplacer le fichier vers la fenêtre du terminal, cela aura pour effet d’ajouter le chemin de la sauvegarde.

Au préalable vous aurez saisi la commande « tmutil compare ».

Image 02(la comparaison avec une vieille sauvegarde)

Si vous souhaitez prendre le temps d’étudier le résultat de cette comparaison, envoyez le résultat de la commande vers un fichier texte comme ceci :

$ tmutil compare > mon_texte.txt

Henri Dominique Rapin


Applwe reasonably small Recevez toutes les semaines le résumé des publications : Abonnez-vous à la Newsletter !

Le tarif du stockage d’iCloud baisse officiellement ? 

ICLOUD-128X128

Si vous êtes abonné à iCloud ( au delà des 5 Go gratuit), vous avez reçu ce petit message qui officialise la baisse de prix : Chère/Cher Henri Dominique,

En raison de la création récente de nouveaux forfaits de stockage iCloud à prix réduit, votre forfait mensuel de 200Go passe de 3,99 € à 2,99 €. Votre forfait de stockage sera automatiquement reconduit à la date de renouvellement applicable, et la somme de 2,99 € sera débitée mensuellement de la carte bancaire associée à votre compte à moins que vous ne décidiez d’annuler ou de modifier votre forfait. L’équipe iCloud

Merci Apple, voilà enfin le tarif du stockage iCloud au même niveau que les autres services sur le nuage.

Henri Dominique Rapin


Applwe reasonably small Recevez toutes les semaines le résumé des publications : Abonnez-vous à la Newsletter !

Comment chiffrer un dossier afin de le protéger de la vue de tous avec Automator ?

Automator

L’objectif de ce script est de chiffrer un fichier ou un dossier afin qu’il soit protégé avec un mot de passe. Cette fonctionnalité n’existe pas nativement dans Mac OS X, pourtant elle s’avère intéressante en particulier pour tous ceux qui utilisent des stockages en ligne comme Drop box. En effet chiffrer le fichier permet de compléter la sécurité des informations que vous placez sur le Cloud (Nuage) mais surtout garantit la protection de vos données.

Pour effectuer cette opération, je vais utiliser une fonction qui est accessible depuis l’Utilitaire disque. Ce programme permet de créer des images disque, sorte d’enveloppe dans laquelle vous placez vos fichiers. 

C’est aussi un mode de distribution d’application pour mac très courant. Une des options des images disque est d’être chiffrée et protégée par mot de passe, sans cette clé, impossible de lire le contenu de l’image disque.

Lancez Automator et sélectionnez « Service ». 

Dans la section supérieure sélectionnez « Dossiers », dans le menu « Le service reçoit la sélection » et dans le second menu « Finder ». Cela signifie, que nous acceptons en entrée tous les dossiers sélectionnés depuis le Finder.

Image 01(le haut du service dans Automator)

Ensuite ajoutez l’action : « Créer une image disque «  depuis l’application « Finder ».

Cochez la case « Chiffrer » ensuite dans la section cochez la case « Afficher cette action si le processus est exécuté ».

Image 02(le flux au complet)

Effectuez un test, et vous constaterez que l’image disque est bien créée et que le contenu du dossier est placé dans cette image disque.

Henri Dominique Rapin 


Applwe reasonably small Recevez toutes les semaines le résumé des publications : Abonnez-vous à la Newsletter !

iOS 9 arrive pour le meilleur !

Cela devient un rituel, chaque année nous avons droit à une nouvelle version d’iOS le système qui anime nos iPod, iPhone et iPad. Elle arrive conjointement à la nouvelle gamme de matériels. La bonne nouvelle c’est qu’elle est gratuite et optimisée pour les anciens modèles. Elle sera disponible Le Mercredi 16 Septembre 2015… demain,

iOS 9 fonctionne sur les appareils suivants :

  • iPhone 4s
  • iPhone 5c
  • iPhone 5s
  • iPhone 6
  • iPhone 6 Plus
  • Et l’iPhone 6s et iPhone 6s Plus et l’iPad Pro (annoncés la semaine dernière)

iOS 9 n’est pas révolutionnaire, Apple s’est concentré sur les performances afin produire un système stable et fonctionnel sur les anciens matériels. Apple promet aussi une meilleure autonomie, attendons de voir ce qu’il en est !

