macOS : Faut il afficher toutes les adresses des envois groupés dans Mail ?

Il existe dans les préférences une option permettant d’afficher les adresses de tous les contacts lors d’un envoi groupé en lieu et place du nom du groupe.

Dans la section Rédaction des préférences de Mail, cochez la case : Lors d’un envoi groupé, afficher toutes les adresses.

image-03.png

Personnellement je laisse toujours cette case cochée, il y a deux raisons à cela, la première je m’assure que le mail est bien adressé aux bons destinataires.

La seconde concerne les contacts qui ont plusieurs adresses emails, par défaut Mail emploiera la dernière utilisée.

Lorsqu’il y plusieurs adresses pour un contact, un petit symbole en forme de chevron pointant vers le bas, vous pourrez choisir la bonne adresse email pour cet envoi.

image-04.png

HDR

macOS : Envoyer un mail à un groupe de personne

Peut être envoyez vous souvent des messages à un groupe de personnes, votre famille, des amis ou des collègues ? Voici un moyen très simple de leur envoyer un email.

Ouvrez l’application Contacts, vous avez au préalable créé un groupe et affecté quelques utilisateurs en glissant/déposant les contacts sur le groupe.

Effectuez un clic droit sur le groupe et sélectionnez : Envoyer un e-mail à «  nom du groupe » et voilà rien de plus compliqué. (ici le groupe porte le nom de : Collegues)

image-01.png

Encore plus simplement :

Vous avez au préalable créé un groupe de contacts dans l’application Contacts. Ouvrez Mail, créez un nouveau message et face à la lettre A : (le champs du destinataire) saisissez le nom du groupe, un fois pressée la touche Entrée. Et surprise, les noms des membres apparaissent.

image-02.png

Henri Dominique

iOS : Charger et synchroniser les fichiers PDF, EPUB sur iPad pour une lecture en mode déconnecté

Dans la guerre que se livre Apple et Google, il faut reconnaître que Google offre parfois plus de service que Cupertino. Je sais que si chez Apple tout est payant, ce n’est pas une raison pour ne pas nous offrir des cadeaux de temps à autre.

En tant que technicien et passionné par les technologies, je collectionne de nombreux livres au format PDF, d’autres au format EPUB. Je les consulte depuis mon Mac mais aussi sur tablette et smartphone.

Il me faut donc un accès à cette bibliothèque depuis tous mes appareils et si possible une solution de synchronisation pour le téléchargement et les accès en mode déconnecté.

Dropbox et GoodReader :

Pour accéder à cette bibliothèque de références, j’ai d’abord utilisé le couple Dropbox et GoodReader. Le premier pour le stockage en ligne et l’accès depuis tous les appareils. Le second pour la lecture des fichiers PDF et l’option de synchronisation.

Ajouté un PDF dans Dropbox, il est automatiquement chargé sur la tablette ou l’iPhone. GoodReader est le meilleur lecteur de PDF, il permet aussi la création d’annotations, des signets et des soulignements de textes. C’est une application qu’il faut posséder.

Le problème principal de cette solution est une lacune de GoodReader. Il ne sait pas lire les fichiers au format EPUB. Ce format se trouve maintenant très répandu dans les documentations techniques et les ouvrages. Il ne remplace pas totalement le PDF.

J’ai donc cherché une solution qui couvre les fichiers PDF et EPUB. iBooks répond à ce besoin bien que les annotations ne soient pas son fort. Il a fait l’affaire pendant très longtemps, mais il manquait une solution de synchronisation.

iBooks et iCloud :

Quand Apple a annoncé la synchronisation des fichiers PDF et EPUB ajoutés dans iBooks entre les appareils iOS et OSX, j’ai sauté sur l’occasion en me disant que c’était une bonne idée.

Placez dans iBooks pour Mac tous les fichiers PDF et EPUB que vous souhaitez synchroniser et créez une collection. Mettez dans cette collection les ouvrages à synchroniser et ils apparaitront sur tous les appareils. La solution est bonne mais mauvaise dans son application.

Avez-vous noté que l’application iBooks grossissait sur iCloud ? Et oui pour chaque ouvrage ajouté, son poids est imputé sur le stockage iCloud (un livre au format PDF fait entre 3,3 et 100 Mo) ce n’est certes pas beaucoup. Mais ajoutez les sauvegardes de vos iAppareils, les photos, il ne reste plus rien si ce n’est à sortir la main au porte-monnaie.

Certes les livres ne sont pas gros et si vous ne lisez qu’un roman de temps à autre cette solution est largement suffisante. A contrario, si votre collection d’ouvrages dépasse un certain nombre, elle aura un impact sur l’espace fourni gracieusement par iCloud.

Je suis donc parti en quête d’une solution qui couvre les deux formats : PDF et EPUB, fournissent un accès depuis n’importe quel appareil et qui ne me coute pas un centime.

Google Play Livres :

 Je lai déniché chez Google. Je sais que certains pensent que c’est la peste et le choléra (à la fois) mais il faut reconnaître qu’ils ont une offre de service intéressante.

Tout comme Apple Google propose une offre de librairie en ligne. Vous pouvez acheter des ouvrages sur le Google Play (équivalent de l’iTunes Store). Un compte Gmail suffira.

Le logiciel de lecture qui permet de parcourir des fichiers EPUB ou PDF est Play Livres. Il existe pour Android mais aussi pour iOS et fonctionne sur Tablette et Smartphone.

 

Une fois que votre compte Google Play est créé, commencez par lancer Safari ou Chrome. Ouvrez la page : https://play.google.com/books/ Vous accèderez directement à votre bibliothèque en ligne.

Une autre voie pour accéder aux livres est d’utiliser l’URL : https://play.google.com/store et dé sélectionner Livres.