Capture d écran 2015 09 15 à 21 06 57

Il y a bien sur des nouveautés à l’image du nouveau « tiroir « pour les applications multitâches, un centre de notification amélioré et plus intelligent. Safari qui accepte de bloquer les pubs et une nouvelle application News (uniquement aux US pour le moment).Et en fonction du matériel vous pouvez utiliser deux applications simultanément, l’une à côté de l’autre.

Les nouveautés sur le site d’Apple : http://www.apple.com/fr/ios/whats-new/.

Quelles précautions faut-il prendre ?

Sur iOS il y en a peu, ce sont les recommandations habituelles avant une mise à jour importante d’un système : Sauvegardez votre appareils, iPhone ou iPad !

Commencez avant de télécharger la mise à jour, par effectuer une sauvegarde, cela se fait de deux façons :  vous emploierez votre ordinateur avec iTunes (plus rapide) ou sur directement sur iCloud, le nuage d’Apple (plus lente).

Sur itunes, il suffit d’ouvrir l’application de sélectionner le matériel et dans la fenêtre de résumé, cliquer sur le bouton Sauvegarder maintenant.

ITunes

Pour iCloud, ouvrez les préférences, puis iCloud et la section Sauvegarde et optez sur le bouton « Sauvegarder maintenant ».

IMG 0024

Si vous le pouvez effectuez les deux sauvegardes, deux c’est mieux qu’une ! Patientez le temps que l’opération s’exécute. Terminez par la mise à jour de vos applications.

Attendez vous à ce que le téléchargement prenne du temps, Internet sera probablement « saturé » tout comme les serveurs d’Apple et d’AKAMAI (l’entrepise utilisée par Apple pour les grosses mises à jour).

Et cette fois, n’ayez crainte si vous n’avez plus beaucoup d’espace de stockage, avec iOS 9, vous pouvez installer la mise à jour sans pour autant avoir plusieurs Go de libres, un maximum de 1,3 Go sera quand même nécessaire.

Le nouveau système occupera entre 400 et 700 Mo supplémentaire (suivant le modele), espace que vous perdrez en capacité de stockage, c’est le prix à payer pour la nouveauté et notamment ce magnifique fond d’écran.

IMG 0023

Enfin, ne vous précipitez pas Mercredi soir, patientez jusqu’au Weekend et faites cette mise à jour tranquillement…

Bonne mise à jour

Henri Dominique Rapin 


Applwe reasonably small Recevez toutes les semaines le résumé des publications : Abonnez-vous à la Newsletter !

Comment activer ou désactiver PowerNap avec le Terminal en ligne de commande ?

PREFAPP 128X128

Power Nap est une fonctionnalité apportée par Mac OS X Mountain Lion, elle a subi quelques révisions depuis sa sortie mais rien de fondamental. Le principe est simple, lorsque votre Mac est en sommeil, il continu à effectuer certaines taches. Cela lui permet à son « réveil » de contenir des informations qui sont à jour et sauvegardées.

Power Nap effectue des synchronisations lorsque votre ordinateur est en sommeil, voici la liste des opérations qu’il effectue :

L’application Mail (uniquement réception de nouveaux messages), Contacts, Calendrier, Rappels, Notes et Flux de photos sont tous mis à jours pendant que l’activité du Mac est suspendu.

Il effectue aussi des opérations plus importantes : Mises à jour Mac App Store, Sauvegarde Time Machine, Localiser mon Mac, VPN à la demande Gestion des périphériques mobiles (ce qui permet de verrouiller et d’effacer l’ordinateur à distance) encore faut il qu’il soit connecté à Internet.

Documents de votre compte iCloud : toutes les modifications apportées à un document sont transférées, par iCloud, sur votre ordinateur portable Mac.
Power Nap est activé par défaut lorsque votre Mac est connecté à une alimentation secteur, les réglages proposés par Apple n’activent pas cette fonctionnalité lorsque votre MacBook est sur batterie.

Vous pouvez changez ce paramètre dans le panneau de préférences : Economiseur d’énergie.

Image 01(Le panneau de préférences Economiseur d’énergie avec l’option désactivée en mode alimentation sur batterie.)

S’il est facile de savoir si cette fonctionnalité est activée depuis les préférences Economiseur d’énergie, il en existe un autre plus difficile à deviner.

  1. Lancez l’utilitaire : Informations Système (Dossier Applications > Utilitaires > Information Système)
  2. Cliquez sur le section : Alimentation (colonne de gauche).

Image 02(La fenêtre principale de l’utilitaire Informations Système) 

Notez la valeur face à la ligne « DarkWakeBackgroundTasks «, elle peut être 0 ou 1, Zéro signifiant que la fonction Power Nap est désactivée dans ce mode, le chiffre 1 pour indiquer qu’elle est activée. Power Nap est en réalité le « petit nom » d’un composant système nommé « Dark Wake ».

Vous l’aurez vite compris, il est possible de modifier cette valeur en ligne de commande, pour se faire il faut utiliser la commande pmset qui gére les réglages de l’alimentation du Mac et le mot clé darwake à qui l’on affectera 1 ou 0 suivant que l’on souhaite activer ou pas cette fonctionnalité.

$ sudo pmset -c darkwakes 1

Et inversement pour désactiver Power NaP :

$ sudo pmset -c darkwakes 0

Vous pouvez créer rapidement un service avec Automator et lui attribuer un raccourci clavier si tel est votre besoin.

Je vous déconseille de modifier les paramètres fournis par Apple, Cela n’impacte pas l’autonomie d’une batterie d’utiliser Power Nap lorsque votre MacBook est alimenté sur le secteur. Idem si vous avez un iMac, laissez Power Nap activé.

Si vous n’avez qu’un seul Mac et ne possédez pas d’iPhone ou d’iPad, cette fonctionnalité perd de son sens mais elle permet quand même à votre ordinateur d’effectuer des sauvegardes avec Time Machine.

Henri Dominique Rapin 


Applwe reasonably small Recevez toutes les semaines le résumé des publications : Abonnez-vous à la Newsletter !

El Capitan sortira le 30 septembre !

Lors de la keynote aucune date n’avait été révélée, cette fois nous avons la date officielle, elle apparaît sur le site d’Apple : le 30 septembre.

Elle sera gratuite, préparez votre Mac : effectuez toutes les mises à jour de Mac OS X et de vos applications, lancez les sauvegardes (Time machine ou autres) et vos clones avec Carbon Copy Cloner !

Par prudence patientez quelques jours … Les premiers bugs s’il y en a, seront connus.

Henri Dominique Rapin 


Applwe reasonably small Recevez toutes les semaines le résumé des publications : Abonnez-vous à la Newsletter !

  

Comment activer Time Machine Local sur Macbook ou iMac ?

Backup

La version de Time machine livrée avec Mountain Lion, permet d’utiliser une sauvegarde Time machine en local, c’est à dire placée sur le disque principal du Mac. Par défaut cette fonctionnalité est désactivée sur les Mac de bureau. 

Elle est destinée aux utilisateurs de MacBook, en permettant de faire une sauvegarde intermédiaire sur le disque principal, le temps pour le  MacBook de retrouver une Time Capsule ou un disque dur Externe. 

Lorsque le volume de Time Machine est trouvé,  la sauvegarde intermédiaire est copiée sur le disque dur de Time Machine.

Il est possible d’activer cette fonction sur un Mac de bureau (iMac ou Mac mini) par une simple commande :

$ sudo tmutil enablelocal

Ensuite vous pouvez déclencher une sauvegarde, il est préférable d’utiliser le menu ‘Time Machine » placé dans la barre des menus ou de lancer cette commande :

$  tmutil snapshot

Cela peut s’avérer utile si vous déplacez le disque dur externe de Time machine  pour le placer sur un autre Mac ou si votre Time Capsule n’est plus joignable.

Comment désactiver Time Machine Locale ?

L’opération est tout aussi simple, placez dans le Terminal cette commande :

$ sudo tmutil disablelocal

La sauvegarde locale sera désactivée et les fichiers locaux supprimés.

Comment Savoir quel espace disque est utilisé par Time Machine Local ?