Mot de passe et compte sont nécessaires. Google vous proposera d’acheter des livres, passez votre chemin et cliquez dans le menu de gauche sur : Mes Livres

image-01.png

(le menu de gauche de la page Google Play sur Internet)

En haut à droite se trouve un bouton « Importer mes livres ». Cliquez dessus ! Dans la fenêtre qui apparaît, glissez déposez tous les fichiers PDF et EPUB que vous avez. Un conseil, si la collection est importante, divisez-la en groupe. Le transfert n’est pas rapide, mais cela fonctionne très bien.

image-02.png

(La fenêtre de téléchargement des livres depuis Google Chrome)

Vous venez donc de transférer vos livres dans votre espace Google Play Livres. Nul ne doute que Google sait maintenant ce que vous lisez et qu’il est probable que les pubs qui s’afficheront prennent en compte les sujets de ces volumes. Dans mon cas je ne l’ai pas constaté. Ceci étant dit, c’est le prix à payer pour un service gratuit.

Gros plus par rapport aux deux autres solutions : Vous pourrez lire vos livres directement depuis votre Browser sans devoir installer une application sur votre Mac. C’est très pratique lorsque vous souhaitez montrer un passage ou rechercher une information sans être sur votre machine.

Installez sur iOS (ou Android) l’application Play Livres et vous voilà à même de lire vos ouvrages sur les iPhone ou iPad. Le livre est envoyé en streaming, c’est à dire progressivement vers votre appareil. L’avantage, vous commencez la lecture sans attendre le téléchargement du livre dans son intégralité. Si besoin, touchez les trois petits points en bas à droite de l’icône du livre et choisissez de le télécharger pour l’emporter avec vous en voyage.

Au final, c’est une solution agréable pour celui qui possède une importante collection de fichiers PDF ou EPUB. La lecture dans l’application est elle aussi agréable. Mon dernier conseil, créez une adresse email spécifique et un compte Google Play lié à cette adresse. Utilisez-la pour la copie de ces ouvrages.

Henri Dominique

Publié dans Mac

iOS : MusicMatch : les paroles de vos morceaux en temps réel.

Qui n’a pas rêvé de chanter tout en écoutant un titre ? Mais encore faut-il les paroles, en particulier pour les chansons américaines. La meilleure application pour cela est MusicMatch pour iPhone et iPad. Mais savez vous qu’il est possible d’écouter une musique depuis un appareil iOS et de voir s’afficher les paroles ?

C’est possible avec MusicMatch et iOS 9. Dans la zone Aujourd’hui ajoutez l’applet MusicMatch à Aujourd’hui.

 

Lancez un morceau dans Music sur iOS (iPad et iPhone), ensuite rendez vous dans Aujourd’hui.  Dans la section MusicMatch, la pochette de l’album surplombe les paroles de la chanson qui s’affichent au fur et à mesure de la lecture du morceau.

itunes-16.jpg

macOS : Purger le cache DNS

Lorsque vous accédez à un nouveau site internet, Mac OS enregistre l’adresse IP et le nom du site dans un fichier cache : le Cache DNS. Cela lui permet d’accéder plus rapidement au site sans devoir attendre que le serveur DNS lui réponde.

Si le site change d’adresse IP ou que le fichier de cache est corrompu, l’accès au site sera impossible. Il convient donc de vider ce fichier.

Il est possible d’effectuer cette opération en utilisant le Terminal avec cette commande (mot de passe nécessaire) :

 $ sudo dscacheutil -flushcache;sudo killall -HUP mDNSResponder 

Ou d’utiliser un utilitaire comme Cocktail  voir  le gratuit :dns flucher !

http://www.squashedsoftware.com/products-dns-flusher.php

image-01.png

(le site de l’application)

Au premier lancement vous aurez probablement une alerte. Cette application n’est pas signée par un développeur connu d’Apple. Effectuez un clic droit sur l’icône de DNS FLUSHER puis lancez la commande Ouvrir, un nouveau message d’erreur apparaît cette fois avec le bouton « Ouvrir ».

image-02.png

(fenêtre d’alerte à l’ouverture de l’application)

Cliquez dessus, ce qui lance l’application, le cache du DNS est effacé. Un message confirme l’opération.

image-03.png

(Fenêtre de confirmation de la suppression du Cache DNS)

Le cache sera progressivement enrichi par le système et vous devriez rapidement retrouver l’accès aux sites web qui ont vu leur adresse IP modifiée.

Henri Dominique Rapin

macOS : Obtenir des suggestions de Genius dans iTunes

Genius est présent un peu partout dans iTunes, mais il est caché.

  1. Lancez le mini lecteur.
  2. Cliquez sur la pochette du titre en cours de lecture.
  3. La fenêtre d’iTunes disparait pour laisser la place à la pochette de l’album.

Dans le menu en haut de la pochette apparaissent trois points, cliquez dessus et dans la liste vous trouverez : Suggestions Genius. Il s’agit de morceaux équivalents à ce que vous écoutez, cliquez sur l’un d’entre eux et iTunes vous conduit jusqu’à l’album qui se trouve dans votre collection. A vous de lancer la lecture.

iTunes-06.png

Une autre approche est d’utiliser la Radio Genius. Cette fois vous laissez la barre à Genius, la radio sera créée depuis l’artiste avec des morceaux qui ne vous appartiennent pas !

Pour des raisons de licence Apple nomme cela une radio, mais ce n’est rien d’autre qu’une playlist créée depuis le morceau sélectionné et qui regroupe des morceaux de toutes les sources. Les utilisateurs d’Apple Music se verront proposer d’ajouter l’album ou le morceau à leur bibliothèque.

Il faut considérer Genius comme l’antithèse des listes proposées dans Apple Music qui elles, reposent sur une sélection de titres par des humains et non un système informatique !

Henri Dominique

macOS : Les disques DROBO

Drobo est une marque née avec OS X. Ce fabriquant américains de boîtier pour disque dur propose des matériels depuis 2009. Sa notoriété s’est faite en partie grâce aux photographes et vidéastes qui ont besoin d’espace de stockages importants.

Le site de Drobo : http://www.drobo.com

Drobo propose deux types de matériels, des disques en réseau des NAS comme le fait synology. Et des DAS (Disk Attached Storage), solution que j’ai choisie. Un DAS pour fonctionner doit être connecté à un ordinateur comme un iMac ou un Mac Mini qui servirait de serveur, voir une borne AirPort Extreme.

La version actuellement distribuée par Drobo est la 3ème génération du boitier originale. Si la première génération offrait une connexion en USB et FireWire, elle soufrait d’une réputation de lenteur lorsque la connectique USB était employée.

image-01.jpg

(Le boitier drobo)

La nouvelle génération apporte une connectique USB 3 et c’est tout, point de Thunderbolt. La vitesse procurée par l’USB 3 suffit pour la plupart des usages. Si vous cherchez un stockage hyper performant vous regarderez du côté de LaCie avec des boîtiers Thunderbolt et des disques SSD, mais le prix est plus élevé.

image-02.jpg

(le doc du boitier)

Vitesse théorique maximum :

Norme Vitesse théorique maximale
USB 2.0 490 Mbps
USB 3.0 5 Gbps
USB 3.1 10 Gbps
Thunderbolt 10 Gbps
Thunderbolt 2 20 Gbps

Mes tests indiquent que l’on obtient (cela sera variable en fonction des disques embarqués) une vitesse entre l’USB 2 et 3. Ce boitier n’est pas un foudre de guerre, et c’est probablement la raison pour laquelle il n’y a pas de connectique Thunderbolt.

L’usage de ce boitier est le stockage mais n’espérez pas faire de montage vidéo dessus. Par contre il est exceptionnel pour le stockage de gros volumes de fichier et assure une sécurité à vos données.

Pourquoi opter pour ce type de stockage ?

Dans ma quête d’indépendance face au cloud et autres services de stockage payants, je cherchais une solution qui me permettrait d’assurer la sécurité de mes données tout en offrant une capacité d’extension qui soit souple. Le Drobo répond à ces deux contraintes.

Un boîtier Drobo présente 4 baies pour installer 4 disques durs 5,25 pouces.

Et cela sans utiliser de tournevis. Le Drobo accepte des disques de différentes tailles : de 1 To à 4 To. Ce qui porte la taille maximale à 12 To.

image-03.jpg (les 4 baies du Drobo)

Ne croyez pas que cela représente le volume utilisable, non une partie de l’espace apporté par les disques est utilisé pour sécuriser les données. Ce boîtier fonctionne avec 3 disques, ainsi si l’un des 4 disques rencontre des problèmes, vos données sont encore accessibles et protégées. Vous remplacerez le disque défectueux pour revenir à la normale.

Vous commencerez par équiper votre Drobo avec des disques de petites tailles puis au fil des besoins vous remplacerez les disques par des plus grands. Vous n’avez pas à remplacer tous les disques en même temps cela se fera en fonction de votre budget ou de l’urgence de l’espace nécessaire.

En cas de défaillance l’utilitaire Drobo Dashboard et les led placées en façade du boitier vous signaleront le problème. Il vous suffira alors de remplacer le disque dur defaillant.

image-04.png

(l’alerte du Dashboard lorsqu’un disque est en difficulté)

Au final, Drobo m’a permis de monter mon serveur familial tout en offrant un stockage sécurisé pour tous les membres de la tribu, sans opter pour un ou plusieurs abonnements de stockage dans le nuage.

Autre point intéressant, Drobo propose lors de l’initialisation des volumes la création d’un volume dédié à Time Machine. La configuration de votre Mac sera sauvegardée sur ce volume. Mais associé à votre serveur OS X vous avez là une solution performante de sauvegarde de vos Mac.

Si le boîtier vaut 450 euros en boutique, on le trouve à 280 euros sur certains sites d’e-Commerce, cherchez bien ! A ce prix l’investissement est intéressant. Il faudra bien sûr ajouter à ce prix celui des disques durs, là encore cherchez bien, les prix du To ont largement chuté.

Henri Dominique Rapin

iOS : interdire la suppression d’une application et les achats in-App

Comment interdire la suppression d’une application sur iOS ?

Prêtez un iPhone ou iPad à un enfant et très vite il saura comment l’utiliser. Il arrivera à faire trembler les icônes et à cliquer sur la croix pour supprimer l’application. Apple a pensé à tous ces parents désespérés.

  • Ouvrez les Réglages
  • Dans la section Général, touchez Restrictions
  • Commencez par les activer en Touchant l’option : Activer les restrictions.
  • Un mot de passe est demandé, sélectionnez une suite de 4 chiffres. Confirmez-la !
  • Descendez-en bas de Liste et désactivez l’option : Suppression d’Apps (en dessous de la section qui commence par iTunes)

image-01.jpg

(L’option de suppression des App désactivée)

A partir de cet instant, la suppression d’une application nécessitera un mot de passe !

 Et Comment interdire les achats in-app ?

Dans la même section, juste en dessous de l’option « Suppression d’Apps » vous trouverez l’option à désactiver : Achats Intégrés.

image-02.jpg

(les achats in-app ou intégrés sont maintenant limités)

Vous limiterez ainsi les dégâts sur votre carte bancaire. En effet les achats in-apps très populaires dans les jeux seront interdits.

HDR

 

macOS : Ajoutez un pavé numérique USB à votre Mac ou Macbook

Aujourd’hui : Amazon propose une offre sur un pavé numérique au design « Apple » qui se marie avec le clavier Magic Keyboard (Première génération).

Selon la description, ce périphérique n’a pas besoin de pilote et ne plus il est compatible Windows.

Capture d’écran 2016-10-22 à 11.05.06.png

L’offre du jour est de 22,09 euros (prix habituel : entre 49 et 26 euros..)

Le lien : http://amzn.to/2dvHIpS

Capture d’écran 2016-10-22 à 11.00.50.png

macOS : Relancer Spotlight et supprimer l’index.

Que faire lorsque Spotlight ne répond plus ?