L’espace disque sur un portable est parfois un élément important compte tenu de la taille souvent réduite des disque durs. Il est important du surveiller l’espace libre disponible.
Apple ne propose pas directement d’indicateur pour l’espace occupé par Time Machine, il en est un qui pourtant est caché : Il est présent dans l’application « A propos de ce Mac ».

Lancez depuis le Menu pomme « A propos de ce Mac », puis cliquez sur le bouton « Plus d’infos … », là sélectionnez l’onglet stockage :

Image 01
(A propos de ce Mac, avant et après l’activation de Time Machine local)

Le contenu du disque dur est présenté par couleur, il y en a une avec un drôle de nom « Copies », il s’agit de l’espace utilisé par Time Machine mais aussi par les fichiers permettant de revenir dans les différentes versions de vos documents.

Lorsque vous activerez Time Machine en local, vous constaterez que cet espace augmente, il s’agit là des fichiers générés par les sauvegardes intermédiaires de Time Machine.

 

Henri Dominique Rapin 


Applwe reasonably small Recevez toutes les semaines le résumé des publications : Abonnez-vous à la Newsletter !

Voici quelques astuces avec les Emoticons sur Mac OS X

Finder

Les émoticons sont une version évoluée des Smileys, ils sont présents dans Mac OS X (tout comme dans iOS, il faut simplement activer le clavier sur iPad ou iPhone).

Dans Mac OS X, les émoticons sont utilisables à partir de chaque zone de saisie de texte.

Pour les faire apparaitre, pressez la combinaison de touches : cmd + ctrl + barre d’espace.

 

Image 01(Les émoticons dans iMessages)

Cela fonctionne très bien même dans Textedit. Mais les émoticons sont nombreux et pour les organiser ils sont classés par groupe, chaque groupe est symbolisé par une icône, c’est la ligne placée en bas de la fenêtre.

Image 02(Les émoticons groupés dans un champ de recherche)

Pour vous déplacer de groupe en groupe, utilisez la touche « Sup » (Shift en Anglais), et pour choisir l’émoticon, utilisez les flèches gauche et droite, haut et bas.

Si vous utilisez souvent les émoticons, une astuce consiste à « décoller » la fenêtre, avec la souris déplacez là, elle sera désolidarisée et restera de façon permanente à l’écran.

Image 03(la fenêtre volante des emoticons )

En cliquant sur l’icône en haut à droite, vous ferez apparaitre la fenêtre des caractères.

Image 04(l’icône pour retrouver le clavier)

 

Henri Dominique Rapin 


Applwe reasonably small Recevez toutes les semaines le résumé des publications : Abonnez-vous à la Newsletter !

Comment obtenir le titre et l’artiste joué actuellement dans Spotify avec Applescript ?

SEScriptEditorX

Voici un petit script qui vous permet de récupérer le morceau joué dans Spotify.

Le script est simple : 

tell application « Spotify"
set Artiste to the artist of current track
set Titre to the name of current track
end tell

display dialog "Titre : " & Titre & " Artiste : " & Artiste

Image 01 (La fenêtre de l’éditeur de script avec le script et le résultat)

 

Henri Dominique Rapin 


Applwe reasonably small Recevez toutes les semaines le résumé des publications : Abonnez-vous à la Newsletter !

Cinq commandes qu’il faut connaître sur Time machine pour le piloter depuis le Terminal !

Backup

Voua avez rêvé de piloter Time Machine depuis la ligne de commande ou lancer des commandes depuis Automator pour contrôler vos sauvegardes, voici les commandes qu’il faut absolument connaitre :

1-  Cette commande active ou désactive Time Machine local, sur votre disque dur interne :

Pour le désactiver :$ sudo tmutil disablelocal 
Pour l’activer :$ sudo tmutil enablelocal

2 – Comment démarrer ou arrêter une sauvegarde en ligne de commande ?

Démarrer la sauvegarde Time Machine :$ tmutil startbackup 
Arrêter une sauvegarde Time Machine :$ tmutil stopbackup

Idéal pour être placé dans un flux Automator et créer une application ou une tâche automatisée.