 Après une migration ou subitement, Spotlight semble lent. Le premier reflexe à avoir est de vérifier dans les préférences de Spotlight qu’un dossier volumineux n’a pas été ajouté.

L’autre approche consiste à supprimer l’index, Spotlight va le recréer. Il faut pour cela saisir la commande suivante :

$ sudo mdutil -E / 

Ou si le problème persiste et avant de réinstaller le système, vous pouvez vous passer de Spotlight, cette commande le désactive.

 $ sudo mdutil –ai off 

L’argument « -i « place Spotlight à On ou Off et « –a » applique le réglage à tous les volumes.

Dom

macOS : Créer un partage accessible depuis iOS

Créer votre propre iCloud grâce à Apple !

Voici une petite découverte qui tendrait à faire penser qu’Apple nous proposera un jour de créer notre propre Cloud ou nuage. Ce n’est qu’un début mais l’ébauche d’une solution est là, il ne reste plus qu’à l’étendre.

De quoi s’agit il ? iOs a toujours été limité quand on parle de partage de documents, il faut s’en remettre à DropBox ou iCloud, vous installez des utilitaires pour accéder à des partages WebDav ou sur Mac et Windows. En dehors d’iCloud ces solutions sont compliquées à utiliser !

Apple propose enfin la capacité pour toute application iOS d’enregistrer ou de récupérer un fichier placé sur un partage de fichiers. Il y a encore une limitation, ce point de partage doit être créé sur un serveur Mac OS X.

La fonctionnalité proposée par Apple et qui est une nouveauté se trouve dans la version 5 de Mac OS X server. Cette version apporte de nombreuses nouvelles fonctionnalités et l’une qui intéressera les utilisateurs d’IOS.

Vous obtiendrez Mac OS X Server sur le Mac App Store pour 19 euros.

Une fois installé ouvrez Mac OS X Server. Cliquez sur la sélection « Partage de fichiers «, veillez à ce que la section : « Créer des dossiers personnels lorsque les utilisateurs se connectent sous iOS » soit cochée. Les utilisateurs configurés dans Mac OS X, pourront accéder à leur dossier personnel sur ce serveur.

image-01.png(la section Partage de fichiers et la case relative à iOS)

Une seconde option doit être activée. Sélectionner le dossier qui est partagé (celui que vous souhaitez accessible par tous).  Veillez à ce que l’accès « iOS » est coché.

image-02.png(l’activation du partage pour iOS sur le dossier partagé)

C’est tout. Vous venez de configurer le partage de fichiers pour iOS. Cela signifie qu’un iPhone ou un iPad peuvent échanger des fichiers entre autres utilisateurs de Mac et iOS. Si la configuration sur serveur est simple il reste à Apple un peu de travail côté iOS.

Sur iOS, vous commencerez par créer un emplacement. C’est la terminologie employée par Apple pour définir un dossier de partage où l’utilisateur peut placer ces fichiers.

Ouvrez les Réglages d’iOS. Touchez la section « Mails, Contacts, Calendriers » (oui je vous l’accorde, définir un emplacement dans cet endroit est un peu étrange.

image-03.jpg

(la fenêtre d’ajout de compte sur iOS)

Dans la section Comptes, touchez : « Ajouter un compte ». Là appuyez sur : Autres (en bas de la liste).

Dans la nouvelle fenêtre et dans la section serveur, appuyez sur : Ajouter un compte Mac OS X Server. iOS tentera de découvrir le ou les serveurs sur votre réseau, dans le cas contraire indiquer son adresse IP.

image-04.jpg

(sélectionnez Autre type de compte)

Il faut ensuite fournir le compte sur le serveur, le mot de passe et un nom pour cet emplacement.

image-05.jpg

(la fenêtre de saisie du compte pour accéder au serveur Mac OS X)

Voilà qui termine la configuration de l’emplacement.

Dans la pratique, les développeurs doivent implémenter dans leur application la notion d’emplacement, de plus en plus le font. Apple montre l’exemple et avec Pages par exemple, vous allez pouvoir enregistrer vos documents, non pas sur iCloud mais sur votre serveur ou partage.

Ouvrez l’application Pages sur iOS. Sur la page d’accueil se trouve un symbole plus en haut à gauche. Là sont listés les emplacements configurés : iCloudDrive, OneDrive mais aussi : OS X Server.

image-06.jpg(le menu emplacement qui fait apparaître le serveur Mac OS X)

Sélectionnez-le et vous aurez accès aux partages définis sur le serveur Mac OS X.  Dans notre cas le dossier personnel de l’utilisateur et le dossier partagé sont bien là et accessible par pages.

image-06.jpg

Image-07.png (l’accès aux partage dans l’interface de Pages)

Vous voilà en mesure d’accéder à des fichiers sur votre serveur comme de les sauvegarder sur un partage de fichiers. N’oubliez pas que votre Mac peut lui aussi d’accéder à ce partage. Si Apple voulait ajouter les emplacements dans l’application iCloud sur iOS cela permettrait de déplacer facilement les fichiers entre les deux types de stockage de fichiers.

En conclusion, il était temps qu’Apple propose une solution de partage pour iOS. Elle est la bienvenue et c’est un bon moyen de faire des économies et ne pas de penser plus en stockage iCloud. Je vous l’accord il faut quand même construire un serveur Mac OS X.

Henri Dominique Rapin

 

 

 

 

 

 

 

iOS : Station de recharge pour les grandes familles pour 6 appareils

Promo du jour chez AMAZON, un chargeur pour 6 appareils. elle est compatible avec :  iPhone 6S Plus, 6S, 6 Plus, 6, 5S, 5C, 5, 4S, 4, 3, iPad Mini, iPad, iPod

Prix : 34,85€ 

http://amzn.to/2eKnMAR

capture-decran-2016-10-20-a-16-48-04

 

 

Les mots de passe dans Mac OS X et leur stockage dans iCloud.

Le trousseau d’accès est l’endroit où sont centralisés les mots de passe des comptes et ceci quelque soit l’application. Il regroupe les mots de passe des sites Web, des applications, de votre messagerie, de vos connexions Wi-Fi et bien d’autres.

Ce coffre fort est placé dans le dossier Applications. Cliquez dessus pour l’ouvrir. Avez vous remarqué, aucun mot de passe n’est demandé ? Le trousseau est déverrouillé lors de l’ouverture de session.

key-01.png(l’interface du Trousseau d’accès)

Le trousseau contient en réalité plusieurs trousseaux : un pour le système, un second pour la session de l’utilisateur courant et un troisième pour iCloud. Le premier centralise des données sécurisées employées par Mac OS X.  Le second les mots de passe qui vous sont propres ou limités à votre ordinateur et la dernière iCloud, ce sont les informations synchronisées entre tous vos appareils.

Comment enregistrer une information sensible ?
Pour enregistrer des informations autres que des mots de passe : carte de crédit, code de porte ou celle du coffre, créez une note sécurisée (sélectionnez Note sur le côté gauche, puis le symbole plus en bas).

Complétez les informations comme bon vous semble. Ces données seront protégées par le trousseau et uniquement accessible par vos appareils si la synchronisation iCloud est activée.

key-02.png (La création dans le Trousseau d’accès d’une note sécurisée)

Comment ajouter un mot de passe au Trousseau ?
Quand le trousseau est ouvert, sélectionnez dans la colonne : Mot de passe, puis comme pour la note cliquez sur le symbole +. Dans la première section placez l’URL d’accès au compte, par exemple : http://www.fnac.com. Le second champ servira pour décrire le service. Et le dernier champ contiendra le mot de passe.

Il est fortement déconseillé d’opter pour un mot de passe déjà employé sur un site. La raison en est simple, si le site est piraté, les pirates tenteront d’accéder à d’autres sites avec votre adresse email et le même mot de passe.

Faut il synchroniser le Trousseau avec iCloud ?
Lorsqu’un mot de passe est enregistré dans le trousseau, il peut être synchronisé, c’est à dire dupliqué sur tous les appareils sur lesquels le compte iCloud est configuré.
A l’usage c’est très pratique, vous n’avez pas à vous souvenir du mot de passe d’un site ou d’un réseau Wi-Fi, voir d’un numéro de carte de crédit. En effet, Safari sur iPhone et /ou iPad ou le système lui même récupèrera les informations en utilisant les données synchronisées par iCloud.

Où Apple enregistre t’il les cartes de crédit ?
Lorsque Safari vous propose d’enregistrer le numéro de votre carte de crédit, il place l’information dans le Trousseau. Cette information est accessible, tapez le mot : carte dans le champ de recherche. Vos cartes sont listées, cochez la case : Afficher le mot de passe et indiquez votre mot de passe de session et le numéro de la carte apparaît.

Key-03.png (Le détail d’une carte bancaire enregistrée dans le Trousseau d’accès)

Les numéros de cartes de crédit sont proposés par Safari uniquement si le champs « carte de crédit » est détecté. Les sites marchants utilisent des systèmes pour protéger cette information, ils rendent caduque la détection par Safari qui ne propose pas toujours les numéros de carte.

Comment activer la synchronisation iCloud ?
Ouvrez les préférences système et cliquez sur iCloud. Dans la liste des services disponibles, cochez la case face à Trousseau.

key-04.png

(Les préférences des éléments synchronisés dans iCloud)Si c’est la première fois que vous utilisez la synchronisation, vous devez créer un code de sécurité iCloud sur 4 ou 6 chiffres. Bien souvent ce code est défini sur iPhone ou iPad bien qu’il ne soit pas obligatoire. Un numéro de téléphone sera nécessaire pour recevoir un SMS en cas de perte du code de sécurité.

Key-05.png

(la saisie de la clé de protection du trousseau sur iCloud)

Si le code existe, vous devrez dans un premier temps, fournir votre mot de passe iCloud.

Key-06.png

(La fenêtre de saisie du mot de passe iCloud)

Ensuite vous aurez deux options : soit utiliser le code qui protège la synchronisation iCloud, soit demander l’autorisation sur d’autres appareils

Key-07.png

(L’option d’autorisation : mot de passe iCloud ou sur un autre appareil)

Une demande d’autorisation sera envoyée sur tous vos appareils, vous devrez répondre au message en fournissant le mot de passe du compte iCloud. Les téméraires qui ont mis en place l’authentification en deux étapes devront en complément saisir un code envoyé sur le téléphone par SMS. C’est fini !

Au final, comme vous le constatez, vos mots de passe sont bien protégés et si besoin vous pouvez interrompre la synchronisation en décochant la case dans les préférences iCloud.

H D Rapin

macOS : Lancer une machine virtuelle sans utiliser l’application Parallels Desktop

Parfois vous créez une machine virtuelle qui n’a qu’un seul objectif, fournir un service et par exemple pour le jeu Minecraft, un serveur de mondes ou si vous développez des sites Web, vous avez probablement besoin d’un serveur PHP.

Cette machine virtuelle doit fonctionner tout le temps sans forcement que l’application Parallèles Desktop soit ouverte. Il s’agit de la commande « prlctl » pour « Parallels Control ».

La commande sera utilisée dans un premier temps pour lister les machines virtuelles déclarées dans l’application.

Elle se lance dans le terminal :

 $ prlctl list –a 

image-01.png(la commande dans le terminal avec deux machines virtuelles disponibles)

Le résultat de la commande indique l’état des machines. Dans notre cas, elles sont toutes les deux suspendues.

Pour lancer la machine virtuelle, la commande suivante sera utilisée :

 $ prlctl start « nom de la VM » 

Et pour l’arrêt ce sera Stop ou Suspend.

En explorant la liste des commandes offertes par Parallels Desktop, vous constaterez qu’il est possible de créer en partant de zéro une machine virtuelle ou de la cloner.