3 – Ajoute ou retire de la liste des exclusions de Time Machine un dossier :

$ sudo tmutil addexclusion ‘’/Users/Dom/Mon_Dossier ‘’

Opération inverse, retire de la liste des exclusions :

$ sudo tmutil removeexclusion '‘’/Users/Dom/Mon_Dossier ‘’

4 – Comment obtenir le chemin vers la dernière sauvegarde ?

  $ sudo tmutil latestbackup

Image 01 (le résultat de la commande)

5 – Evalue les différences le contenu de votre disque dur et la sauvegarde Time Machine :

$ tmutil calculatedrift ‘’/Volumes/Timee Machine/Backups.backupdb/Macbook’’

Donnez le chemin vers la sauvegarde de votre ordinateur, normalement le disque dur est externe.

 

Image 02(la liste des sauvegardes et de modifications enregistrées)

Sera listé le volume des élémenst ajoutés (Added), enlevés (Removed) et modifiés (Changed). Cela peut être utile.

Henri Dominique Rapin 


Applwe reasonably small Recevez toutes les semaines le résumé des publications : Abonnez-vous à la Newsletter !

De l’intérêt de certains réglages de safari pour eviter les sites frauduleux !

Compass

Avec Yosemite, Safari a subi quelques modifications. L’une des plus visibles est le nouvel affichage des liens internet dans la zone d’adresse internet (url). L’adresse complète n’apparait plus et seul le nom du domaine est présent, ainsi si vous accédez à http://www.apple.com/fr/store, seul sera affiché www.apple.com.

Cet affichage paraît de prime abord en retrait pas rapport à ce que nous connaissions sous les précédentes versions. Si cela vous ennuie de ne pas pouvoir visualiser toute l’adresse vous pouvez modifier safari et revenir dans un affichage plus classique.

Pour se faire ouvrez les préférences de safari, puis dans l’onglet Avancées, cochez ou décochez la case Afficher l’adresse complète du site Web dans la section Champ de recherche intelligent.

Image 01

(la préférence à modifier dans les préférences de Safafri)

Dans le domaine du piratage ou du hacking toutes les méthodes sont bonnes pour tromper l’utilisateur, une technique bien connue est celle des faux domaines où fausse url. Elles sont si longues que l’on perd le site sur lequel on est. On se retrouve très vite sur un faux site de type : http://www.client.paypal.eu.money.com alors qu’on devrait être sur le site http://www.paypal.com.

Grâce au nouvel affichage dans Safari vous contrôlez immédiatement le site sur lequel vous naviguez, et vous ne serez pas pris par la tentative de vous emmener sur un site frauduleux. Conserver ce réglage, il vous évitera de tomber dans des pièges.

Henri Dominique Rapin 


Applwe reasonably small Recevez toutes les semaines le résumé des publications : Abonnez-vous à la Newsletter !

Comment identifier les flux sécurisés entre materiels Apple avec Debokee ?

Icon

Quant il s’agit de vendre, toutes les promesses sont permises, on nous assure qu’un service est sécurisé ou que l’application échange des informations chiffrées sans possibilité de les récupérer. Bien mais comment nous assurer que ces promesses seront bien tenues ?

Le seul moyen aujourd’hui de sécuriser un échange entre deux ordinateurs est de chiffrer les données, grâce au chiffrement asymétrique et aux jeux des clés publiques/clés privées seul celui qui reçoit l’information est à même de les décrypter. En clair même si quelqu’un intercepte la communication, il ne peut en déduire le contenu.

Lorsque vous communiquez avec Apple ou votre banque sur internet le flux de données est sécurisé par un chiffrement par SSL. C’est le petit cadenas qui apparaît dans la fenêtre de Safari pour vous dire que l’échange est protégé.

S’il existe bien un indicateur visible dans les browsers, il n’existe rien dans les applications pour indiquer qu’elles communiquent de façon chiffrées. Qui vous dit que l’application bancaire qui est installée sur votre iPhone utilise bien un protocole de chiffrement pour envoyer vos informations vers les serveurs de la banque ? Vous vous en remettez à la promesse de l’éditeur du logiciel.