Henri-Dominique Rapin

Publié dans Mac

iOS : Comment suivre les titres ajoutés ou supprimés dans Apple Music sur iPad ou iPhone ?

L’arrivée d’Apple Music a bouleversé nos habitudes de consommation. Grâce à cet abonnement à 9,99 euros, nous avons un droit d’accès à tous les titres présents dans la collection Apple Music (Attention ce n’est pas toute la collection iTunes Store, certains artistes refusent de faire parti de l’offre de streaming).

Dès qu’un album ou un titre nous plait, il suffit de cliquer sur le signe + (plus) ou dans le menu contextuel de choisir Ajouter à ma musique pour que le morceau soit présent dans notre bibliothèque.

Les morceaux s’accumulent et l’on ne sait plus où l’on en est dans ce qui est intéressant ou pas. Une app, disponible sur iPhone et iPad, saura vous aider, non pas à sélectionner ce que vous aimez mais à suivre ce qui est ajouté ou supprimé de la bibliothèque.

Il s’agit de Music Tracker, il suit au jour le jour vos ajouts ou suppressions de titres dans votre bibliothèque, en particulier ceux d’Apple Music.

L’application repose sur l’Apple Music librairie, et analyse les modifications des fichiers, les ajouts ou suppressions de titres.

itunes-15.jpg

L’interface est simple (malheureusement en Anglais) mais elle bien pensée et permet de retrouver rapidement un morceau ou un album retiré il y a plusieurs mois que l’on souhaite à nouveau placer dans Ma Musique.

Henri Dominique Rapin

macOS : Ajouter automatiquement des fichiers à iTunes

Pour ajouter des éléments à iTunes, le plus simple est de glisser/déposer les fichiers sur l’icône d’iTunes du Dock. Mais comment faire ? simple, déposez vos musiques, films, livres (epub ou pdf) dans le dossier : Ajouter automatiquement à iTunes. Il se trouve dans le dossier iTunes, puis dans iTunes média.

itunes-01.png

Avez vous remarqué le nouveau dossier : Apple music, il contient les morceaux que vous avez téléchargés alors que ceux que vous avez achetés ou récupérés d’iTunes Match se trouvent dans le dossier Music.

Henri Dominique

macOS : Un graveur DVD USB en offre sur Amazon

Amazon propose aujourd’hui dans les offres spéciales un lecteur/graver USB qui fonctionne avec un Macbook, Mac mini et Mac Pro.

http://amzn.to/2e2H3uk

Capture d’écran 2016-10-15 à 13.04.55.png

Le prix est de 29,70 pour la tournée (Normalement vendu à 35 euros).

Il reste toujours quelques DVD à lire ou à graver…

Publié dans Mac

macOS : transformer du texte (des articles, livres) en audio pour les écouter sur iPhone.

Vous n’avez pas toujours le temps de lire les articles qui sont publiés sur Internet. Une solution serait de pouvoir les écouter casque sur les oreilles. C’est possible, il existe pour cela plusieurs possibilités. Voici celles qui ne nécessitent pas l’achat d’une application :

La première consiste à utiliser votre Mac et Automator, le petit Robot qui permet d’automatiser des fonctions sur OS X. Cette astuce fonctionne avec toutes les sources de texte : Internet, Word, PowerPoint, ePub etc. Il suffit de sélectionner le texte, il sera placé dans le presse papier.

Le flux à créer dans Automator est très simple ! Commencez par lancer l’application (Dossier : Applications).

Commencez par placer l’action : Obtenir le contenu du presse-papier. Ajoutez en suite l’action : Convertir du Texte en fichier Audio. Si la première action ne comporte pas d’option, la seconde impose quelques paramètres.

image-01.png(le flux complet dans Automator)

En premier lieu, il faut sélectionner la voix synthétique qui lira le texte. Par défaut c’est Thomas qui est proposé. D’autres voix sont disponibles.

image-02.pngI (la sélection de la voix qui sera utilisée pour lire le texte)

Pour ajouter de nouvelles voix de synthèse à Mac OS X :
Ouvrez les préférences système et cliquez sur Dictée et paroles. Cliquez sur l’onglet : Synthèse vocale et optez pour : Personnaliser. Là vous pourrez choisir les voix qui seront ajoutées au système.

image-03.png(sélection des langues à télécharger et qui seront ajoutées au système)

Pour obtenir un extrait du rendu de la lecture, cliquez sur le bouton : Lire. Si vous lisez des textes dans différentes langues, dupliquez ce flux Automator et créez pour chaque langue une application en changeant de voix de synthèse. Vous utiliserez l’une ou l’autre en fonction du texte sélectionné.

Dans la section : Enregistrez sous, permet de donner un nom au fichier, si vous omettez de fournir un nom, par défaut le fichier sera : texte audio.aiff

Pour que le fichier soit ajouté à iTunes il doit être placé dans un dossier spécial : dans le menu Emplacement, choisissez : Autre ….

image-04.png (Sélection du dossier d’enregistrement)

Naviguez jusqu’à Musique > iTunes > iTunes Media et sélectionnez : Ajouter automatiquement à iTunes. Tout fichier déposé dans ce dossier est ajouté automatiquement à iTunes.

image-05.png(le Dossier : Ajouter automatiquement à iTunes)

(Un bug d’interface fait apparaître le nom Anglais du dossier dans Automator, tous les utilisateurs ne sont pas touchés).

Enregistrez le flux comme application. Il vous suffit ensuite de sélectionner un texte, puis de cliquer sur l’application et voila le texte lu qui est ajouté à iTunes, il suffit ensuite de synchroniser votre iPhone ou iPad à iTunes pour l’écouter tout simplement.

Henri-Dominique Rapin

Publié dans Mac

macOS : Ou trouver la police SAN FRANCISCO d’EL Capitan et Sierra ?

El Capitan ou Sierra sont livrés avec une nouvelle police de caractère. Elle porte le nom de San Francisco. Elle apparaît plus fine et est destinée aux écrans Retina. Si vous souhaitez l’utiliser dans un traitement de texte, que nenni ! Apple ne l’autorise pas.

Essayez dans le livre des polices de la chercher, elle n’existe pas.

image-01.png(Le livre des polices et le résultat de la recherche sur San Francisco)

Bien sur, elle se trouve cachée dans le système mais pour l’obtenir il y a plus simple. Elle est disponible pour les développeurs à cette URL : https://developer.apple.com/fonts/

image-02.png (la section téléchargement de la police du site des développeurs d’Apple)

Téléchargez-la et double cliquez dessus pour l’installer et vous pourrez l’utiliser comme bon vous semble.

Henri-Dominique Rapin

Publié dans Mac

Comment partager rapidement un lien dans Safari sans utiliser le bouton Partager ?

Apple place un bouton qui symbolise le partage (carré avec une flèche vers le haut), en cliquant dessus vous « partagez » un fichier ou un contenu avec un correspondant par Mail, Twitter, Facebook ou iMessage et bien d’autres…

image-01.png

(Le menu Partager dans Safari)

En cliquant sur plus vous accèderez aux Préférences Système : Extensions. Si elles paraissent trop nombreuses, vous pouvez les décocher et ne garder que celles qui vous sont indispensables. J’utilise par exemple l’utilitaire Evernote qui par ailleurs propose aussi une extension pour Safari qui se place dans la barre des outils, celle-ci est plus intéressante que le menu partager, je l’ai donc désactivée.

image-02.png(les réglages du menu Partager)

Si le bouton Partager est une heureuse initiative, cela reste une opération qui nécessite la souris pour cliquer sur ce bouton.

Mais les vieux raccourcis fonctionnent toujours, ainsi en pressant la combinaison de touches « cmd » et « i », le lien sera envoyé directement vers Mail.

Henri-Dominique Rapin

Publié dans Mac

macOS : Passer une URL de Safari et Chrome (ou un autre Browser).

Vous êtes probablement un utilisateur de plusieurs Browsers. Safari, Firefox, Chrome sont présents dans quasiment tous les Mac, chacun a ses avantages et ses défauts.
Passer de l’un à l’autre est devenu une pratique courante pour les utilisateurs de Mac.

J’utilise Chrome pour des sites qui emploient encore du Flash. Ces sites ne fonctionnent pas correctement sur Safari (sauf si bien sur vous avez installé le plug-in Flash), ce qui est déconseillé.

Lorsque l’on fait face à ce type de site, il faut copier l’URL et la passer dans Chrome (ou un autre Browser). Apple a pensé à nous, et nous propose une solution destinée aux développeurs mais qui se trouve être super pratique pour tous ceux qui jonglent entre différents browsers.

Ouvrez les préférences de Safari, dans la section « Avancées », cliquez sur la case à cocher face à : Afficher le menu Développement dans la barre des menus.

image-01.png
(Les préférences avancées de Safari)

Ce menu offre de nombreuses options, la seconde ligne permet notamment d’ouvrir la page avec un second Browser. Particularité de cette commande, elle affiche toutes les applications capables de comprendre le HTML, ce qui peut faire beaucoup, mais vous êtes certain de trouver dans cette liste Chrome ou Firefox. Attention, il cherche aussi sur tous les volumes connectés à votre Mac.

image-02.png(Le menu développeur et la commande Ouvrir la page avec)

Henri-Dominique

Publié dans Mac

macOS : Récupérer la liste des fichiers et dossiers vides.

Il est temps en début d’année de faire un peu de ménage ! Et pourquoi pas supprimer les dossiers qui sont vides et qui ne servent donc à rien. Une solution consiste à utiliser la ligne de commande suivante dans le Terminal :

$ find ~ -empty | pbcopy

Vous pouvez chercher ces mêmes fichiers sur tout l’ordinateur en remplaçant la « ~ » (tilde) par un point. Le résultat est placé dans le presse-papier. Mais cette approche peut être dangereuse. Elle liste des dossiers ou fichiers système qui peuvent avoir un intérêt pour Mac OS X.

La meilleure solution est de se placer dans le Finder, puis de presser la combinaison de touches : command + f. La fenêtre de recherche qui apparaît est différente de Spotlight. Vous allez créer une recherche.

Commencez par indiquer le type d’élément recherché, dans notre cas il s’agit de Dossier. Sélection Dossier dans le menu déroulant.

image-01.png(Premier critère de recherche)

Cliquez sur le bouton + (en bout de ligne à droite) pour créer une nouvelle condition qui sera la taille à zéro du dossier.

Cliquez sur le bouton « Nom », un menu apparaît mais aucun critère de taille n’est listé. Sélectionnez : Autres.

image-02.png(le menu de critères de recherche et l’option : Autre…)

Dans la très longue liste des critères proposés, optez pour : Taille logique de l’élément en octet. Cochez la case en face de la ligne correspondante. Utilisez le champ de recherche et tapez Taille, vous irez plus vite !

image-03.png
(la liste des critères de recherches)

Vous pouvez maintenant créer vos contraintes, en utilisant la taille logique et en plaçant à zéro la valeur.

image-04.png(la recherche complète)

Si vous avez des dossiers vides, ils seront listés. Enfin vous pouvez enregistrer cette recherche pour une utilisation ultérieure. Cliquez sur le bouton Enregistrer en haut et placez cette recherche dans la barre latérale de la fenêtre du Finder.

Henri-Dominique

Publié dans Mac

macOS : Connaissez-vous les limites de l’application Contacts ?

L’applications Contacts qui sert à gérer les informations de vos interlocuteurs est réputée sans limite (sur macOS et iOS). Vous pouvez créer autant de fiches de contacts qu’il vous plait dans la limite de stockage de votre disque dur !

Mais dès que vous opterez pour la synchronisation avec iCloud, des limites seront imposées par Apple. Ainsi le nombre maximum de contacts sera de 50 000 (ce nombre a été doublé fin 2015). Je ne sais pas pour vous, mais je suis loin de dépasser ce quota.