J’ai longtemps cherché un outil à même de m’aider dans l’analyse des flux sortants d’un appareil. Il existe de nombreux outils d’analyses de réseaux, mais ils ne sont pas conviviaux et permettent uniquement une analyse des trames qui passent par votre ordinateur. Jusqu’au jour où j’ai découvert Debookee. L’éditeur est la société iwaxx (http://www.iwaxx.com/debookee/), l’utilitaire est vendu au prix de 24,90$ version d’évaluation disponible sur le site.

Qu’est ce qui fait que Debookee (prononcez « debouki ») est si diffèrent ? Il emploie une technique peu commune, il se place entre le retour et l’appareil que vous souhaitez surveiller. Imaginons que vous voulez connaître tous les flux envoyés de votre iPhone, Debookee va se placer entre l’iPhone et le routeur (votre box) vous obtiendrez ainsi tous les flux sortants en Http, les requêtes DNS et autres protocoles.

Image 01

(Principe de Debookee : Man in the Middle)

Debookee ne vous permet pas de récupérer le contenu des paquets, par contre il vous indique si l’échange est chiffré ou pas. L’interface est simple, commencez par cliquer sur le bouton « Lan your scan », là Debookee commence par scanner votre réseau local pour tenter d’identifier les matériels connectés.

Image 02

(Le scan du réseau)

Notez la colonne « Role » et le « Me » face à votre ordinateur. Nous allons commencer par sélectionner l’appareil que nous voulons étudier, la cible. Sélectionnez une ligne (autre que votre machine) puis cliquez sur l’icône « Toogle Target ». Face à la ligne les lettres « Tgt » pour Cible (ou Target en Anglais).

Image 03

(La cible sélectionnée dans la liste)

Maintenant que vous avez sélectionné votre cible, cliquez sur le bouton à gauche « Start Dbk » (Start Debookee) qui active l’analyse. Ensuite lancez une activité sur le Mac ou l’iPhone qui est en cible. Une page internet ou une application connectée au Web. Les informations commencent à apparaître dans la section Targets, vous aurez probablement une section DNS, pour les requêtes DNS demandées par l’appareil puis en dessous la section : http, elle regroupe toutes les requêtes Web. Cliquez sur cette section pour consulter la liste.

Image 04

(Les résultats des requêtes DNS)

Image 05(Les résultats des requêtes http ou Web)

Si du trafic est détecté avec d’autres protocoles il sera listé dans la section « Other TCP ». Pour bien comprendre l’intérêt de cet outil, ouvrez une page Google et observez les résultats : Google tient ses promesses, les flux sont tous chiffrés. Mais c’est loin d’etre la cas pour d’autres y compris sur depuis votre iPhone !

Image 06 (Les résultats pour http://www.google.com)

Vous avez la possibilité de consulter les mêmes listes pour votre ordinateur (section : « own traffic ») ou plus globalement sur votre réseau. Debookee vous aidera à identifier les accès à internet non sécurisés, et vous permettra d’éviter les services pseudo sérieux qui n’ont rien de professionnel.

Et vous pourrez peut être faire quelques découvertes comme ce service qu’Apple utilise dès qu’on ouvre Spotlight ou Safari : api.smoot.apple.com, il s’agit d’un service de suggestion, lorsque vous saisissez du texte dans l’adresse Web, les propositions de sites ne proviennent pas de Google ou Bing mais d’Apple !

Henri Dominique Rapin 


Applwe reasonably small Recevez toutes les semaines le résumé des publications : Abonnez-vous à la Newsletter !

Spotlight utilise votre géolocalisation, et Alors !

Icon320x320

Spotlight, le moteur de recherche d’Apple utilise votre géolocalisation pour affiner les suggestions qui vous sont faites. Dès que vous saisissez un mot dans Spotlight, celui-ci envoie sur les serveurs d’Apple plusieurs informations, le texte saisi bien sur mais aussi l’emplacement de votre Mac.

Si cela peut sembler étrange, cette information est importante pour construire la liste des suggestions proposées, à quoi cela sert-il d’avoir les numéros des pizzerias de Nice si vous habitez Bordeaux. Spotlight obtient ses informations du service api.smot.apple.com… qui est sollicité à chaque lancement de spotlight.