D’autres limites sont imposées, cette fois sur la taille des fiches. Elle doit être de 256 Ko, la photo de 224 Ko (utiliser des petites photos basse définition). Pour terminer la taille maximum de tous les contacts est de 48 Mo et 200 Mo pour les photos. Ce qui laisse un peu de marge.

L’importation de vCard est elle aussi limitée à 50 000 vCards et les image + texte ne doivent pas excéder 256 Ko.

A ce propos, savez-vous combien de signets seront synchronisés par iCloud ? Oui. Les liens utilisés dans les favoris de Safari ou à la liste de lecture ? 25000, pas un de plus. Là encore cette limite laisse voir venir.

Henri-Dominique Rapin

Publié dans Mac

macOS : Ajouter 3 ports USB et 1 port Ethernet (RJ45) avec un seul boiter !

Les nouveaux MacBook ne proposent plus de port Ethernet et le nombre de port USB est limité à deux. Que faire si on souhaite augmenter le nombre de périphériques comme les disque durs ? Il faut un hub USB, il permettent d’ajouter en 3 et 8 connectiques USB a tout Mac.

Voici un boitier qui fonctionne plutôt bien sur macOS, il permet d’ajouter 3 ports USB et un porte RJ45 à votre Mac. Le prix est de 28 euros. Deux modèles supplémentaires sont disponibles, le première uniquement avec les ports USB (4)  et un adaptateur USB/EThernet.

http://amzn.to/2dyVNiY

Capture d’écran 2016-10-01 à 12.18.47.png

 

Publié dans Mac

macOS : La météo locale dans Spotlight

Spotlight met son nez partout et sait retrouver n’importe quelle information. S’il maintient un index du contenu du Mac, il ne peut en faire autant de celui d’internet. Spotlight va donc utiliser différentes sources pour vous aider dans vos recherches : Bing (le service de Microsoft) mais aussi le moteur d’indexation du Web de Cupertino.

Parmi les informations qu’il saura récupérer, la météo fait partie de celle qui sont les plus importantes pour les internautes. Tapez simplement : météo à Marseille et Spotlight vous affichera instantanément la météo à 10 jours.

MET-01.png

Savez-vous qu’il est possible d’obtenir la météo de l’endroit où se trouve le Mac avec le simple mot : Météo dans Spotlight ?

Pour que cela fonctionne il faudra activer la localisation pour la fonction météo de macOX. Cela se fait de deux façon en passant par le panneau de préférences Sécurité puis l’onglet Confidentialité. Après avoir déverrouillé le cadenas, autorisez Météo à employer le Service de localisation.

MET-02.png

Mais le plus simple est d’utiliser Aujourd’hui. Cliquez sur l’icône de Notifications, la plus à droite dans la barre des menus.

Là cliquez sur Aujourd’hui. Le widget météo (ajouté par défaut par Apple) présente un message : Météo aimerait utiliser votre emplacement actuel. Autorise-le afin que macOS soit en mesure d’identifier la ville dans laquelle se trouve l’ordinateur.

MET-03.png

Ensuite il suffit de saisir le terme : météo dans Spotlight pour qu’apparaisse la météo à 10 jours de l’endroit où se trouve le Mac. Avez-vous remarqué le pourcentage en bleu qui apparaît sur certaines lignes.

L’affichage ne donne pas d’informations sur sa signification, il indique les chances de précipitations dans la journée.

MET-04.png

Henri Dominique Rapin

macOS : Connaissez-vous les différentes méthodes de mise en veille d’un Mac ?

 Mettre en veille un Mac est une opération simple et dans une certaine mesure plus intéressante que d’éteindre l’ordinateur. La consommation est très faible et on obtient une meilleure réactivité que de devoir allumer la machine et patienter lors du processus de chargement de macOS X.

Il existe plusieurs alternatives qui permettent de placer le Mac en Veille :

La plus simple, dans le menu « Pomme », sélectionnez la commande « Suspendre l’activité ». Le mouvement de la souris ou une pression sur le clavier réactivera l’ordinateur pour le sortir de sa léthargie.

image-01.png

(Le menu pomme et la commande suspendre l’activité)

La seconde option consiste à appuyer sur la touche d’alimentation du clavier. Sur les MacBook récents, la mise en veille est automatique, juste en effleurant la touche alimentation du clavier.

Lorsque l’on presse plus longuement la touche d’alimentation, une fenêtre offre plusieurs options, il suffit de cliquer sur : Suspendre.

image-02.png

(La fenêtre de sélection d’extinction ou de mise en veille du Mac)

La troisième consiste à programmer la mise en veille et sa sortie. Ouvrez le panneau de préférences : Economiseur d’énergie. Cliquez sur le bouton « Programmer… ». La seconde ligne permet de définir l’heure de suspension du Mac, la première à quel moment le réactiver.

image-03.png

(La programmation de la mise en veille)

Il est possible de placer l’écran du Mac en mode veille en utilisant les angles de l’écran. Cette option n’est pas activée par défaut. Ouvrez le panneau de préférences : Bureau et économiseur d’écran, cliquez sur le bouton en bas à droite : Coins actifs…

Puis sélectionnez pour l’un des coins: Mettre en le moniteur en veille. Attention, le Mac continue à fonctionner normalement.

Enfin dans le terminal, placez cette commande :

 $ pmset sleepnow 

Ce qui nous permet bien entendu de placer dans un flux Automator une action de mise en sommeil du Mac.

Il est préférable de mettre un Mac en sommeil plutôt que de l’éteindre. En effet lors du sommeil macOS X continue à travailler et synchronise des informations pour Contacts et Calendrier ou reçoit des Mails et effectue des sauvegardes Time Machine.Il s’agit de l’option : Power Nap qui est activée dans les options de l’économiseur d’énergie.

image-03.png

(le tableau de bord avec l’option Power Nap activée)

Henri-Dominique

Publié dans Mac