Image 01

(le service de suggestion d’Apple est sollicité par Spotlight et Safari, source Debookee)

Avant de désactiver cette fonction, sachez qu’Apple continuera à affiner les suggestions, mais cette fois, l’opérations sera différente : la géolocalisation sera effectuée à partir de l’adresse IP et sera approximative, ensuite l’identifiant envoyé ne sera pas celui de votre machine mais un identifiant « jetable » d’une durée de vie de 15 minutes.

Apple vous laisse le choix : employer une géolocalisation précise (basée sur l’adresse IP) mais associée à l’identifiant de votre Mac ou une opération anonyme et moins précise. Dans tous les cas la communication est chiffrée donc incompréhensible pour ceux qui tenteraient d’intercepter la communication entre votre Mac et les serveurs d’Apple. La désactivation se fait dans le panneau de préférences Sécurité et Confidentialité. Déverrouillez le cadenas en bas à gauche sinon vous ne pourrez pas modifier les paramètres du panneau de préférences.

Image 02

(le panneau de préférences Sécurité et Confidentialité)

Commencez par cliquer sur Service de localisation dans la colonne de Gauche. Dans la lise des éléments utilisant la Géolocalisation, descendez tout en bas de la liste pour cliquer sur le bouton Détails face à Service Système.

Image 03

(fenêtre de modification des paramètres de Géolocalisation et de Spotloght)

Dans la fenêtre qui apparaît, décochez Suggestion Spotlight. Par contre je vous conseille de cocher la seconde ligne, l’icône de géolocalisation apparaitra dès que le service est sollicité. Si vous avez des doutes, ouvrez le panneau de préférences de Spotlight et cliquez sur le bouton À propos suggestion Spotlight et de la confidentialité, Apple explique tout !

Image 04

(la fenêtre d’explication dans le panneau de préférences Spotlight)

Henri Dominique Rapin

Comment changer le nom d’un périphérique Bluetooth ?

Comment désactiver GateKeeper avec le Terminal ?

HT5290 Icon 001 mul

GateKeeper est cet outil de sécurité qui vous permet d’exécuter ou pas des applications acquises hors du Mac App Store.

Pour le désactiver, il suffit d’ouvrir le panneau de préférences Sécurité et confidentialité. De cliquer sur le cadenas et de fournir le mot de passe de session, ensuite de choisir quel niveau de protection on souhaite utiliser. Un conseil, restez sur mac App Store et des développeurs identifiés pour votre sécurité.

Image 01

(les préférences de Sécurité et Confidetialité)

En téléchargeant parfois une application un peu ancienne, vous aurez besoin de modifier le niveau afin d’autoriser l’exécution de toutes les applications : Il existe une commande dans le terminal pour cela, qui peut être placée dans un flux Automator, si vous l’utilisez régulièrement :

$ sudo defaults write /Library/Preferences/com.apple.security GKAutoRearm -bool NO

Sudo est nécessaire pour obtenir les autorisations, remplacez NO par YES pour activer à nouveau GateKeeper.

Pour en savoir plus sur Gatekeeper : https://support.apple.com/fr-fr/ht5290.

Henri Dominique Rapin

macOS : Comment se déconnecter d’un réseau Wi-Fi sans couper la connexion Wi-Fi ?

Jusqu’à Yosemite lorsque l’on ne voulait plus utiliser le Wi-Fi, il suffisait de le couper.

Cela déconnectait le Mac du réseau ou interrompait la carte radio. Avec Mac OS X 10.10, une nouvelle option permet de déconnecter du réseau mais cette fois sans couper la carte Wi-Fi.

Appuyez sur la touche : alt et cliquez sur l’icône Wi-Fi, de nombreuses informations sont maintenant affichées, en complément une ligne apparaît et cette commande commence par se déconnecter de (suivi du nom du réseau).

Image 01

(le menu Wi-Fi avec la touche ALT appuyée)

En l’utilisant, la connexion avec la borne est interrompue, mais pas la carte, du coup des solutions comme Continuity ou AirDrop continueront à fonctionner car elle emploient le réseau Wi-Fi mais sans la nécessité d’être connectées à un réseau.

Henri Dominique Rapin

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 395 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :